Accueil | Connexion
Paganel, antisémantique - 980920
Skip Navigation Links.
Blog \ Forums \ Le Français   Tous ses forums


Etymologie et sémantique



Quelle peut être l'étymologie du mot "arabe" ? On y trouve un "a" privatif (comme dans apathie, atypique, asphérique...) et le mot signifie donc "sans rabe". Qu'est-ce que le rabe ? C'est le supplément de nourriture au réfectoire.

Evoquer des restrictions de nourriture n'est pas un sujet bienvenu en période de crise, voilà tout, hélas ! :-(


Dernière participation le
Monday, September 09, 2013
11:57 AM

2 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Si l'Académie française n'existait pas, il faudrait l'inventer !



http://www.academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire
Citation:
Nous avons aujourd’hui l’habitude de voir des écrans partout – sur les téléviseurs, les ordinateurs, les téléphones portables, les instruments de mesure, les livres électroniques, etc. Mais que pouvait bien évoquer ce mot pour les vénérables ancêtres qui ont établi la première édition, à la fin du XVIIe siècle ?

À l’époque, on l’orthographiait « escran » et on le définissait comme une « sorte de meuble dont on se sert l’hiver pour se parer de la chaleur du feu ». Suivaient, en italique, quelques expressions contenant ce mot : « Escran qui est monté sur un pied, & qui se hausse & se baisse. Escran qu’on tient à la main. Prenez un escran pour ne vous pas brusler le visage. Il se mit devant ma chaise pour me servir d’escran. »

C’est seulement dans la troisième édition du Dictionnaire, publiée en 1740, que disparaît de ce mot, comme de beaucoup d’autres, le « s » muet- « escole », « estang », « estoile », « beste » devenant « école », « étang », « étoile », « bête ». Mais la définition de l’écran ne varie guère. On la retrouve quasi identique dans les éditions suivantes. Et si, dans la huitième, achevée en 1935, l’article consacré à ce mot est bien plus détaillé, le vieux sens y demeure prépondérant. Les premiers paragraphes disent :

« ÉCRAN. n. m. Dispositif servant à se protéger contre la chaleur d’un foyer. Il est formé, soit d’une pièce d’étoffe enroulée autour d’une lourde tige, placée sur une cheminée et qui, lorsqu’on la déroule, est maintenue et tendue par une tringle à son extrémité inférieure ; soit d’un châssis de bois tendu d’étoffe et monté sur pieds qu’on place devant une cheminée, un poêle, un radiateur, etc. Il se dit aussi d’une sorte d’éventail que l’on tient à la main pour le même objet. Il désigne encore, en termes d’arts, le cercle de bois recouvert de toile que le verrier place devant son visage quand il travaille au fourneau.

Il se dit aussi d’une toile blanche ou d’un papier tendu sur un châssis dont les dessinateurs et les graveurs se servent pour amortir l’éclat du jour.

C’est seulement dans les dernières lignes que l’on s’approche du sens qui prédomine de nos jours lorsqu’on parle d’écran :

Il se dit, en termes d’optique, de tout tableau sur lequel on fait projeter l’image d’un objet.

Il se dit, spécialement en termes de cinématographie, de la toile blanche sur laquelle on projette les films. »

Dernière participation le
Sunday, August 18, 2013
11:04 AM

1 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Sans commentaire



http://www.actualitte.com/societe/le-club-des-5-la-nouvelle-traduction-qui-laisse-sans-voix-28837.htm


Dernière participation le
Tuesday, July 02, 2013
7:50 PM

1 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Pourquoi a-t-on créé le néologisme "islamophobe"...



... alors que l'adjectif "républicain", qui veut dire exactement la même chose, existait déjà ?

Dernière participation le
Tuesday, July 12, 2011
8:00 AM

5 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

Le français est-il une langue de classe ?


Le français est-il une langue de classe ?

On dit parfois, même si c'est par boutade, que tout le monde fait des fautes de français, et que ce qui permet de savoir où se situe quelqu'un dans l'échelle socioculturelle, c'est juste le niveau de ces fautes. Je me demande si cette langue n'est pas justement faite POUR ça.

Par ailleurs, il est très facile de situer l'origine sociale de quelqu'un par son français parlé : certaines syllabes traînées alors qu'elles ne doivent pas l'être, d'autres escamotées, un accent tonique placé à tort et à travers (idéalement, en français, il n'en faut aucun, fait remarquer Valéry), le vocabulaire employé et jusqu'au ton de la voix, tout cela a très vite fait de signaler d'où vient le bonhomme qui est en face.

Cela n'a pas que des côtés négatifs ; on sait immédiatement aussi quand on rencontre quelqu'un si l'on peut lui parler de Kierkegaard ou s'il vaut mieux se cantonner au PSG et à l'OM (bien que Frank sache faire les deux).

Pensez vous que la langue française soit au moins en partie conçue dans ce but ?

Dernière participation le
Monday, February 14, 2011
1:59 AM

20 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 15/10/2019 à 03:30:42



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit