Accueil | Connexion
Ultimate One - 1131184
Skip Navigation Links.
Favoris \ Textes \ Nouvelles

amethyste60 - 1806870 

Invitation à la folie


La folie décida d'inviter ses amis chez elle
Après le café, elle proposa de jouer à
cache-cache

Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse
L'Empressement se cacha le premier, n'importe où
la Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d'arbre
la Joie courut au milieu du jardin
la Tristesse se mit à pleurer, cal elle ne trouvait pas de cachette
l'Envie accompagna le Triomphe et se cacha
près de lui derrière un rocher
le Désespoir était désepéré en voyant que la folie était déjà à 99

-CENT! cria la Folie, je cherche

La première à être trouvée fut la Curiosité,
car elle navait pu s'empêcher de sortir de
sa cachette pour voir qui serait le premier
découvert
En regardant sur le côté, la folie vit le
Doute au-dessus de la clôture, ne sachant
pas de quel côté il serait le mieux caché
Quand ils furent tous réunis, la curiosité
demanda:

-où est l'Amour?

Personne ne l'avait vu, la Folie chercha
par-dessus la montagne, dans la rivière,
au pied des rochers, mais elle ne le trouvait pas
Elle prit alors un bout de bois et se mit
à chercher parmi les branches d'un rosier,
lorsque soudain elle entendit un cri
C'était l'Amour: une épine lui avait crevé
l'oeil
La Folie ne savait pas quoi faire
Elle s'escusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla jusqu'à lui promettre
de le suivre toujours
L'Amour accepta ses escuses

Depuis l'Amour est aveugle et la Folie
l'accompagne toujours




Friday, December 29, 2006
9:40 AM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires
Impression : Extraordinaire


magnolia - 781221

mon desespoir


OUi c*est mon nouvelle a moi.
L*homme que j*aimais a l*autre coté du monde,
l*homme qui possedait mes secrets et mes espoirs, est parti de ma vie, je suis seule a nouveau.-
Il m*a dit "je serai autour du monde, je ne peux pas penser a une relation fixe"
Et je suis seule, de toute solitude.-
Je suis seule a mourir, a crier , a pleurer.-
je suis seule pour croire a l*amour, mes larmes coulent sur mes joues, pales, sans vie.-
Et demain je dois recommencer, je dois sortir de mon lit, ¿avec quelles forces? quelle sera ma destinée?.-
Je resterai immobile, les yeux secs, car les sanglots ont percé ma poitrine et je suis maintenant un papillon fragile qui mourra dans quelques heures.-
Hélas

Saturday, February 25, 2006
3:54 AM

Oeuvre originale
Auteur : Magnolia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

9 Commentaires
Impression : Extraordinaire


lanserlia - 993217

Le Glandon



C'était le soir,
le foehn soufflait encore dans ma vallée - vous savez : ce vent chaud qui exacerbe les passions, qui énerve les sensibilités, ce vent qui souffle sur les frontières suisse et italienne
Le ciel était bien couvert, la pluie allait tomber, il faisait déjà un peu sombre.
Quand le foehn souffle, dans ma vallée, l'air est pur, les couleurs sont éclatantes, les montagnes découpées au cutter sur le ciel : c'est magique...
Il m'a dit : on va se promener au Glandon ?
Nous y sommes arrivés, vers 18h30, il pleuvait, les nuages étaient accrochés aux montagnes et la nuit tombait. Nous sommes partis à pied, sur la route, emmitoufflés dans nos anoraks, main dans la main.
La nuit tombait doucement et nous marchions, sur la route, au col du Glandon !
Promenade incongrue à cette heure, dans ce lieu, par ce temps !!!
Nous étions seuls, bien évidemment - si ce n'est l'amour revenu qui nous enveloppait de nouveau, après les grands tourments.

Promenade incongrue, moments étranges...
On voudrait arrêter le temps, oublier les tourments, garder le bonheur -
Nous sommes rentrés à la nuit noire, mouillés mais heureux.

Moments étranges, amour tempête
Ce soir je ne garderai que la tendresse....

Thursday, April 28, 2005
9:36 PM

Oeuvre originale
Auteur : Lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

19 Commentaires
Impression : Extraordinaire


lanserlia - 993217

le refuge de la Femma (5 et dernier)


Ce jeudi, nous avons eu le soleil, le bleu des vitraux sur nos têtes, les murailles de pierre autour de nous, la féerie du soir pour nos yeux, la magie de la pleine lune pour nos âmes, le bol de thé chaud pour nos mains et notre soif.

Nous avons eu tout le bonheur du monde ce jour-là. Nous nous sommes endormis heureux : la lune et les Dieux nous avaient souri.

Epilogue :

Quelques jours plus tard, j’ai fait le compte rendu à mon docteur : 20 kms de marche dans la neige, dont « quelques uns » dans le froid de la nuit.
Pour une reprise « tranquille » de la marche, c’était raté ! mais Achille le tendon a tenu le coup…

Et qu’a dit le docteur de ces excès ?
Rien ! et il a même souri. Il avait compris : il aime la montagne, lui aussi !


Tuesday, January 11, 2005
9:32 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

19 Commentaires
Impression : Extraordinaire


lanserlia - 993217

le refuge de la Femma (3)


L’heure tourne, la nuit tombe vite en cette saison. Il nous faut bien revenir « sur terre » et penser au retour. Déjà le soleil se cache derrière la barrière rocheuse, en face de nous, donnant le signal du départ.
15 heures : il est temps. A l’aller, nous sommes descendus la plupart du temps et maintenant, logique oblige, il va falloir monter le chemin du retour…

Un dernier regard au refuge qui retrouve sa solitude hivernale et nous reprenons nos traces en sens inverse.
Revoilà nos chamois, à peu près aux mêmes endroits, ou se détachant sur la ligne de crête, toujours aussi peu affolés par notre présence…
L’ombre monte vite dans le vallon de la Rocheure : eux restent au soleil sur le versant sud.

La progression est aussi lente qu’à l’aller : les mêmes plaques de glace puis, une fois la piste retrouvée, les mêmes congères de neige poudreuse, en montée cette fois…

L’ombre remonte le long du versant, le crépuscule s’installe et, avec lui, la magie du soleil couchant.
Tout est dans l’ombre, dans le vallon. Par contre, les rochers étincellent, puis, petit à petit, deviennent rouges. Dans le ciel d’un bleu de vitrail, quelques traînées nuageuses flamboient vers l’ouest.

La grande fête du soir a commencé pour nous, rien que pour nous !

Plus l’ombre remonte le long des prés et des murailles, plus les rochers brûlent, le bleu du ciel se fonce, devient pur comme le diamant, les nuées flambent de mille nuances de rouge.
Un chamois se dessine sur la ligne de crête en face de nous ; où va-t-il ? communion de la nature et de l’animal aux sabots agiles…

La nuit nous rattrape et nous enveloppe. Le retour est pénible : la neige poudreuse, la montée, la fatigue… ne pas regarder trop loin devant, le chemin qu’il reste à faire, ne pas regarder la montre, le temps qu’il reste à marcher… Un pas devant l’autre, dans les traces, régulièrement, sans à-coups.

Revoilà la chapelle St Barthélémy : d’ici, il reste 1h½ de marche… Un pas devant l’autre…

Et le tendon ? s’il lâchait ici ? loin de tout, dans la nuit ? Ne pas y penser… Allez ! on continue, un pas, un autre…

Maintenant la nuit est tombée, le vent souffle faiblement mais il est glacé. Les montagnes se sont éteintes, les nuages aussi, les chamois ont disparu dans l’ombre.
Nous voilà vraiment seuls, la lampe frontale éclaire nos traces.

Soudain….

Tuesday, January 11, 2005
9:31 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires
Impression : Extraordinaire

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 23/09/2020 à 12:16:08



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit