Accueil | Connexion
dany - 1489449
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Poèmes   Tous ses textes


APPRENEZ : LE MARIAGE


DÉFINITION RELIGIEUSE : Acte religieux qui consiste à créer un crucifié de plus et une vierge de moins.

DÉFINITION JURIDIQUE : Sentence dont le "condamné à perpétuité" est libéré uniquement pour mauvaise conduite.

DÉFINITION DE LA VIE COURANTE : Aucune femme n'a ce qu'elle espérait et aucun homme n'espérait ce qu'il a.

DÉFINITION MATHÉMATIQUE : Somme d'emmerdes, soustraction de libertés, multiplication de responsabilités, division des biens.

DÉFINITION PONDÉRALE : Méthode la plus rapide pour grossir

DÉFINITION MILITAIRE : C'est la seule guerre ou l'on dort avec l'ennemi.

DÉFINITION PHILOSOPHIQUE : Sert à résoudre des problèmes que l'on n'aurait jamais eus en restant célibataire.

Monday, October 15, 2007
2:17 AM

Oeuvre originale
Auteur : Moi Daniel V.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

L'AMOUR EST UNE DROGUE


Les préliminaires c'est évidant
Aimer c'est fort
Les caresses c'est prenant
Les baisers c'est de l'or
Les dialogues c'est lassant
Les mots doux c'est encore
Pour les seins rien ne vaux les dents
Quant on commence on doute de notre sort
Ont se fiche pas mal du temps
Quant c'est fini ont en voudrait encore

Conclusion : l'amour est stupéfiant
Mais les stupéfiants ne donnent pas l'amour

Sunday, January 21, 2007
3:11 AM

Oeuvre originale
Auteur : Moi Daniel V.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

NOTRE ENVIE "de sexe"


Tu as envies de moi
Sous ton toit
J'ai juste besoin moi
De te savoir près de moi

De mes mains
Je frôle tes seins
Et mon pénis
S'enfonce dans ton pubis

Quant de mon corps
Mon jus blanc sort
Tu me donnes ton corps
Tu garde tout rien ne ressort

Puis tu me donnes tes fesses
Je sais ce que tu veux mais rien ne presse
Je les embrasse, les caresses
Je sens que je vais faire des prouesses

Je m'enfonce lentement dans ce cul
Il n'attend que mon sexe bien tendu
Tu fais tout pour recevoir mon jus
Je gicle fort et sur ton dos tu le reçu

Pour me remercier tes lèvres tu me les donnes
Je les embrasse et tu t'abandonnes
Tu jouis et l'extase viens et sonne
Encore, encore tu me fredonnes

Ta vulve je vais la caresser
Tes seins je vais les sucer
Ton clito je vais l'aspiré
Ma verge tu va la manger

Nous sommes sur notre lit
Et on sent qu'en l'autre, on vit
Tu me dis, Oh viens mon chéri
Je réponds, tous les jours ma chérie

Wednesday, October 25, 2006
5:02 AM

Oeuvre originale
Auteur : Moi Daniel V.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

6 Commentaires

CENT ANS DE PLUS


Cent ans dans la peau de l'esclave
Et juste après cent ans de plus
Cherchant des miettes sous les tables
Avant que les blancs ne marchent dessus
Dormir sur des paquets de planches
Chanter seulement le dimanche
Tu vois la femme noire
Dans le rôle de la bonne
Avec tout à c^té
Tout tordu son bonhomme

Après ça faut pas que tu t'étonnes
C'est eux qui ont fait
C'est eux qui ont fait
Son House et Charlie Patton
Howlin' Worf et Blind Lemon

Bien rouge le sang de l'Afrique
Sur la jolie fleur du coton
La toute nouvelle Amérique
La belle démocratie "Welcome"
Bateau déportant les villages
Au bout de l'immense voyage
Gravé dans la mémoire
Chaque larme d'ivoire
Chaque collier de fer

Après ça faut pas que tu t'étonnes
C'est eux qui ont fait
C'est eux qui ont fait
Son House et Charlie Patton
Howlin' Worf et Blind Lemon

Toujours plaire aux marchant de fantômes
Elle qu'on achète et lui que l'on donne
Naître avec la peine maximum
Toujours vivant dans ce que nous sommes
Peuple interdit du reste des hommes
Cherchant le bleu de l'ancien royaume

Eux qui ont fait faut pas que tu t'étonnes
Son House et Charlie Patton
Blind Blake et Willie Diton
Ma Rainey et Robert Jonhson
Howlin' Worf et Blind Lemon
Son House et Charlie Patton

Tuesday, October 24, 2006
1:04 PM

Auteur : Francis Gabrel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires

LE MONDE EST SOURD


Pendant qu'on se promène
L'enfant pour cinq francs la semaine
Viens broder des survêts
Pour l'homme blanc qui golf en voiturette

Sale temps sur la planète
Oh le drôle, le drôle de temps
Porter secours c'est défendu
Le monde autour est sourd, bien entendu

Chercheur contre nature
Truqueur, sur l'honneur qui jure
Faut pas que ça vous inquiète
J'ai bien connu l'animal mort dans votre assiette

Sale temps sur la planète
Oh le drôle, le drôle de temps
Porter secours c'est défendu
Le monde autour est sourd, bien entendu

Tricheur à la tribune
Menteur amassant la fortune
Grimpeur dans la tempête
Rien que des doses d'eau claire
Au fond de la musette

Sale temps sur la planète
Oh le drôle, le drôle de temps
Pas de témoin une fois de plus
Le monde autour est sourd, bien entendu

Cendrillon tombée d'un coin du Sahel
Perdue
Sur un bout de papier me lance un appel
Et dessus
Elle dit "c'est où exactement
C'est où exactement la tour de Babel"
`
Monsieur sort de l'église
Heureux que les hommes fraternisent
Son fils qui lui fait la tête
Et lui qui court acheter
Le fusil et les fléchettes

Sale temps sur la planète
Oh le drôle, le drôle de temps
Pas de témoin une fois de plus
Le monde autour est sourd, bien entendu

Pendant qu'on se promène
L'enfant pour cinq francs la semaine
Chercheur contre nature
Bien cacher derrière sa devanture
Tricheur à la tribune
Et nous, tous les applaudis
Comme la lune
Comme la lune …

Tuesday, October 24, 2006
12:29 PM

Auteur : Francis Gabrel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 14/08/2018 à 15:41:58



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit