Accueil | Connexion
Marny - 251831
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Histoires drôles   Tous ses textes


Sables mouvants


Un curé qui se promène dans la nature est pris dans les sables mouvants.

Alors qu'il s'enfonce jusqu'au aux chevilles, un camion de pompiers passe par là.

- Vous avez besoin d'aide ?

- Ce n'est pas nécessaire, le seigneur me viendra en aide !

Alors que le curé s'enfonce jusqu'à la ceinture, le camion repasse et les pompiers lui reposent la question.

- Vous avez besoin d'aide ?

- Ce n'est pas nécessaire, le seigneur me viendra en aide !

Lorsque le curé n'a plus que la tête hors du sable, les pompiers passent une troisième fois .

- Vous n'avez toujours pas besoin d'aide ?

- Ce n'est pas nécessaire, le seigneur me viendra en aide.
Alors le curé s'enfonce complètement et lorsqu'il arrive au paradis, il dit au seigneur :

- Je suis vraiment déçu, je pensais vraiment que vous me viendriez en aide !

Et le seigneur lui répond :

- Je t'ai envoyé 3 fois les pompiers, je ne vois pas ce que je peux faire de plus !

Sunday, June 25, 2006
12:10 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

1 Commentaires

Trou de Mémoire


C'est un type un peu fatigué qui rentre dans une pharmacie. Allant directement au comptoir, il demande au pharmacien une boite d'acide acéthylsalicilique.

L'air un peu surpris le pharmacien lui demande de préciser : Vous voulez dire une boite d'aspirine ?

Et le client ; Ah ! Je me rapelle jamais le nom !


Monday, November 01, 2004
4:52 PM

Auteur : Sam nézique

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

La recette de la dinde au Whisky


Acheter une dinde de cinq kilos pour six personnes et une bouteille de whisky, sel, poivre, huile d’olive et des bardes de lard


1/ La barder de lard, la ficeler, la saler, la poivrer et ajouter un filet d'huile d’olive

2/ Faire préchauffer le four, thermostat 7, pendant dix minutes. Se verser 1 verre de whisky

3/ Pendant ce temps-la, mettre la dinde au four dans un plat à cuisson. Se ensuite deux bons verres de whisky et les boire.

4/ Mettre le thermostat à 8, pour la saisir. Se bercer trois autres verres de wyski.

5/ Après une debi – beurre de blus, l’ouvrir, la bourner et surveiller la buisson. Se saisir de la pouteille de biscuits et s’enfiler une bonne rasade derrière la bravatte.
6/Après une demi-beurre de blus, tituber jusqu’au bour et retourner la guinde.
Eviter de se prûler la main avec la putain de borde du vour.
Se resservir cinq, Voire six viskis de verre.

7/Luire la bringue pendant trois heures et s’arroser toutes les vingt binutes, si possible. Ramper jusqu’a la bringue et retirer le bout de la pinte.
Se resservir une goulée et essayer à nouveau de sortir cette saloperie de bestiole.

8/Rabasser la pinte bar terre, l’essuyer avec le borchon et la foutre sur le blat.
Faire très attention à pas se péter la gueule à cause du gras sur le garrelage.
Essayer quand-même de se releber si ça arribe.

9/Décider que l’on est bien assis à côte de la bête à vinir la pouteille de riski.

10/Dorbir un beu.

11/ Le lendemain, manger la dinde froide avec de la mayonnaise, après avoir, bien sûr, rangé tout le bordel de la veille.

Sunday, August 29, 2004
1:17 PM

Oeuvre originale
Auteur : Marny

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Tout s'explique !


Trois ingénieurs d'Apple rencontre trois ingénieurs de Microsoft sur le quai d'une gare. Tous attendent le train qui les amenera à un congrès informatique important.

Les ingénieurs de Microsoft vont acheter leurs billets et le compostent sur le quai.
Leurs concurents d'Apple les regardent un sourire aux lèvres et restent sur place pour attendre le train. Celui-ci arrive et les 6 montent dans la même voiture. Les ingénieurs de Microsoft interpellent leurs concurents en leur rappelant que les contrôles dans le train sont désormais systématiques et que les amendes pour défaut de titre de transport sont assez chères. Les ingénieurs d'Apple préfèrent ignorer cette remarque...

Pendant le voyage, un contrôleur se présente à un bout de la voiture et annonce :
- "Mesdames et Messieurs bonjour, contrôle des billets s'il vous plait..."

Pendant ce temps là, les trois ingénieurs d'Apple se sont rendus à l'autre ewtrémité de la voiture, tapent à la porte des toilettes et répettent ce que vient de dire le contrôleur.
Des toilettes sort une petit voix :
- "voilà, voilà"

et le billet apparait sous la porte.

Les ingénieurs d'Apple s'en emparent et s'enferment dans l'autre cabine de toilettes...

A la fin du congrès, les 6 ingénieurs se retrouvent sur le même quai à attendre le même train. Par contre, ce coup-ci, aucun des 6 n'achètent de billet. Les ingénieurs d'Apple surpris, essayent d'effrayer leurs concurents avec aussi peu de succés.

Le contrôleur rentre dans la voiture comme à l'aller et pendant qu'il annonce sa fonction, les ingénieurs d'Apple utilisent le même stratagème qu'à l'aller et s'enferment dans les deuxièmes toilettes. Les ingénieurs de Microsoft se présentent alors à la porte des deuxièmes toilettes et :
Madame Monsieur bonjour, contrôle des billets s'il vous plait.

Moralité de cette histoire, chez Microsoft, non seulement ils piquent les idées des autres, mais en plus ils les améliorent...

Thursday, August 05, 2004
12:08 PM

Auteur : Un usager de la SNCF rencontré par internet

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

1 Commentaires

Emprunt


C'est un couple d'une trentaire d'année qui se retrouve au petit matin dans la salle de bain. Pendant que l'homme se rase, se lave les dents etc... sa femme sort de la douche toute nue. Alors la sonnet de la porte d'entrée rententie. Après une courte négociation, la femme enfile un peignoir et traverse l'appartement pour aller voir qui c'est. Elle ouvre et constate que leur voisin de pallier. Celui-ci, un peu surpris de la tenue vestimentaire de son hote, saute sur l'occasion...

- Bonjour, Madame, excusez-moi de vous déranger, mais je voulais vous dire que depuis mon installation, j'ai eu un coup de foudre pour vous...

Elle se sentant rougir des pieds à la tête, essaie de balbutier quelques mots...

- Mais enfin, monsieur, mon, mari, mais....

Lui reprenant la parole.

- Voilà, Madame, je vous donne 5000 euros si vous laissez tomber votre peignoir et me laissez ensuite un peu profiter du spectacle.

Elle, sâchant son mari à quelques mètres de là, mais ne pouvant descemment pas refuser 5000 euros pour quelques secondes de nudité, accèpte.

Lui se rince l'oeil quelques seconde, paye, la remercie et s'en va.

La femme retourne à la salle de bain pour s'habiller. Son mari lui demande alors :

- Qui était-ce ?

Elle :

- Juste le voisin de pallier.

Le mari :

J'espère qu'il ta rendu les 5000 euros qu'il me doit depuis 15 jours...

Wednesday, August 04, 2004
2:22 AM

Auteur : André

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 22/02/2020 à 19:30:00



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit