Accueil | Connexion
Candy - 981564
Skip Navigation Links.
Liens \ Textes

Poèmes Trazi - 826035

Les deux puits (conte)


(Ce n'est pas un poème mais un conte:)

LES DEUX PUITS

Il était une fois, ou plutôt deux fois une ferme. C'était à la croisée des chemins, quelque part dans la plaine, deux frères avaient chacun leur bâtisse aux deux cotés du vallon ou passaient des colporteurs révélant leurs trésors, des ouvriers en quête de quelques travaux, des étrangers pleins d'histoires, des princes et leurs carrosses rarement, des inconnus souvent.

Deux belles fermes bruyantes du chant des basses cours, où le parfum des étables et des greniers se mêlait à celui des fleurs et des fruits. Solides constructions de pierres, accueillantes protégeant une grande cour ou chacun avait son puits.


Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Ils s'entendaient bien, partageant le pain et la sueur, accueillant le passager, profitant des saisons et du bon temps qui leur offrait récoltes et fruits à foison. Offrant aux visiteurs qui venaient leur demander un peu d'eau, le gîte et le couvert avec le sourire en plus. Et chaque soir la veillée renvoyait des échos de rires et de chansons…

Le ciel est bleu, le ciel est gris, tantôt le gel tantôt soleil. Le monde chante un jour, pleure le lendemain. Comme le temps vient, les malheurs aussi.

En cette année là, le malheur pris d'abord un masque de beau visage, un beau ciel bleu de printemps et une douce chaleur, puis il montra son œil, soleil de canicule, puis il ouvrit son manteau de sécheresse dans un grand vent de poussière, et là il se coucha sur la plaine de tout son long temps. Les deux frères commencèrent à comprendre que ce malheur là, n'avait pas envie de repartir.

Les chansons n'étaient plus au coin du feu, le travail devenait plus dur et c'est à corps et à cris que chacun essayait de survivre. C'est quand le malheur les déshabille, que les caractères se révèlent et chacun des frères commença à aider l'autre, mais lorsqu'il n'y eut presque plus de grain à manger, chacun resta chez lui et réfléchit comment s'en sortir.

Fallait-il quitter le pays ? Aucun des deux ne s'y résolu d'autant que les voyageurs racontaient que partout la canicule faisait rage et désolation.

Dans les vibrations de l'air brûlant, où même les cigales s'arrêtaient de chanter, le plus jeune des frères continua comme avant son travail, et garda ses habitudes. Il puisait l'eau rare de son puits chaque jour plus souvent, pour essayer de sauver quelques-unes unes de ses plantations brûlées de soleil. Il s'épuisait à en tirer la moindre goutte pour abreuver ses bêtes et les gens de passage.

Le frère aîné, le plus sage, choisit d'économiser son eau. Il ne tirait que le minimum afin de garder une réserve, pour avoir le lendemain un espoir de survie des siens. Lorsque l'étranger frappait à sa porte, il expliquait qu'il ne pouvait plus rien offrir, et s'excusait en disant qu'il se devait de penser d'abord à sa famille.

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Plus les jours passaient plus les gens fuyaient la sécheresse, et sur la route, des familles entières erraient en quête d'une meilleure contrée épargnée de celle chaleur et de cette misère.

Frappant à la première ferme, ils n'eurent bientôt plus de réponse, sur la porte était écrit : "Passez votre chemin, nous ne pouvons rien pour vous, nous n'avons même plus assez pour nous même". Derrière les murs, chaque jour le frère sage puisait un peu d'eau, même pas assez pour sa famille, et sa femme le disputait en ces termes :
- "Regarde ton frère, lui ne laisse pas les siens mourir de soif !"

Mais dans l'autre ferme le frère cadet les accueillait tout couvert de poussière. Il lançait encore son seau dans le puits pour eux, et remontait beaucoup de sable jaune d'où suintait une toute petite cuillerée d'eau comme si elle devait être la toute dernière. Mais sa femme le lui reprochait en ces termes amers :
- " Pauvre fou qui donne sans compter, écoute plutôt les sages conseils de ton frère, il sait économiser son bien pour survivre, lui !"

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Les semaines sans pluies continuaient, et souffrant de la soif, celui qui donnait sans compter vint vers son frère sage et lui demanda :
- "Toi qui as su économiser, peux-tu me donner un peu de ton eau ?"
- "Non répondit l'économe, puisque tu la gaspilles même pour abreuver des étrangers de passage, je ne vois pas pourquoi je t'en donnerais, retourne chez toi."

Mais peu à peu, seau après seau, le premier puits donnait encore de l'eau mais de plus en plus verte, de moins en moins bonne, avec un goût de vase…

Le second puits raclé jusqu'à la dernière goutte, jusqu'au sable, donnait toujours aussi peu à chaque fois, mais c'était une eau claire et vivante.

Peu à peu, le premier puits devint tellement envasé, qu'il ne remonta bientôt que de la boue, et un jour arriva ou le seau ne remonta qu'une pierre. Alors le frère aîné si sage vint chez son frère et lui demanda :
- "Toi qui continue de donner à tous, peux-tu me donner de ton eau ?"
- "Non, répondit le fou, puisque tu l'économises même quand tu en as besoin, je ne vois pas pourquoi je t'en donnerais."
- "Aujourd'hui mon puits est sec, tu ne peux refuser à ton frère ce que tu accorde à l'étranger ?"
- "Tu viens me demander ce que tu m'as refusé ? Qu'as-tu fais de ton eau, tu as voulu la conserver ? La vie peut-elle être conservée ?"
- "C'est la sécheresse qui est la cause de nos malheurs !"
- "Non, c'est la sécheresse de ton cœur !"
- "Les miens meurent, que faut-il que je fasse ?"
- "J'accepte de te donner l'eau qui me reste à une condition : Que tu l'offres toute au premier voyageur qui passe."
- "A quoi bon, je n'en aurais plus ?"
- "Qui peut savoir ? Peut-être qu'en grattant encore mon puits nous en redonnera si tu l'as mérité."

L'aîné accepta, il prit les quelques gouttes d'eau dans une tasse et lorsque le premier passant vint sur la route il les lui offrit. Mais en faisant ce geste une grande joie lui vint : Comme s'il avait posé un lourd fardeau, il se libera de tout le manteau de sagesse qui l'empêchait de vivre.

Au retour, les deux frères durent travailler dur et lancer dix fois, vingt fois le seau dans le puits, remonter dix fois, vingt fois un peu de sable jaune avant de pouvoir enfin remonter de quoi remplir un petit verre d'eau plus délicieuse que la plus grande fête.

Aujourd'hui, si vous passez sur cette route il n'y a qu'une ferme à la croisée des chemins au lieu dit "l'eau du fou" : Elle s'appelle "les deux puits", et l'étranger qui n'a pas entendu cette histoire s'étonne de n'y voir qu'un seul puits qui est ma foi fort profond. Une légende raconte même que les jours de grandes sécheresses, le seau y plongerait si profond qu'il peut remonter de l'or.

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Mais tous ces bavardages
Ne sont que des histoires,
Vous êtes bien trop sage,
Pour y croire.

Monday, May 09, 2011
6:16 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes Ultimate One - 1131184

Aurélie…


Une sève
Aux multiples couleurs
Nourrit ton être

De l'un et l'autre
Tu es
Ni totalement de l'un
Ni totalement de l'autre
Ni totalement des autres
Unique

Tu existes par les autres
Tu fais exister les autres

Fruit de l'amour
Deviens ce que tu es

Fruit de l'amour
Deviens l'actrice
Là est le bonheur
Découvre son auteur

Sunday, January 11, 2009
8:36 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

30 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes Ultimate One - 1131184

Ivre de toi


Je ne devais pas le faire.
Ce coup de te suivre.
J’étais ivre de toi.
J’étais folle de toi.
J’ai respiré la vie dans tes bras.
Tu étais le seul.
Le premier amour de mon adolescence.
La première qui a touché mes doigts.
C’est vrai que cela ne s’oublie pas.
Surtout quand il s’agit d’un homme qui a du charme.
Qui a tes yeux, tes bras.
Des pieds qui me font noyer dans son lit.
J’étais ivre mais je ne me saoule pas.
Je ne me drague pas.
Parce qu’avec toi.
Le temps passe si vite qu’on ne l’aperçoive pas.
Parce que prés de toi.
Faut être sage pour qu’on ne te perde pas.
C’était ce que je croyais faire du bien.
J’étais loin de ce que tu attendais de moi.
Tu n’as rien dis, ou moins j’aurais pu changer.
C’était l’amour fou qui sépare.
Tous ceux qui ne savent pas conserver tout ce qui est beau.

Thursday, September 11, 2008
7:56 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

20 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes Ultimate One - 1131184

A toi mon amie


Je ne vais pas rimer, je vais juste vous parler de quelqu'un à qui je tiens beaucoup. Au début on ne c'était pas remarqué. Presque trois mois cela a duré. Mais un jour sans aucune raison, que la raison ne sache, nous nous sommes parlés. Elle est si gentille et tellement magnifique, je ne sais comment lui dire ce que j'ai sur le coeur. Nous sommes les deux meilleurs amis du monde, et pourtant c'est comme si il me manquait quelque chose.
La voir sourire dès le matin, la voir rire me donne de la force; quand je la vois triste, elle vient vers moi et tout disparaît. Nous sommes comme les cinq doigts de la main, inséparable, mais je sais qu'un jour pourtant il faudra bien nous séparer et ce jour je le redoute de plus en plus. Elle est dans tous mes poèmes, quand j'en écris un, c'est à elle que je pense. Jamais je n'avais imaginé que ce serait elle. Sans même parler, elle sait tout de moi et moi d'elle. Nous savons pourtant que des gens veulent nous séparer mais rien ni fait, nous serons toujours liés par cette force qui nous a rapproché. Si j'écris c'est grâce à elle et si je vis c'est pour elle. Elle fait partie de ma vie et n'ira jamais dans mes souvenirs.

A toi mon amie, à toi ma vie.

Wednesday, August 20, 2008
8:39 AM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

23 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes Ultimate One - 1131184

Une douce rencontre


A toi

tu te reconnaîtras...tu es douce... tendre....
une douce émotion est née...
elle vague sur une tendre rencontre...
sur des mots qui se sont glisser entre ces pages blanches...
qui ont les couleurs d'un regard et une tendresse infinie...
tu me manques...
ta présence me manque...
mon coeur a le désir de se poser et de laisser les mots se glisser...
le silence est parfois long mais tellement riche
de cette rencontre...
tu es toi...
je suis moi...
mon coeur à envie de se confier en toi...
A toi...

je t'embrasse

Tuesday, July 29, 2008
9:56 AM

Oeuvre originale
Auteur : Aurélie

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

22 Commentaires
Impression : Extraordinaire

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 18/07/2019 à 04:51:13



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit