Accueil | Connexion
rivage33 - 689843
Skip Navigation Links.
Liens

Textes \ Poèmes Ultimate One - 1131184

Mon romantisme est-il adolescent ?


Mon romantisme est-il adolescent ?
Quand je te tiens la main suis-je une enfant ?
Et même si je l’étais.
Pourquoi n’aurais-je pas droit à cet havre de paix,
A cet îlot encore protégé, à ce coin de paradis,
A ce réconfort qui me fait tant de bien,
Et qui me donne envie de sourire ?

Et même si cela me fait pleurer, si cela me trouble
Au nom de quoi je devrais l’oublier ?
Au nom de qui je devrais m’en passer ?
Parce que tu l’as décidé ?
Ou parce que ces mots que tu crois adulte
Sont incapables de l’adopter ?


Sunday, December 07, 2008
2:44 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

25 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Textes \ Poèmes Ultimate One - 1131184

Les motards sont sympas


Les motards sont sympas


Ils sont tous casqués sur leurs machines d’acier,
Ils ont tous à leurs pieds des bottes de motard,
Tous habillés de cuir, ils ne sont pas loubards.
Fraternels sur la route on doit les apprécier.

Quand ils brûlent la gomme, ils ne brûlent pas leurs âmes,
Ils aiment être admirés par le regard des dames.
Tels les preuxs cavaliers sur les noirs destriers,
Ils sont de notre temps les nouveaux chevaliers.

C’est leur manière à eux de vivre avec le vent
Oublieux des soucis ils se grisent de vitesse.
Respectueux cependant,ils doivent être prudents
Ou ils mettraient en jeu leurs vie, qu’elle tristesse
Non agressifs sûrement, malgré des apparences
Ainsi on peut les voir rouler avec confiance


Friday, May 30, 2008
9:32 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

36 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Textes \ Poèmes Myriam - 1112542

Loin.


Les jours et les nuits se suivent et se ressemblent.
Ma vie s’enlise doucement dans le torrent de la vie.
Je me perds aux carrefours de mes pensées. Je suis assis seul et triste.
Je pense continuellement à toi; chaque minute qui passe étant remplie d’interrogations : comment vas-tu, que fais-tu, à quoi penses-tu, à qui penses-tu,…Parfois, des sursauts d’optimisme m’envahissent et je me dis que le temps qui nous sépare s’écoulera vite mais souvent je retombe dans cette absence, ton absence est une éternité; pourquoi faut-il donc que l’amour fasse mal.
J’ai tant de choses en moi à dire, à crier. J’ai tant de choses qui ne demandent qu’à sortir.
Je t’ai partout dans le corps comme un écho à fleur de peau.
Tu es si loin alors que je voudrais te sentir sur et si près.
Mais dans ce vide qui m’entoure, je tiens. Je tiens grâce à toi, à ta voix, à tes mots, à ton amour ; je te suis fidèle à jamais et je réalise que ce n’est pas l’amour qui fait mal mais le fait d’être si loin de toi.
Tu manques à ma vie.

Je t'aime

Friday, July 27, 2007
5:47 PM

Oeuvre originale
Auteur : M.A.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

70 Commentaires
Impression : Extraordinaire

....très touchant.....

Textes \ Poèmes Myriam - 1112542

Les saisons de l'amour


Le printemps de l'amour est tout simplement magique parce que chaque journée est faite de découvertes et de nouveautés.

L'été de l'amour est chaud et éclatant comme le soleil. C'est une période dorée, marquée par la complicité et les rêves partagés...

L'automne de l'amour est tendre; c'est un moment paisible où les amoureux récoltent le fruit du bonheur qu'ils ont semé...

L'hiver de l'amour est beau et touchant comme peuvent l'être tous les souvenirs d'un amour dont c'est le perpétuel printemps.

Sunday, July 22, 2007
8:35 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

55 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Textes \ Poèmes Gimel - 986228

J’efface tout je r’commence.


Il souffle sur ma vie un vent de certitude
Je me croyais gisant au rang des morts vivants
Et la vie peu à peu perdait tout son piment
Je me laissais aller vers une lente mortitude.

Renoncer de lutter, plus rien faire c’est mourir
Faire partie des vivants tout en étant absent
Se retourner pour voir un passé pour avenir
Se dire que finalement on a vécu son temps.

Et puis il y a les autres ceux qu’on ne voyait plus
A force de regarder un peu trop son nombril
Il vous tournent le dos, ne vous supportent plus
Lors il faut réagir, sans être trop fébrile.

Enfin, les certitudes passées sont oubliées
Quand l’amour d’une femme vient vous amadouer
Vos envies de néant ne peuvent que s’envoler
Et pour mieux la séduire, vous aurez milles idées.

J’avais tracé une croix sur ma vie mon avenir
J’ai jeté au panier toutes mes sombres idées
Car avec vous madame, nous pouvions rebâtir
Une vie, un partage de nos deux destinées.




Wednesday, October 27, 2004
9:30 PM

Oeuvre originale
Auteur : Gimel à Chris

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

19 Commentaires
Impression : Extraordinaire

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 28/06/2022 à 11:28:47



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit