Accueil | Connexion
fanfan masyle - 1780192
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes   Tous ses textes


Poèmes

L'HOMME ET LA MER



Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets : Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes, O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remords, Tellement vous aimez le carnage et la mort, O lutteurs éternels, ô frères implacables !

Saturday, January 23, 2010
12:01 AM

Auteur : ch .baudelaire

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

Poèmes

Extrait de Les Fleurs du mal


Les citations
«Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ? Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau !»




«Plus encore que la vie La mort nous tient souvent par des liens subtils.»




«Les soleils couchants Revêtent les champs, Les canaux, la ville entière, D’hyacinthe et d’or. »




«Souviens-toi que le Temps est un joueur avide Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.»




«Garde tes songes ; Les sages n’en ont pas d’aussi beaux que les fous ! »



«Le son de la trompette est si délicieux, Dans ces soirs solennels de célestes vendanges, Qu’il s’infiltre comme une extase dans tous ceux Dont elle chante les louanges.»



«L’orage rajeunit les fleurs.»




«Cette beauté, sombre comme le fer, Est de celles que forge et polit l’Enfer.»




«Bien qu'on ait du coeur à l'ouvrage. L'Art est long et le temps est court.»




«Il y a dans l’acte d’amour une grande ressemblance avec la torture ou avec une opération chirurgicale.»




«Le parfums, les couleurs et les sons se répondent.»



«La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers.»




«Pourtant, sous la tutelle invisible d’un Ange, L’Enfant déshérité s’enivre de soleil, Et dans tout ce qu’il boit et dans tout ce qu’il mange Retrouve l’ambroisie et le nectar vermeil.»




«Que c’est un dur métier que d’être belle femme.»




«Le vin rend l’oeil plus clair et l’oreille plus fine ! »




«Rien n’égale en longueur les boiteuses journées, Quand sous les lourds flocons des neigeuses années L’ennui fruit de la morne incuriosité, Prend les proportions de l’immortalité.»




«La Terre est un gâteau plein de douceur.»



«Faut-il partir ? Rester ? Si tu peux rester, reste ; Pars, s’il le faut.»




«Ah ! Que le monde est grand à la clarté des lampes ! Aux yeux du souvenir que le monde est petit !»




«C'est la mort qui console, hélas ! et qui fait vivre.»


Friday, January 22, 2010
11:59 PM

Auteur : Charles Baudelaire

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

Poèmes

un extrait


A UNE PASSANTE
La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ; Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.
Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?
Ailleurs, bien loin d'ici ! Trop tard ! Jamais peut-être !
Carj'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais, O toi quej'eusse aimée, ô toi qui le savais !
------------------------------------



Friday, January 22, 2010
11:54 PM

Auteur : ch bodlaire

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

2 Commentaires

Poèmes

LA CHEVELURE



O toison, moutonnant jusque sur l'encolure ! O boucles ! O parfum chargé de nonchaloir ! Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !
La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt, Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme d'autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.
J' irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ; Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :
Un port retentissant où mon âme peut boire
A grands flots le parfum, le son et la couleur
Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D' un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.
Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse Saura vous retrouver, ô féconde paresse, Infinis bercements du loisir embaumé ! Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues
Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
De l'huile de coco, du musc et du goudron.
Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde Sèmera le rubis, la perle et le saphir, Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !
N' es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?

Friday, January 22, 2010
11:44 PM

Auteur : ch .baudelaire

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

2 Commentaires

Déclarations d'amour

quelle que paroles de ceratin .....


> Dieu n'est pas venu supprimer la souffrance. Il n'est même pas venu l'expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence.
[Paul Claudel]


> Le premier sot venu peut écrire : le premier sot venu sur deux peut faire de la critique littéraire ou théâtrale.
[Rudyard Kipling]


> La croyance à certaines vérités n'est venue à tous que parce qu'elle était d'abord venue à quelqu'un.
[Rivarol]

> Dieu n'est pas venu pour arranger les choses, il est venu pour que tout soit plus difficile encore.
[Jean Anouilh]
Extrait de L'alouette



> Une pensée contient toujours deux sortes de choses, celles qui y sont venues par inspiration et celles qui y sont venues par alluvion.
[Victor Hugo]
Extrait de Choses vues


> Pourquoi une maternité ne serait-elle pas mal venue ? Pourquoi la naissance d'une mère par la venue de l'enfant ne serait-elle pas ratée elle aussi ?
[Marguerite Duras] [+]
Extrait d'une interview dans Libération [+]




> Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu.
[Jules César]




> Nu, je suis venu au monde, et, nu, je le quitterai.
[Miguel de Cervantès]



> Avant notre venue, rien ne manquait au monde. Après notre départ, rien ne lui manquera.
[Omar Khayyâm]
Extrait des Quatrains

> Une idée m'est venue. J'aurais aimé savoir d'où.
[Claude Roy]
Extrait de Les rencontres des jours




> Les hommes doivent souffrir leur départ comme leur venue ici-bas ; le tout est d'être prêt.
[William Shakespeare]
Extrait de Le Roi Lear



> Misogyne, c'est-à-dire amoureux de la première venue.
[Jules Renard]
Extrait de son Journal





> Le flatteur qui nous perd est mieux venu souvent Que l'ami qui nous sauve en nous désapprouvant.
[Casimir Delavigne]
Extrait de Les enfants d'Edouard




> Le Temps ressemble à un hôte du grand monde, qui serre froidement la main à l'ami qui s'en va et qui, les bras étendus, embrasse le nouveau venu.
[William Shakespeare]



Friday, January 22, 2010
11:31 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

1 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 23/11/2017 à 02:43:39



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit