Accueil | Connexion
♥☆ arwen ♥☆ - 2258363
Skip Navigation Links.

Blog \ Textes \ Contes   Tous ses textes


Le vieil ours




Il était une fois un vieil ours qui avait beaucoup souffert quand il était un petit ourson, d’abord il n’avait pas été désiré par sa maman, il avait poussé sans beaucoup d’amour ni de tendresse, il avait souffert dans son corps et dans son cœur. C’est pourquoi quand il eut grandi il chercha à compenser cette carence, d’abord il se maria avec la première ourse qu’il rencontra et qu’il crut aimer…et bien vite trois petits oursons naquirent. Il les aima avec sa façon bourrue de ne jamais montrer ses sentiments mais en étant très attentif à ce qu’ils ne manquent de rien dans tout ce qui leur était nécessaire. Chez eux les pots de miel ne faisait jamais défaut pas plus que toutes les baies sauvages dont ils se délectaient.
Mais voilà que cet ours bourru était en fait un ours sensible et sentimental et personne de son entourage ne pouvait s’imaginer à quel point la peur de ne plus être aimé le tiraillait. Pourtant tout le monde sait combien les ours sont fidèles, mais lorsqu’il se sentait délaissé il allait chercher d’autres ourses avec lesquelles il batifolait un certain temps puis se lassait ou bien ses conquêtes comprenant qu’il n’était pas sincère le quittaient.
Toute sa vie durant il vécu comme ça allant d’ourses en ourses, puis arriva ce qu’il arrive toujours avec cette conduite… Son épouse le quitta alors qu’il avait rencontré une autre ourse qui l’aimait passionnément…
Les années passèrent cette dernière ourse rêvait de finir ses jours avec lui, de pouvoir enfin l’aimer et le rendre heureux en plein jour, c’est vrai qu’elle l’aimait tant et qu’elle croyait que ses sentiments étaient partagés. Ce qu’elle ignorait c’était que celui-ci trichait et continuait à accumuler les conquêtes. En apprenant cela elle souffrit mille douleurs mais fini par lui pardonner.
Un jour il lui avoua qu’il aimait une autre ourse qu’il avait rencontré de l’autre côté du monde et ce fut comme un coup de poignard dans le cœur de notre ourse, mais comme elle l’aimait vraiment elle réalisa que pour qu’il soit enfin heureux il fallait qu’elle le quitte, ce qu’il accepta assez facilement.
Mais voilà que sa rivale était très intéressée, et habitait cette partie du monde où le miel et les baies ne se trouvent pas aussi facilement. Alors pendant que lui la croyant fort éprise échafaudait des plans pour la faire venir chez lui, elle batifolait de son côté et finit par rencontrer un plus jeune ours dont elle tomba amoureuse. Ils passaient beaucoup de temps ensemble s’écrivant lorsqu’ils ne pouvaient se voir. Mais l’attrait d’une vie plus facile avec notre vieil ours bourru était trop fort pour qu’elle le quitte et cela continua ainsi de longs mois jusqu’au jour où elle dû décider …et qui croyez-vous qu’elle choisit ?
Elle choisit tout d’abord ses intérêts, tout n’étant que calculs depuis le début, c'est-à-dire bien sûr le bon vieil ours mais continua à aimer l’autre en secret…
Notre vieil ours pendant ce temps commençait à suspecter quelque chose, et pensait souvent à celle qui l’avait tant aimé, parfois il avait des regrets mais son orgueil l’empêchait de faire un pas vers cette ourse qui essayait désespérément de l’oublier et puis il était toujours flatté de voir qu’une aussi jeune ourse ai pu s’intéresser à lui…
Le temps passa et notre vieil ours trouva un jour le moyen de faire de faire venir cette étrangère dans son pays : il l’épousa ! Celle-ci avait gagné, ces vœux se réalisaient enfin. Elle pu enfin aimer son autre ours sans crainte de perdre sa sécurité. Elle resta avec son nouvel époux juste le temps nécessaire pour ne pas se voir renvoyer dans son pays de l’autre côté du monde.
Elle demanda le divorce et quand sa sécurité fut assuré, un beau matin d’automne, elle partit retrouver son amoureux…le temps avait passé et la santé de notre vieil ours s’était altéré, il était devenu vieux…
Ses illusions avaient disparu et il restait dans sa tanière seul au milieu de ses regrets…
Il ne pouvait pas imaginer que pas très loin de lui l’ourse qui l’avait tant aimé veillait et attendait un signe. Elle attendrait peut-être toute sa vie mais un amour comme le sien ne pouvait pas se remplacer.


Monday, May 11, 2009
1:42 PM

Oeuvre originale
Auteur : Arwen

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

La coccinelle




Il était une fois une petite coccinelle, elle était très jolie dans sa belle robe rouge parsemée de petits points noirs, elle était heureuse car elle aimait et était aimée par un beau papillon bleu. Ensembles, ils parcourraient les prés, volant au-dessus des champs de coquelicots qu’elle affectionnait tout particulièrement.
Longtemps ils parcoururent les prés, les champs, les bois et les sous-bois.
Vous savez comme moi qu’une coccinelle est pure, si elle est appelée « bête du Bon Dieu » ou bien « porte-bonheur », ce n’est pas par hasard, c’est qu’elle n’imagine pas le mal, la tromperie et le mensonge, elle veut juste donner de l’amour et du bonheur à celui qui a la chance de la recueillir dans le creux de sa main… Et un beau papillon bleu l’avait trouvée un jour seule et désemparée parce qu’un papillon de nuit avait été très méchant et cruel avec elle, il lui avait ôtée sa joie vivre.
Notre beau papillon bleu avait été tellement gentil, attentionné et aimant que peu à peu elle avait repris goût à la vie. Elle ne se méfiait pas, son gros défaut étant d’accorder sa confiance trop facilement. Et plus que tout autre elle jugeait que ce beau papillon méritait cette confiance. Ses sentiments amicaux se transformèrent petit à petit en un grand amour.
Mais voilà qu’un jour, son univers bascula, ses illusions s’envolèrent et son caractère gai et insouciant changea. Pourquoi ? Parce que de nouveau elle avait été trahie : son beau papillon bleu la quitta pour aller butiner d’autres fleurs dans des prés et des champs très éloignés et ce qui devait arriver arriva… Il rencontra une cigale qui chanta si bien et si fort que notre beau papillon tomba sous le charme et s’envola à jamais vers cette cigale.
Notre petite coccinelle se retrouva brisée, malheureuse et tellement déçue, que son cœur se mit à saigner en permanence, elle essaya bien de se raisonner, de se dire que ça n’avait pas d’importance, que la vie continuait…Mais tout ce sang qui s’écoulait de sa blessure finit par affaiblir son amour de la vie par tisser une épaisse toile qui emprisonnât sa joie de vivre et sa gaieté. Elle devint très méfiante et lorsqu’elle croyait apercevoir chez un ami un quelconque intérêt pour elle, elle devenait agressive pour l’éloigner d’elle afin de ne plus s’attacher car elle s’était bien promis de ne plus jamais montrer sa vulnérabilité ni son besoin d’amour et de tendresse à personne. C’était très difficile pour elle car sa gentillesse naturelle luttait en permanence contre cette image de méchanceté qu’elle voulait se donner. Donc si quelqu’un s’attachait à elle, elle le perdait en faisant preuve de mauvais caractère.
Notre petite bête se trouva bien malheureuse de cette situation !
Voilà qu’un jour un autre beau papillon vint sur sa route et lui offrit un peu de tendresse, un peu de réconfort. Il la trouvait si jolie et par moment si gentille qu’il ne comprit rien à ses sautes d’humeur.
Elle lui raconta son histoire un soir où la lune brillait plus fort que d’habitude…alors il comprit qu’il lui faudrait beaucoup de patience pour essayer de refermer la blessure de ce petit cœur meurtri.
Il l’aimait tellement que le challenge lui fut facile, il montra beaucoup de compréhension et d’amour contre certaines de ses réactions, il comprenait que celles-ci n’étaient que les réminiscences de ce douloureux passé.
Petit à petit la petite coccinelle s’ouvrit à ce nouvel amour, elle comprit que son passé était derrière elle et qu’elle pouvait accorder sa confiance et son amour à ce beau papillon qui s’était montré si patient et amoureux.
Ils se jurèrent de ne jamais se quitter et de parcourir ensemble tous les jardins du monde.

L’histoire dit qu’ils vécurent de longues années d’amour et de tendresse jusqu’à la fin de leur vie.

Tuesday, March 03, 2009
4:12 PM

Oeuvre originale
Auteur : Arwen

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

La bicyclette bleue



C’était il y a bien longtemps, à une époque où les jouets électroniques n’existaient pas, une époque où chaque année au mois de décembre le père noël rendait visite aux petits enfants des écoles pour leur distribuer un petit sachet contenant une mandarine et quelques pralines.
Fanette, comme toutes ses petites amies avait reçu le sien des mains même de cet homme barbu, ventru et tout de rouge vêtu. Comme l’an passé elle était émerveillée et heureuse de le voir, elle aurait bien voulu lui poser une question mais sa timidité l’en empêcha.
Elle n’osa pas lui demander si il avait bien reçu sa lettre et surtout s’il l’avait bien lue car elle lui demandait le même cadeau que l’année précédente : « une bicyclette bleue »
A la place de cette chose tant rêvée, elle avait reçu une poupée, une de ces poupée de porcelaine avec un visage inexpressif, la bouche aux lèvres fermées, deux taches vermillons sur les joues et des cheveux collés sur la tête, de sorte qu’elle ne pouvait ni la coiffer ni lui donner le biberon !
Son amie Margot avait aussi reçu une poupée, mais rien de comparable, elle était douce au toucher, son corps était souple, elle avait des cheveux implantés dans la tête qu’on pouvait même laver !
En plus elle avait une jolie petite bouche ouverte qui laissait apparaitre deux petites dents.

Fanette avait résolu le problème de biberon en demandant à son grand père de percer un trou dans les lèvres de sa poupée et ma fois ce n’était pas très joli, mais comme lorsqu’elle ne tétait pas elle lui mettait une "totote" ça pouvait aller…

Mais voilà que cette année elle savait que Margot allait recevoir une belle bicyclette rouge.
Fanette se disait :
« Voyons, je lui ai écrit que j’étais la première de la classe, que j’écoutais bien papa et maman et que je faisais de gros effort pour ne pas me disputer avec ma sœur, alors il n’y a aucune raison pour que moi aussi je n’ai pas ma bicyclette. »
Et chaque nuit elle en rêvait, elle se voyait roulant dans les petits chemins de campagne, elle avait promis à sa maman qu’elle serait très prudente.
Quelques jours avant noël elle demanda à sa maman :
« Tu as bien posté ma lettre au père noël ? »
Et sa maman répondit :
« Bien sûr Fanette, mais tu sais le père noël ne sera peut-être pas assez riche encore cette année pour ce cadeau. »
Mais Fanette voulait y croire de toutes ses forces.
Le matin de noël arriva, elle se précipita vers l’arbre de noël, chercha tout autour mais ne vit pas l’objet de ses rêves…Bien sûr il y avait d’autres cadeaux : une dinette, des livres et des chocolats mais pas de vélo.
Elle eut beaucoup de peine mais se dit:
« Tant pis, c’est que le père noël n’avait encore pas assez de sous cette année…Peut-être l’année prochaine. »
Elle se mit à jouer avec sa dinette.
A midi ce fut le repas familial traditionnel toute la famille était réunie.
Margot passa voir Fanette avec son beau vélo rouge qu’elle lui laissa essayer un court moment, car Fanette lui avait expliqué qu’il manquait encore un peu d’argent au père noël cette année, alors ce serait sans doute pour le prochain Noël.
Assis un peu à l’écart, grand-père fumait sa pipe et avait entendu cette discussion. Il sourit.
Une semaine s’écoula et voila qu’un dimanche matin grand-père l’appela et lui dit :
« Fanette viens voir chez moi, je crois que le père noël avait laissé quelque chose pour toi près de la cheminée et je ne l’avais pas remarqué. »
La fillette couru jusque chez lui et là ses yeux s’écarquillèrent car devant elle, appuyée contre la cheminée se tenait une jolie bicyclette bleue, exactement comme elle en avait rêvé : garde-boue étincelants, peinture brillante et il y avait même une lumière devant et un feu rouge derrière, et en plus une sonnette !
La fillette les yeux plein de larmes se jeta dans les bras de son grand père pour le remercier.

Comment cela avait été possible :
Grand-père avait un atelier pour son travail et son bricolage, et là se trouvaient des quantités de vieux objets, prêts à être vendus à la ferraille et parmi tous ces objets hétéroclites, un vieux vélo d’enfant ayant appartenu à Dieu sait qui… Il était tout rouillé et couvert de poussière.
Grand-père avait passé sa semaine à restaurer ce tas de ferraille pour en faire cette magnifique
Bicyclette bleue.


Tuesday, January 06, 2009
10:51 PM

Oeuvre originale
Auteur : Arwen

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires

    

Blog mis à jour le 09/08/2020 à 06:10:16



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit