Accueil | Connexion
Amipondance - 2451292
Skip Navigation Links.
Liens

Textes \ Poèmes JJG - 3159767 

le dernier poème


Les gens voudraient tant se souvenir
de la chanson des feuilles mortes
mais les gens tournent les pages
comme les vents de l 'automne

comme passé de l'été a l'hiver

mes yeux se mouillent comme un voile en regardant
le ciel

et
j' ai vu les couleurs des regards
comme les couleurs changeantes d arc en ciel

rien n arrête le temps
tant que je t'aimerai encore comme hier ajour hui et demain comme la fleur qui a force d Age devient éternelle
aussi longtemps que le dernier, jour et et de mon dernier jour qui sonnera a l' horloge de ce quartier a jamais
oui j aimais
que dieu pardonne a ce qu'ils t'ont fait oublie tout et n' oublie rien et jamais les tiens

Wednesday, November 11, 2020
10:07 PM

Oeuvre originale
Auteur : JJG

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Forums \ Le Français3130479

Dictée trouvée dans un vieil almanach



Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère.
De ce mariage, est né un fils aux yeux pers.
Monsieur est le père, Madame est la mère.
Les deux font la paire.
Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d'être Lamère était Lepère.
Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu'il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère. Aucun des deux n'est maire.
N'étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d'impair en signant Lamère.
Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire. Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.
La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd.
Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.
Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s'y perd !

Vous êtes toujours là ?


Dernière participation le
Thursday, July 30, 2020
7:15 PM

5 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Forums \ Le Français Paganel, antisémantique - 980920

Adapter le français au coronavirus


La propagation du coronavirus se fait principalement par l’intermédiaire des postillons. C’est contre la propagation et diffusion de ces microgouttelettes qu’il faut lutter. Et en la matière, seuls des spécialistes du langage peuvent intervenir au mieux. Ils ont constaté que les voyelles n’avaient aucune incidence alors que la moitié des consonnes peut être tenue pour responsable, durant une conversation, de toute projection de microgouttelettes.

Il conviendra donc, dans les prochaines semaines, de suivre un plan en quatre étapes, aboutissant à la disparition dans le langage, et progressivement, des consonnes impliquant les sonorités occlusives, liées à la projection de postillons. Voici le plan, exécutable avant le 11 mai… et que l’on aurait, avec ou sans masque, très bien pu instaurer dans l’Hexagone lors des prémices de la pandémie…

Semaine 1 : Suppression des occlusives labiales : P et B, au mforit de la nasale M.
Conséquence : mrès de soixante-dix mour cents des mostillons sont éliminés, et de mlus, on meut constater qu’ainsi la diction gagne meaucoup en soumlesse.

Semaine 2 : C’est au tour des occlusives dentales : D et T, remmlacées par la nasale N. C’est un meu mlus nifficile. Il faunra un cernain nemps mour s’y haminuer, mais une semaine nevrait suffire.

Semaine 3 ! Les nernières occlusives nismaraînront, à savoir les vélaires que sont les K et G "nur" (comme nans gaga), remmlacées mar la nasale GN.

Nous omniennrons alors un langnage meaugnoup mlus ségnurisé, gni nevrait mermennre ne rénuire la "nisnance marrière" à gnanre-vingt-nouze cennimènres.

Semaine 4 : Mour finir, la mesure la mlus nrasnigne gnonsisnera à éliminer le gnroume nes frignanives gnonniues F, V, S, Z et nes frignanives chuinnannes J et CH auxgnelles se rumrninuera la rrignanire rimranne R.
C’est cernes un meu nernigne mais nous omniennrons alors une nignnion n’une rluininé ramais égnalée gni rera la rierné nes mays rrangnorones.

Rire la Rémumligne ! Rire la Rrance !

Dernière participation le
Thursday, July 30, 2020
7:14 PM

1 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Textes \ Poèmes Ambre - 1717314

PARTIR




Partir
Sans se retourner
Pour ne pas sombrer
Avant d’être cassée
Choisir de s’effacer
Partir
A bout de patience
Pour ne plus penser à la méfiance
Le manque de confiance
Les soupçons , la défiance
Partir
Sans lui tenir rigueur
Malgré les sanglots du cœur
Et l’extrême douleur
De perdre sa douceur
Partir
De trop d’amour
Oublier les projets, les toujours
S’enfuir même avec le cœur lourd
En ultime recours

Partir
Oser fuir sa tendresse
Et la chaleur de ses caresses
Ne pas voir dans ses yeux la tristesse
Pour simplement survivre à la détresse
Partir
S’armer de courage
Et faire ses bagages
Pour fuir les scènes, les orages
De la jalousie les ravages
Partir
SOTTE, SAUTE DONC SI TU L’OSES
Ma Poésie Tome1
00060318-1©2016 CopyrightDepot.com
Tous droits réservés
madochristophe88.blogspot.com

Wednesday, July 26, 2017
5:40 PM

Oeuvre originale
Auteur : MadoCHRISTOPHE

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires
Impression : Extraordinaire

cool !

Forums \ Le Français1520136

Qui est pour la suppression de l'accent circonflexe ?


Vous savez, ce petit chapeau qui n'arrète pas de donner du travail à nos correcteurs ortographique, tout ça parce qu'on a écrit "macher", "fantome" ou "bétise".

Je propose son éviction de la langue française. Son renplacement par l'accent grave lorsqu'il est associé au "e", par le simple point lorsqu'il est associé au "i" et par sa pure disparition pour son association aux autres lettres.

Certes, on ne saura plus qu'il faut dire "maaaaaacher" et non pas "macher" ou "cooooote" et non pas "cote", choses que bon nombres d'accents régionaux avait déjà laminé depuis belle lurette.

Bon, par soucis de tolérance envers certains intégristes orthographiques qui veulent figer notre langue dans l'élan d'évolution continue qu'elle connait depuis des siècles et qui continuent à écrire "clef" avec une larme à l'oeil, on pourra continuer à tolérer son usage pendant encore quelques décénies jusqu'à ce que les générations naissantes aient perdu l'habitude de son usage et jusqu'au souvenir de son existance.

Qu'on ne sorte pas l'argument historique et les incessibles origines gréco-latine de notre langue dont l'orthographe doit nous rappeler ad vitam l'héritage : cet agaçant diacritique n'est apparu qu'au 16è siècle, alors que notre langue était déjà depuis longtemps formée, et a du attendre encore deux siècles pour sa normalisation. Autant dire que dans notre écriture, c'est plus qu'un jeunot.

Qui me soutient dans ce combat ô combien important pour le bien-être des générations futures ?



Dernière participation le
Saturday, February 06, 2016
1:37 PM

56 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 27/11/2020 à 00:45:58



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit