Accueil | Connexion
Gimel - 986228
Skip Navigation Links.
Favoris \ Textes \ Chansons

Lilou - 1500114

Un trait : danger


Pour modifier votre annonce d'accueil, tapez un
Assurez-vous de ne rien oublier dans le train
Vous avez sélectionné Sans Plomb 98
Retournez ce dossier à l'agence au plus vite

Un trait : danger, deux traits : sécurité
Veuillez taper votre code d'accès
Ecoutez-le, le monde vous parle

Les toilettes sont strictement réservées à la clientèle
Veuillez s'il vous plait ne rien déposer près de nos poubelles
Munissez-vous de votre moyen de paiement habituel
Patientez une hôtesse d'accueil va prendre votre appel

Un trait : danger, deux traits : sécurité
Veuillez taper votre code d'accès
Ecoutez-le, le monde vous parle

La vente d'alcool est interdite aux mineurs
Défense de fumer dans l'enceinte du lycée
Les enfants de moins de six ans doivent être accompagnés
L'abus de jeux vidéos provoquent l'arrêt du coeur
Un trait : danger, deux traits : sécurité
Veuillez taper votre code d'accès
Ecoutez-le, le monde vous parle

Vos possibilités de retrait sont épuisées
La maison ne fait pas crédit merci de vous tirer
Votre formulaire s'est perdu nous devons raccrocher
Prière de vous montrer sympathique avec l'huissier
Veuillez ne pas salir le pont sous lequel vous dormez
Les trottoirs ne sont pas des lieux pour la mendicité
Gardez vos dents qui tombent car elles vont être recyclées
Merci de mourir en silence et de vous enterrer vous-mêmes

Un trait : danger, deux traits : sécurité
Veuillez taper votre code d'accès
Ecoutez-le, le monde vous parle


(chanson de Jeanne Cherhal)

Saturday, July 22, 2006
3:04 PM

Auteur : Jeanne Cherhal

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

33 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Lilou - 1500114

La famille


Je suis né j'étais marmot
Déjà au bord du berceau ça piaffait à tout-va
Ce gosse ne ressemble à rien
A personne d'entre nous qui peut dire d'où il vient
Ah que n'ai-je donc pas glissé
Des mains du chirurgien
Qui m'a sorti comme un chien
Comme le dernier d'une portée
Mais y a la famille, et la famille, ça vous envahit

C'est comme ça que j'ai eu dix ans
Je me suis tu en rêvant mais les rêves d'un gosse
Chez nous c'était mal venu
Soit t'es un dur et c'est bien soit le frangin te rosse
Ah que n'ai-je donc pas brûlé
Le cocon familial
Son plafond aux poutres sales
Qu' j'ai tant voulu voir tomber
Mais y a la famille, et la famille, ça anéantit

D' la gnôle au p'tit déjeuner
Alors vint la puberté qui n' me fit pas de cadeau
J'ai voulu être poète
Mais les seuls vers de chez nous se récitaient cul sec
Ah que n'ai-je donc pas pillé
La cave de mes vieux
Le pinard de leurs aïeux
Bien plus que moi adoré
Mais y a la famille, et la famille, ça vous crucifie

(chanson de Jeanne Cherhal)

Après-demain je vais crever
D'une mort programmée d'un beau suicide en sorte
Et quand mon glas va sonner
Je m'en irai les regarder de l'autre côté de la porte
Ah que n'ai-je donc pas crié
Du temps où bien vivant
J'aurais pu à bout portant
Leur gueuler que la famille
C'est elle qui m'a tué

Saturday, July 22, 2006
2:53 PM

Auteur : Jeanne Cherhal

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

31 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Lilou - 1500114

Un couple normal


T'es amoureuse de lui et lui de toi tu en es sûre,
trop de choses te le prouvent, et tu sens bien qu'il est mordu.
Il téléphone tout le temps, il adore ça, ça le rassure.
Tu le maternes et tu l'appelles mon bébé mon tordu.
Le hic, le détail qui pose une ombre sur votre idylle,
la broutille ennuyeuse qui pourrait te mettre en colère,
le souci qui parfois peut te faire couler l'eau des cils,
c'est qu'il va divorcer.
Mais qu'il arrive pas à s'y faire.

Souvent en rigolant il te dit l'amour clandestin,
c'est ça qu'est excitant, et tu le retrouves au Novotel.
Il te parle du hasard, de vos karmas et du destin
en te jurant tout bas que bien sur c'est toi la plus belle.
Vos nuits, assez brèves, sont passablement érotiques.
Il t'aime il t'aime il t'aime comme jamais il n'a aimé.
T'es son île, sa papaye ou tout autre objet exotique,
il t'aime il t'aime il t'aime, mais là il ne peut pas rester.

Et tu l'attends.
Tu as confiance car un jour il sera ton régulier.

Tu finis ta nuit seule devant des clips ou un Très Chasse consacré,
t'as pas de bol, à l'enfumage des terriers.
Tout d'abord tu t'offusques, et puis tu cries c'est dégueulasse.
Tu éteins en pleurant, t'as eu l'impression d'étouffer.
Le lendemain on frappe à ta chambre d'hôtel,
t'es plus ou moins maussade mais tu ouvres et tu souries.
Les roses de l'amour pour amadouer le coeur de celle que j'aime à la folie.
Voilà, tu fonds et c'est reparti.

Un week-end sur quatre/cinq tu peux le voir deux jours entiers,
t'as treize heures de trajet mais tu t'en fous puisque tu l'aimes.
Tu voyages toute la nuit et au matin t'es arrivée dans un bled en Alsace,
mais tu t'en fous puisque tu l'aimes.
Là vous vous retrouvez un peu comme un couple normal,
tu cuisines, il regarde, vous lisez la presse dans un bain.
Vous parlez un peu d'elle, il te dit que ça lui fait mal
de briser leur image de parents face à ses gamins.

Et tu l'attends.
Tu as confiance car un jour il sera ton régulier.

Tu comprends ses doutes, tu comprends qu'il tarde un peu a être à toi,
rien qu'à toi comme il te le jure.
Il va franchir le cap, il va lui dire pour vous deux.
Pas dès demain, non, mais bientôt, il en est sur.
Il te supplie d'attendre alors que tu ne fais que ça depuis bien trop longtemps.
Attention tu vas le quitter.
Oh, c'est trop dur pour lui, et toi qui ne le comprends pas,
tu ne veux plus l'entendre...
Oh tiens ça y est tu l'as quitté.

(chanson de Jeanne Cherhal)

Saturday, July 22, 2006
2:47 PM

Auteur : Jeanne Cherhal

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

30 Commentaires
Impression : Extraordinaire

    

Blog mis à jour le 22/05/2019 à 01:47:44



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit