Accueil | Connexion
amethyste60 - 1806870
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Contes   Tous ses textes


Le respect de l'autre



Le jeune roi Arthur tomba un jour dans une embuscade et fut fait prisonnier par le monarque d'un royaume voisin. Le monarque aurait pu le tuer mais fut ému de la jeunesse et de la joie de vivre d'Arthur. Alors, il lui offrit la liberté contre la réponse à une question très difficile.


Arthur aurait une année pour deviner la réponse et s'il ne pouvait la donner au bout de ce délai, il serait tué. La question était : que veulent réellement les femmes ?
Une telle question laisserait perplexes les hommes les plus savants et, pour le jeune Arthur, cela semblait être une quête impossible. Comme c'était quand même mieux que la mort, il accepta la proposition du monarque de lui ramener la réponse au bout d'un an.


Il retourna dans son royaume pour interroger tout le monde : les princesses, les prostituées, les prêtres, les sages, le fou de la cour. Il parla à chacun mais personne ne pût lui donner une réponse satisfaisante.


Ce que la plupart des gens lui dirent fut d'aller consulter la vieille sorcière qui était la seule à pouvoir connaître la réponse. Le prix en serait élevé car la sorcière était connue dans tout le royaume pour les prix exorbitants qu'elle demandait.




Le dernier jour de l'année arriva et Arthur n'avait pas d'autre choix
que d'aller parler à la sorcière. Elle accepta de répondre à sa question mais il devait d'abord accepter son prix. La vieille sorcière voulait épouser Gauvain, le plus noble des Chevaliers de la Table Ronde et le plus cher ami d'Arthur.


Le jeune Arthur fut horrifié : la vieille sorcière était bossue et terriblement laide, n'avait qu'une dent, sentait comme l'eau des égouts, faisait souvent des bruits obscènes ... Il n'avait jamais rencontré de créature aussi répugnante. Il refusait de forcer son ami à l'épouser et d'endurer un tel fardeau.


Gauvain, en entendant la proposition, parla à Arthur. Il lui dit que ce n'était pas un si terrible sacrifice pour sauver la vie d'Arthur et préserver la Table Ronde.
Ainsi, le mariage eut lieu et la sorcière répondit à la question : Ce qu'une femme veut vraiment c'est de pouvoir décider de sa propre vie.

Chacun sut à l'instant que la sorcière venait de dire une grande vérité et que la vie d'Arthur serait épargnée. Et ce fut le cas. Le monarque voisin épargna la vie d'Arthur et lui garantit une totale liberté.
Quel mariage ! Arthur était tenaillé entre le soulagement et l'angoisse.


Gauvain se montrait agréable comme toujours, charmant et courtois. La vieille sorcière montra ses plus mauvaises manières. Elle mangea avec les doigts, rota et péta et mis tout le monde mal à l'aise. La nuit de noce approcha.

Gauvain se préparant psychologiquement pour la nuit de noce entra dans la chambre. Mais quelle surprise ! La plus belle femme qu'il ait jamais vue se tenait devant lui. Gauvain était éberlué et demanda ce qui se passait. La beauté répondit que comme il avait été gentil avec elle « quand elle était la sorcière », elle serait la moitié du temps horrible et déformée et l'autre moitié une magnifique jeune fille.


Quelle forme voulait-il qu'elle prenne le jour et la nuit ? Quelle question cruelle!
Gauvain commença à réfléchir à ce problème : pendant la journée une belle femme à montrer à ses a

Wednesday, April 16, 2008
3:19 PM

Auteur : Sérénité

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

la petite marchande de fleurs


Il était une fois,
une petite marchande de fleurs,
qui se désespérait
car plus personne n'achetait ses bouquets.

Elle se demandait bien pourquoi,
Il n'y avait plus de soleil dans les cœurs.
Pourquoi plus un visage ne souriait
et depuis combien de temps çela durait.

Alors qu'elle était au désarroi,
Apparu soudain la fée du bonheur.
Elle lui dit :
" j'ai entendu ton cœur qui m'appelait"
Ferme les yeux et fait un souhait.

Maintenant, tout dépend de toi,
écoute ce que dit ton cœur.
Alors, la petite marchande confectionna de jolis bouquets,
auxquels elle accrocha un petit billet.


Elle alla offrir ses fleurs à tous les villageois.
" Tenez" dit elle, " voici un peu de chaleur."
Les villageois étaient stupéfaits,
mais déjà, la magie opérait.

Le village retrouva sa joie de vivre,
Le soleil brillait à nouveau dans les cœurs.
La fée avait exaucé son souhait.
Mais qu'avait-elle marqué sur le billet ?





« Voici un peu de mon coeur
c'est du bonheur
partagez-le et
soyez heureux »









Wednesday, March 26, 2008
10:38 PM

Auteur : Une inconnue

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

6 Commentaires

Légende pour la Saint Valenin


Dinorah, fille d'Agar, était une des plus belles Mauresques de tout l'Algarve musulman ; elle vivait dans un magnifique palais aux milles colonnes fines de marbre rose et aux persiennes ajourées, entourée de coussins de soie colorée et douce comme un vol d'ailes de colombe. Pour enchanter ses yeux noirs, on avait planté des jardins merveilleux, où dansaient des fleurs exotiques venues du monde entier. Des ruisseaux transparents cascadaient de pierre en pierre dans un murmure d'incessante musique.
Et, malgré tout cela, Dinorah pleurait. Comme si une infinie tristesse, inexplicable, s'était installée dans son coeur. Dinorah pleurait d'être enfermée derrière les filigranes des persiennes, de ne jouir de tant de beauté que dans le cadre de ses jardins enchanteurs. Dinorah pleurait enfin sa solitude irrémédiable, pleurait de tout son coeur d'aimer sans avoir personne à aimer. C'est pour cela que ses yeux noirs, noirs comme un ciel sans clair de lune, étaient si tristes.
Une après-midi de printemps, alors que les amandiers commençaient à fleurir, Dinorah était à son balcon, promenant ses tristes yeux noirs sur l'éveil de la nature, lorsque vint à passer un troubadour qui, voyant tant de mélancolie, lui demanda, en chantant, ce qu'il pouvait faire pour la rendre plus gaie. Et Dinorah répondit :
- Ah, troubadour, troubadour ! Si tu veux m'aider, donne-moi un voile pour me marier…

En entendant ces mots le cavalier partit au galop et Dinorah resta là, à pleurer.
Mais les Maures et les Chrétiens ne doivent pas se parler, et ce bref instant déplut à Allah. Il décida, sur l'heure, de punir ces deux-là.
Arriva la nuit douce, qui couvrit de son manteau couleur des yeux de Dinorah toutes les choses de la terre. A cette même heure, une voix très douce, emplie d'une tendresse inconnue, se fit entendre au son d'un luth, chantant des chansons anciennes. Et cette nuit-là Dinorah dormit tranquille et apaisée, parce qu'elle savait qu'elle n'était plus seule désormais.
Le matin, à son réveil, les yeux noirs de la Mauresque brillaient enfin comme si cette nuit-là le clair de lune était pour la première fois passé dans son regard. Et lorsqu'elle arriva à la fenêtre, elle vit le signe du bras infatigable du troubadour de la nuit, et, tout autour d'eux, tombaient des pétales blancs de mariage.
Elle étendit, elle aussi, le bras pour remercier d'un geste, mais, par ce geste, elle se vit transformée en fontaine, et son troubadour se changea en lac.
Depuis ce temps-là, ils coulent ensemble vers la mer, et tous les ans, au printemps, Allah leur envoie les fleurs d'amandiers pour qu'ils puissent se marier.
( in Légendes de l'Algarve, recueillies par Fernando Frazão.)

Monday, February 11, 2008
10:47 PM

Auteur : un inconnu

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

16 Commentaires

les trois portes de la sagesse


Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince
 courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie,
il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.
 
    "Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.
 
 "Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable,
répondit le Sage.
Cependant je veux bien te donner quelques
indications. Sur ta route,
 tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes
 indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les
suivre. Ne cherche pas à t'en détourner,
car tu serais condamné à revivre ce que tu
aurais fui. Je ne puis t'en dire plus.
Tu dois aprouver tout cela dans ton coeur
et dans ta chair.
Va, maintenant. Suis cette route,droit devant toi."

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.
 
    Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire
  "CHANGE LE MONDE".
 
    "C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me
conviennent pas." Et il entama son premier
combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur
 le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir,à modeler la réalité selon son désir.
 Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent.
 Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :
 "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe,
ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas". "C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise." Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire
"CHANGE LES AUTRES".
"C'était bien là mon intention,pensa-t-il.
 Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration." Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur
caractère et à extirper leurs défauts.
Ce fut là son deuxième combat.
 Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité
de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :
"Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
"J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source
de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses." "Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou
frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne
ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots
"CHANGE-TOI TOI-MEME".
"Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce<

Saturday, November 17, 2007
9:52 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

16 Commentaires

la jarre abimée


Un porteur d'eau indien avait deux grandes jarres, suspendues
 aux 2 extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses
 épaules.
   
   L'une des jarres avait un éclat, et, alors que l'autre jarre
 conservait parfaitement toute son eau de source jusqu'à la maison
 du maître, l'autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse
 cargaison en cours de route.
 
   Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d'eau
 ne livrait qu'une jarre et demi d'eau à chacun de ses voyages.  
 
   Bien sûr, la jarre parfaite était fière d'elle, puisqu'elle
 parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.
   
   Mais la jarre abimée avait honte de son imperfection et se
 sentait déprimée parce qu'elle ne parvenait à accomplir que la
 moitié de ce dont elle était censée être capable.
 
   Au bout de 2 ans de ce qu'elle considérait comme un échec
 permanent, la jarre endommagée s'adressa au porteur d'eau,
 au moment où celui-ci la remplissait à la source.  
 
   "Je me sens coupable, et je te prie de m'excuser."
 
   "Pourquoi ?" demanda le porteur d'eau. "De quoi as-tu honte ?"
 
   "Je n'ai réussi qu'à porter la moitié de ma cargaison d'eau
 à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui
 fait fuire l'eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et,
 à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l'eau.
 Tu n'obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts",
 lui dit la jarre abimée.
 
   Le porteur d'eau fut touché par cette confession, et, plein
 de compassion, répondit: "Pendant que nous retournons à
 la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs
 magnifiques qu'il y a au bord du chemin".
 
   Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long
 de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs
 baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit
 du baume au coeur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait
 toujours aussi mal parce qu'elle avait encore perdu la moitié
 de son eau.
 
   Le porteur d'eau dit à la jarre "T'es-tu rendu compte qu'il
 n'y avait de belles fleurs que de ton côté , et presque aucune
 du côté de la jarre parfaite? C'est parce que j'ai toujours su
 que tu perdais de l'eau, et j'en ai tiré parti.
 
   J'ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et,
 chaque jour, tu les as arrosés tout au long du chemin.
   
   Pendant 2 ans, j'ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques
 fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais
je n'aurais pu trouver des fleurs aussi fraiches et gracieuses."
 



 
   Morale de l'histoire: Nous avons tous des éclats, des blessures,
 des défauts. Nous sommes tous des jarres abimées.
 
 
   Certains d'entre nous sont diminués par la vieillesse, d'autres
 ne brillent pas par leur intelligence, d'autres trop grands, trop
 gros ou trop maigres, certains sont chauves, d'autres sont diminués
 physiquement, mais ce sont les éclats, les défauts en nous
 qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.
 
 
 Il vaut mieux prendre les autres tels qu'ils sont, et voir ce qu'il
 y a de bien et de bon en eux. Il y a beaucoup de positif partout.
 Il y a beaucoup de

Saturday, October 20, 2007
11:41 PM

Auteur : Christian

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 22/11/2019 à 00:30:22



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit