Accueil | Connexion
Typiak - 1072717
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Chansons   Tous ses textes


Maman


à Agnes, à ma Maman, à toutes les Mamans



Maman je ne chanterai pas mon enfance difficile
Car tu m'as toujours appris qu'il y avais bien plus faible, plus malheureux que soi
Cette vérité dans le timbre de ta voix a fait qu'aujourd'hui encore je n'ai rien oublié
Car depuis tout petit tu n'as cessé de m'aimer
Cette chanson est pour toi qui s'est sacrifiée pour moi

J'ai la chair de poule quand j'entends parler de Paul Cézanne
J'ai l'odeur de la fumée et la chaleur des flammes qui me remplit la tête
Purification ou tempête
Maman je ne me plains pas, tu sais que ça m'fait sourire
Les rivières et la G.C. trop de bons souvenirs
Les kilomètres à pieds, ça en use des paires de souliers

Maman, maman
Ma reine et mon roi à la fois
Maman, maman, personne d'autre que toi
Tu sais que je n'ai jamais vraiment digéré la vie scolaire
Même s'ils nous disaient que les lentilles nous donnaient du fer
Je sais pas pourquoi plus tard, j'ai détesté les épinards
Maman tu m'as appris à aimer la nature
Tu nous as toujours emmenés mais on n'avait pas de voiture
Tu connais les oiseaux, tu pêche à la main dans les ruisseaux

Tu m'as dit que le monde comptait des gens différents
Mais qu'ils avaient le même cœur, qu'ils avaient le même sang
Le même sang que nous
Maman, merci pour tout
Merci de m'avoir appris et montré que l'amour existait à l'air libre
Et même au milieu des tours
Ma mère, mon professeur
Pour se regarder à l'intérieur

Maman, maman
Ma reine et mon roi à la fois
Maman, maman, personne d'autre que toi
Tu sais que je n'ai jamais vraiment digéré la vie scolaire
Même s'ils nous disaient que les lentilles nous donnaient du fer
Je sais pas pourquoi plus tard, j'ai détesté les épinards
Maman tu m'as appris à aimer la nature
Tu nous as toujours emmenés mais on n'avait pas de voiture
Tu connais les oiseaux, tu pêche à la main dans les ruisseaux

Friday, June 20, 2008
5:14 PM

Auteur : Pierpoljak

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

Confidentiel


De Jean-Jacque Goldman

Pour Guillaume




Je voulais simplement te dire

Que ton visage et ton sourire

Resteront prés de moi sur mon chemin

Te dire que c'était pour de vrai

Tout ce qu'on s'est dit, tout ce qu'on a fait

Que c'était pas pour de faux, que c'était bien.

Faut surtout jamais regretter

Même si ça fait mal, c'est gagné

Tous ces moments, tous ces mêmes matins

Je vais pas te dire que faut pas pleurer

Y a vraiment pas de quoi s'en priver

Et tout ce qu'on a pas loupé, le valait bien

Peut-être que l'on se retrouvera

Peut-être que peut-être pas

Mais sache qu'ici bas, je suis là

Ça restera comme une lumière

Qui me tiendra chaud dans mes hivers

Un petit feu de toi qui s'éteint pas.

Wednesday, June 04, 2008
8:55 PM

Auteur : Jean-Jacque Goldman

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

Ces idées la


De Louis Bertignac

Bébé faudrait rentrer tu vois
Je suis en mal d'être avec toi
La machine à café est détraquée
Les cendriers tous renversés
Des heures et des heures passées
Devant la mire de ma télé
Des nuits sans dormir à me demander
Où tu peux bien aller

Faut pas m'laisser traîner là
Seul avec ces idées-là
J'suis pas si fort que tu crois
Pas si fort que ça

Bébé un doute en moi s'est figé
Tu n'vas plus rentrer
Je peux faire une croix sur toi
Comment ne pas m'imaginer
Ta petite gueule entre ses bras
Comment ne pas crier
Comment ne pas pleurer
Je suis fatigué

Faut pas m'laisser traîner là
Seul avec ces idées-là
J'suis pas si fort que tu crois
Pas si fort que ça

Friday, May 16, 2008
6:03 PM

Auteur : Louis Bertignac

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

Oguy 2


basée sur "Lucie"

Paroles: Lionel Florence.
Musique: Pascal Obispo 1997 "Superflu"
------------------------------------
Oguy, Oguy c'est moi je sais,
Il y a des soirs comme ça où tout...
s'écroule autour de vous.
Sans trop savoir pourquoi toujours

Regarder devant soi
Sans jamais baisser les bras, je sais...
C'est pas le remède à tout,
Mais 'faut se forcer parfois...

Oguy, Oguy dépêche toi, on vit,
On ne meurt qu'une fois...
Et on n'a le temps de rien,
Que c'est déjà la fin mais...

C'est pas marqué dans les livres,
Que le plus important à vivre,
Est de vivre au jour le jour.
Le temps c'est de l'Amour...

Même, si je n'ai pas le temps,
D'assurer mes sentiments...
J'ai en moi, oh de plus en plus fort,
Des envies d'encore...

Tu sais, non, je n'ai plus à cœur,
De réparer mes erreurs ou de,
Refaire c'qu'est plus à faire :
Revenir en arrière...

Oguy, Oguy t'arrête pas, on ne vit
Qu'une vie à la fois...
A peine le temps de savoir,
Qu'il est déjà trop tard...

C'est pas marqué dans les livres,
Que le plus important à vivre,
Est de vivre au jour le jour.
Le temps c'est de l'Amour...
de l'Amour...

Mmmm, Oguy, j'ai fait le tour,
De tant d'histoires d'amour.
J'ai bien, bien assez de courage,
Pour tourner d'autres pages, sâche...

Que le temps nous est compté.
Faut jamais se retourner en se disant,
"Que c'est dommage,
d'avoir passé l'âge"

Oguy, Oguy t'encombre pas
De souvenirs, de choses comme ça.
Aucun regrêt ne vaut le coup
Pour qu'on le garde en nous...

C'est pas marqué dans les livres,
Que le plus important à vivre,
Est de vivre au jour le jour.
Le temps c'est de l'Amour...
De l'Amour

Thursday, May 01, 2008
10:50 PM

Auteur : Lionel Florence

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

Alors regarde


Paroles et Musique: Patrick Bruel

--------------------------------------------
Le sommeil veut pas d'moi, tu rêves depuis longtemps.
Sur la télé la neige a envahi l'écran.
J'ai vu des hommes qui courent, une terre qui recule
Des appels au secours, des enfants qu'on bouscule.

Tu dis qu'c'est pas mon rôle de parler de tout ça
Qu'avant d'prendre la parole il faut aller là-bas.
Tu dis qu'c'est trop facile, tu dis qu'ça sert à rien
Mais c't' encore plus facile de ne parler de rien.

Alors regarde, regarde un peu
Je vais pas me taire parce que t'as mal aux yeux.
Alors regarde, regarde un peu
Tu verras tout c'qu'on peut faire si on est deux.

Perdue dans tes nuances, la conscience au repos
Pendant qu'le monde avance, tu trouves pas bien tes mots.
T'hésites entre tout dire et un drôle de silence.
T'as du mal à partir, alors tu joues l'innocence.

Alors regarde, regarde un peu
Je vais pas me taire parce que t'as mal aux yeux.
Alors regarde, regarde un peu
Tu verras tout c'qu'on peut faire si on est deux.

Dans ma tête une musique vient plaquer ses images
Sur des rythmes d'Afrique mais j'vois pas l'paysage
Encore des hommes au courent, une terre qui recule
Des appels au secours des enfants qu'on bouscule

Alors regarde, regarde un peu
Je vais pas me taire parce que t'as mal aux yeux.
Alors regarde, regarde un peu
Tu verras tout c'qu'on peut faire si on est deux.

Alors regarde, regarde un peu
Je vais pas me taire parce que t'as mal aux yeux.
Alors regarde, regarde un peu
Tu verras tout c'qu'on peut faire si on est deux.

Thursday, May 01, 2008
2:27 AM

Auteur : Patrick Bruel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 28/11/2021 à 19:26:02



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit