Accueil | Connexion
djenie à l'idée - 3130878 
Skip Navigation Links.
Blog \ Forums \ Plaisir d'écrire   Tous ses forums


Elle pince les lèvres.


c'est de ma faute...je m'étais pourtant promis de lui faire la bise en cas de situation similaire.
Mais comme j'étais accompagné , la surprise de la voir m'a paralysé. Pourtant elle avait bien posé les limites de notre relation, avec une conviction qui m'avait estomaqué.
Un mélange de peur, de protection de son indépendance, un léger dégoût à l'idée d'un rapprochement peut être.
Ok donc on partait sur de l'amical, du pur du vrai.
Je l'avais tacitement accepté, et vogue l'amitié: balades sympas, restaus échangés...
Elle est svelte, danse avec légèreté, idéal en somme pour partager des loisirs.
Mais elle reste la seule femme qui m'ait arraché la main de sa taille lors d'une mazurka. Je crois bien en avoir rougi...de surprise.
Pourtant je respecte toujours les distances communément admises dans ce milieu.
Je tolère même que des femmes soient gênées de me croiser de face dans certaines figures. C'est l'instant où les yeux se croisent, où on se sourit où on évite parfois de se regarder. A chacun sa croix ou son plaisir après tout. Pas grave, Tournez moi le dos les filles je suis sans doute un dangereux "argentin de Carcassonne"
Un soir j'ai pourtant eu un doute furtif.
La musique s'éteignait très doucement et nous nous sommes donc lâchés plus lentement qu'à l'ordinaire, elle s'est tournée vivement vers l'orchestre et ma main s'est trouvée involontairement encore posée sur sa taille opposée. Elle ne parut rien remarquer et ce fut moi un peu confus qui l'ôtai au bout de deux/trois secondes de doute environ.
Il faut dire que cette "brave femme" a la taille remarquablement fine pour son âge...

Donc coincée dans une danse en chaine elle est passée devant nous qui étions assis, durant quelques secondes interminables...
Quel malaise !
Son regard m'a poignardé et ses lèvres pincées n'étaient plus qu'un trait blanc étiré. Voilà comment se retrouver dans une situation gênante pour ne pas avoir été lui dire bonjour d'entrée...
Il faut croire que je me sentais coupable...
Une question me taraude: coupable de quoi ?
Je crois bien avoir perdu une amie où loupé quelque chose d'autre...
Promis, si on se croise à nouveau, j'irai direct lui faire la bise et lui proposerai de bien vouloir pardonner mon manque de savoir vivre....

Dernière participation le
Monday, July 04, 2022
4:58 PM

0 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

elle dort...


Après nos ébats du troisième âge, elle s'est assoupie. Je l'ai deviné facilement : quelques contractions involontaires ont précédé de courts et discrets ronflements , puis lentement son souffle se régule et la voilà dans les bras de morphée ...
celui là il pourra se vanter de la prendre plus souvent et plus longtemps dans ses bras que moi...et tous mes prédécesseurs réunis.
Je me sens vaguement frustré...j'ai du mal avec mon nouveau corps. On prend de sacrés automatismes pendant toutes les bonnes années, les grands crus de nos jeunes folies.
Sans parler des souvenirs qui empoisonnent notre présent d'aujourd'hui.
C'est ma première amante depuis ce qu'il convient d'appeler mon andropause.
Tout est à revoir, à réapprendre...mais heureusement nous partageons la même surprise, la même pudeur qui n'aura pas duré bien longtemps.
Il est vrai que nous n'avons plus beaucoup de temps à perdre.
Son visage apaisé par cette nécessaire inconscience a gommé les outrages du temps...
il révèle une autre femme...celle que je n'ai pas connue et que je ne connaitrai jamais du temps de sa féminité triomphante.
Match nul: elle ne pourra qu'imaginer mes belles années...trop tard cocotte, trop tard pour nous deux.
elle est restée dans cette position que j'affectionne particulièrement et dont beaucoup d'artistes se sont inspirés...le creux de sa taille est mis en valeur, je trouve très belles la hanche et les cuisses l'une sur l'autre légèrement décalées.
Son épaule ronde est émouvante, sa main assagie repose innocente sur le drap...
Mes yeux sont ravis de son abandon vaguement lascif, de la blancheur de sa peau encore intacte du brunissement irrégulier de l'été.
Un seul petit bémol qui m'attriste un peu, car je ne dois guère être plus pittoresque dans cette position...ses seins ont perdu leur fermeté originelle et subissent les lois impitoyables de la gravité universelle.
Et encore, elle est plutôt chanceuse de ce côté là...
Bon ne nous étendons pas trop sur nos mollesses respectives...Je n'ai rien à y gagner..
Je goûte le plaisir de la regarder, allons joue franc jeu , oui, bon ...de l'admirer plutôt.
Petit à petit morphée me taquine "allez, viens nous rejoindre mon gars".
Quel bonheur de sentir naturellement mes paupières lourdes, indemnes de chimie...
Je m'allonge avec respect pour ne pas troubler ses rêves éventuels, où d'autres que moi peut être, la font rire, la font pleurer, la font jouir.
Rêver n'est pas tromper...
Je respire longuement yeux clos.
Son abandon qui ne m'est pas forcément destiné me rassure, faute de tribu protectrice à l'ancienne, elle a pris une importance très dangereuse.
Normalement, je devrais partir le premier, mais dans le cas contraire...ouais on ne finit jamais de morfler finalement.
pour l'instant, j'ai de la chance...elle est encore près de moi, chaude et bien vivante...



Dernière participation le
Friday, July 01, 2022
10:11 AM

13 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Pas bouger !


ces deux mots claquaient comme un coup de fouet.
j'en frissonne de colère et de haine encore aujourd'hui.
j'avais 12 ans...je tentais de détendre mes muscles endoloris par les coups et l'immobilité forcée.
Le cliquetis de mes menottes et des chaines qui entravaient mes pieds avaient alerté ma monstrueuse marâtre...
"pas bouger!"
La terreur pure et totale me paralysait dans ma souffrance immobile.
je ne parlais que pour répondre aux questions qu'on voulait bien m'accorder...
Sinon je vivais le silence absolu dans cette cave froide ...

Dernière participation le
Thursday, June 16, 2022
9:04 AM

20 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

les imbéciles heureux ont raison....


Non, je n'ai pas appris que ma femme me trompe, que ma maitresse me quitte, que mon fils est homo, que ma fille se prostitue, que mon compte courant est dans le rouge vif avec agios ++, va savoir, j'étais plus triste que d'habitude...
Pas d'ennuis de santé annoncés...mais pas de projets porteurs d'espérance non plus.
Le spleen, le retombé du soufflé quoi...
Je décide de sortir, de voir du monde...
Une bonne fête populaire estivale fera l'affaire.
D'abord, Quelques ivresses alcooliques de jeunes qui "font la fête".
Ils font la fête sans rire, sans chanter, le pétard parfumant leur environnement, les chiens en laisse faute d'enfants.... Voilà qui va me remonter le moral: Je me sens toujours mieux face à la tristesse ou l'ennui d'autrui. Non pas par méchanceté, mais par rééquilibrage.
C'est comme des vases communicants avec deux couches de liquides non miscibles.
La détresse d'un gus quelconque pousse mon bonheur de vivre vers le haut .
Hélas fatalement le bonheur des autres a l'effet inverse...je plonge.
Normalement, dans un fête populaire, on y va pour ne pas rester cloitré ou isolé chez soi devant les écrans...
On sort pour calmer l'excitation des enfants, pour oublier l'hôtel du c.l tourné de la veille, c'est davantage un soulagement qu'une bonne "éclate".
les potes indisponibles ? on décroche son téléphone pour partager avec des connaissances récentes un peu barbantes, mais...qui seront racontées plus tard avec les potes comme une super journée.

A chaque pas, peu à peu, ma colonne de bien être redescend...
Que se passe-t-il ? Ben l'effet post covid !
Tout ce petit monde libère les amarres des confinements et des masques....
On rit, mais oui !
les terrasses d'où émerge un joyeux tintamarre sont bondées ...et ça sourie et allez donc !
mon supplice ne fait que commencer...
Des enfants rieurs jouent sans conscience du temps qui passe et de la guerre qui menace...
Leurs parents se tiennent la main, presque tendrement.
Deux jeunes amoureux se mangent des yeux... plus grave: ils sont ignoblement beaux tous les deux, et cette lumière sur leur visage neuf, c'est insupportable.
Voici un vieux couple sur un banc: certainement un couple reconstitué à voir cette tendresse choquante et leurs yeux mouillés d'une émotion exaspérante.
Je parviens au centre de la fête, où une estrade supporte une animation de chants de marins. Un groupe de vieux assez moches, c'est déjà ça...je me sens un peu mieux.
Une danse est proposée par le groupe, je m'y glisse, pour penser à autre chose qu'à cet étouffant bonheur ambiant . Finalement le confinement, hein, ce n'était pas si mal.
Plus ça se plaignait plus je me sentais vivre, plus j'étais bien...
je chope la main d'une mémère souriante, bien qu'enrobée et fouette cocher!
...une main nerveuse me saisit l'autre main.
Horreur ! il ne manquait plus qu'elle.
Je l'ai larguée il y a peu, mais madame fait de la résistance, elle me harcèle au téléphone, au moins une fois par semaine...
Toujours ce parfum capiteux qui me troublait tant, cette perfide élégance et cette féminité qui vous bouffent le cerveau.
Elle étire un sourire qui troublerait le pape lui même...
Voilà, terminé mon observation critique du fol engouement post covid...Tout se brouille d'un coup.
Au fond, chacun sa vie: si tous ces imbéciles heureux persistent à ignorer l'avenir incertain qui va les ronger, grand bien leur fasse.
Sa main est chaude et douce, je vais avoir du mal à la lâcher...
Et si on retentait la chose pour être bien sûr qu'on n'est pas faits l'un pour l'autre ?
oui il faut user jusqu'au bout la relation pour pouvoir s'en plaindre ensuite....
C'est évident, je vais la persuader quitte à m'excuser....

Dernière participation le
Monday, June 06, 2022
7:57 PM

6 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Les pétales séchés de nos marguerites d'antan


je viens de terminer la dernière page du dernier texte...
je l'ai chiadé comme jamais. Je l'ai écrit à la main, j'ai barré, réécrit, déchiré...je ne suis pas tout a fait satisfait, mais il me fallait fermer le livre c'était vital devant les mauvaises nouvelles médicales confirmées.
j'ai tourné bien des pages dans ma vie, mais là il va me falloir tourner d'autres pages qui hélas, n'ont rien à voir avec l'écriture.
Sans savoir combien de pages restent à tourner...
j'aurais au moins réussi à prendre de vitesse la camarde, l'ankou, sa faux et sa charrette grinçante. Trop tard ma vieille ! A présent j'ai tout mon temps.
Des années que je remettais à plus tard cette vérité, indicible à mes compagnes, indicible à mes enfants, excepté à mon meilleur ami, qui ne me trahira pas du fond de gwennva le paradis des celtes où il doit taquiner la vierge et la bonne bouffe bien arrosée. Déjà plusieurs années qu'il s'est enfui...un vrai pote, le meilleur, peut être parce que c'était le dernier..
J'ai relu plusieurs fois l'ensemble de mon "oeuvre testament", corrigé quelques phrases quelques termes qui ne me plaisaient plus...
Elle va faire une tête quand elle va recevoir l'enveloppe !
Sensible comme je la connais elle versera les larmes qui conviendront à la surprise et à la situation....

Dernière participation le
Tuesday, May 24, 2022
3:22 PM

21 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 05/07/2022 à 03:11:22



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit