Accueil | Connexion
-démi°°°° - 731109
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Poèmes   Tous ses textes


le jocker polisson


Il se glissa dans le sillage
comme un reptile peu soucieux
de faire rire au passage
avec un petit air malicieux
qui est-il donc à sautiller
à bousculer ou rigoler.

Il est entré dans l'immense jardin
il bondissait avec assurance
il gambadait avec insouciance
fier de ses bonds! le petit malin
on poussait tous des cris de surprise
quand il semblait agiter sa matière grise.


même si je savais qu'il ne faisait pas partie de mon jeu...
si j'm'attendais à le voir surgir!
Le valet le vit le premier
non seulement ses vêtements plutôt comiques
mais ses grelots qui tintinnabulaient
donnaient à la situation un air tragique
à quelle famille donc appartenait-il?
il semblait être monté sur pile.

Il éclaircit la voix avant de poursuivre
je suis ici mes très chers amis
je n'ai pas une attribution très précise
mais dans le jeu, je peux vous battre tous
auparavant jamais personne n'avait osé
se présenter avec tant de volonté
à ces maîtres des lieux: les rois et les reines

Mais qui donc a créé ce petit bouffon
s'est écriée sa majesté
qu'on lui tranche la tête,
et cria "S.O.S.!" son armée
qui bien vite s'est précipitée
emmener au loin ce petit polisson
qui venait déranger les règles
établies depuis des traditions
"Pas grave! entendit-on
mais nous nous reverrons!"


L'histoire de joker... pour un joker vraqueur... qui aime rire à ses heures...
du moins je crois...
même après plus de dix ans...iln’a Pas changé d’un iota


Hommage à un certain temps...ou à un temps certain...

Wednesday, August 01, 2018
11:17 AM

Oeuvre originale
Auteur : Moi .... pour lui... celui qui mérite à être connu.... oh! oui...

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

11 Commentaires

cette nuit...


cette nuit ne sera que souffrance
Va ton chemin sans surtout t'inquiéter
qu'importe cette nuit cette espérance
La route est longue, droite elle avance
j'abandonne, je ne vais plus batailler

Surtout je veux garder de lavance
ces longs mois ne sont que longues attentes
puisque partir maintenant tu adhères
à te croire tu ne veux que prudence
ne pas sombrer plonger dans l'ignorance
des sentiments que tu as altérés

Va ton chemin sans jamais te retourner

Saturday, September 17, 2011
11:43 AM

Oeuvre originale
Auteur : M.H.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

tes sorties....... de ma vie


quand la journée finie
je suis seule,
autour de moi le silence
les enfants dorment
j'ouvre mon tiroir aux souvenirs
et je retire quelques reliques du passé:
une rose, une affiche,
un ticket d'un concert celtique,
un porte-clé en bois
et une pochette avec quelques lettres;
je les relis, je les retouche,
je les rêve et vois ton regard écrivant
la tête penchée, l'écriture appliquée
Tu allumes la lampe d'albâtre,
sa lueur blanche et pâle t'inspire
ces mots d'une étrange douceur

L'amour c'est ta façon de voir , de sentir.
C'est un point de vue
qui découvre d'autres perspectives,
des horizons sans bornes.
Tu me parles de douceur,
moi, je perçois de la douleur
qui là me tiraille le cœur,
me coupe le souffle
Tu souris, je ressens
une piqûre, une brûlure..
Tu me serres dans ton étau
Je ne sais plus que penser...
Quand je t'en parle,
j'ai peur de te blesser
Tu me reproches mon analyse.
Mais tes mots sautent comme des bêtes fauves
qui aspirent mon air,
me griffent le cœur
Que veux-tu que j'y fasse???
J'aime, je t'aime à ma manière
Mais je ne peux que souffrir de ton absence.
Je ne supporte tes départs,
tes sorties de ma vie.
Encore aujourd'hui, quand tu es parti
c'était encore pour toujours,
je ne m'y ferai jamais...



Saturday, April 02, 2011
10:18 AM

Oeuvre originale
Auteur : M.H.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

poussières et souvenirs


Dans la maison où n'entrent plus que les souvenirs
Glissants à pas de loup sur le carrelage usé
souvenirs-ombres de rien,
souvenirs discrets comme des filets de rides
souvenirs qui figent les silences
qui éventent les parfums
qui flétrissent les portraits trônant sur la cheminée.

Dans la maison qui dort
je découpe avec application
les images du temps
les images des saisons révolues.
Le temps ne compte pas.
Le temps ne se compte plus.
J'écoute passer les heures.
La vie s'en sommeille
Tout glisse vers l'extinction
La poussière seule virevolte dans l'air,
seule dans des choses tôt oubliées.
lieu où plus personne n'erre
pour nous les rappeler
lieu qui va cacher tous les repères
que tu as si longtemps sillonnés


Saturday, April 02, 2011
10:01 AM

Oeuvre originale
Auteur : M.H.

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

20 Commentaires

tous ces désirs


les yeux cernés
tel un château en ruines
mes rêves sont dans les ravins
roulent vers lui son dernier regard
c'était un délicieux jour de printemps
quand les parfums survolent la terre
perdu dans un profond abandon
pas un cri pour rayer la page
tous ces désirs
tous ces songes
toute cette vie
je reste sans vie
les yeux fermés éternellement
quelques mots noirs
tournent encore
parler c'est se servir
de ces mots-là
se les redire
pour ne pas oublier
sans un seul effort
je te vois là
le soleil ne fait pas semblant
trace les ombres
m'accablant
la pâleur de la nuit sans rêves se dérobe
l'éternité a pour moi commencé
maintenant tu vas te taire
à tout jamais
puisque tu ne sais plus
ce qu'aimer veut dire

Saturday, April 02, 2011
9:53 AM

Oeuvre originale
Auteur : mh

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

6 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 26/10/2020 à 11:47:30



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit