Accueil | Connexion
Bud - 886049
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Chansons   Tous ses textes


Message personnel


Au bout du téléphone
Il y a votre voix
Et il y a des mots
Que je ne dirai pas
Tous ces mots qui font peur
Quand ils ne font pas rire
Qui sont dans trop de films
De chansons et de livres
Je voudrais vous les dire et je voudrais les vivre
Je ne le ferai pas,
Je veux, je ne peux pas
Je suis seule à crever, et je sais où vous êtes
J'arrive, attendez-moi, nous allons nous connaître
Préparez votre temps, pour vous j'ai toute le mien
Je voudrais arriver, je reste, je me déteste.
Je n'arriverai pas,
Je veux, je ne peux pas
Je devrais vous parler
Je devrais arriver
Ou je devrais dormir
J'ai peur que tu sois sourd
J'ai peur que tu sois lâche
J'ai peur d'être indiscret
Je ne peux pas vous dire
Que je t'aime peut-être

Mais si tu crois un jour que tu m'aimes
Ne crois pas que tes souvenirs me gênent
Et cours, cours jusqu'à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m'aimes
Et si ce jour-là tu as de la peine
A trouver où tous ces chemins te mènent
Viens me retrouver
Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie s'installe en toi
Pense à moi, pense à moi

Mais si tu crois un jour que tu m'aimes,
Ne le considère pas comme un problème
Et cours, oui cours jusqu'à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m'aimes
N'attends pas un jour, pas une semaine
Car tu ne sais pas où la vie t'emmène
Viens me retrouver
Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie
S'installe en toi
Pense à moi, pense à moi

Mais si tu...

Saturday, January 20, 2007
11:42 AM

Auteur : D'après Michel Berger

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

Nous ç Nous !


Raise your hands to the sky
Think to caress the birds
Up in the pastel blue
Be sure not to hit a "gratte-sky"
Sinon ça fait mal !

Nous c'est nous
Vous c'est vous et vous c'est nous

Si tu lèves les mains au ciel
Pense à caresser les hirondelles
Elles te donneront leurs ailes
Là-haut dans le bleu pastel
Fais gaffe de pas percuter un gratte-ciel

Bonjour les filles
Je m'appelle Paul
Je suis célibataire
J'aime beaucoup Paris
Et surtout, surtout la Place de la Concombre

Bonjour,
Je m'appelle Axel
Mais je suis célibataire
J'aime beaucoup les filles gentilles
Mais Maman ne veut pas que je fais l'amour

Nous c'est nous
Vous c'est vous et vous c'est nous
Si tu lèves les mains au ciel
Pense à caresser les hirondelles
Elles te donneront leurs ailes
Là-haut dans le bleu pastel
Fais gaffe de pas percuter un gratte-ciel

Nous on vous aime et si tu veux nous aider
Range ta haine, achète tous nos CD
Vraiment sans gène, on envahit la télé
Ca c'est un tube, et c'est Yeah !

Moi c'est moi
Toi c'est toi et toi c'est moi

Si tu plonges les pieds dans l'eau
Pense à caresser les cachalots
Tu vogueras sur les flots
Le grand bleu, tu sais, c'est beau
Fais gaffe de pas percuter un cargo

Je m'appelle Fernand
Je suis pas célibataire
Mais j'ai cinq enfants et un cocker (ouarf, ouarf)

Nous c'est nous
Toi c'est toi et nous c'est nous
Si tu lèves les mains au ciel
Pense à caresser les cachalots
Ils te donneront leurs ailes
Le grand bleu, tu sais, c'est beau
Fais gaffe de pas percuter un gratte-ciel

Nous c'est nous et moi c'est toi
Si tu plonges les pieds dans l'eau
Pense à caresser les hirondelles
Tu vogueras sur les flots
Là-haut dans le bleu pastel
Fais gaffe de pas percuter un cargo

Monday, April 17, 2006
2:00 PM

Auteur : La Bande du Carré Blanc

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

6 Commentaires

Les 40èmes Rugissants


Là où le ciel rejoint la Terre
Se perd au ventre de la Mer
Là où l'Atlantide engloutie
S'endort dans un bleu infini
Aux quarantièmes rugissants

Là où les brumes de l'hiver
Se noient dans l'écume d'hier
Dérive l'âme des naufragés
S'échoue en Baie des Trépassés

Gronde le temps,
Souffle le vent sur l'Océan
Pousse l'ombre du Hollandais Volant
Gronde le temps,
Souffle le vent sur l'Océan
Porte le chant des marins mourants
Aux quarantièmes rugissants

Là où le vent devient sauvage
L'horizon dévore les nuages
Les courants fuyant le rivage
Entraîne les corps vers le large

Là où les vagues se déchirent
Brisent l'étrave des navires
Des sanglots lourds se font entendre
S'évanouissent au gris de Novembre

Saturday, April 15, 2006
10:07 PM

Auteur : Roselend

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

La grande malle


Je ferme la grande malle
Et tu sais bien pourquoi
Je repars en cavale
Car on m'attend là-bas

Et se gonflent les voiles
Il est temps de partir
Boucler la grande malle
Le cercle des désirs

Je laisserai pour mortes
Les années difficiles
Là où le vent me porte
Sans autre domicile

Est-ce que la vue des barrières
Emprisonne ou bien libère ?
Prête à boucler la grande malle
Quand ton amour
Quand ton amour fait mal
Si mal

Un enfant par la main
Me prêtera ses yeux
Quand je ne verrai rien
Du soleil plein les yeux

Et se gonflent les voiles
Il est temps de partir
Boucler la grande malle
Le cercle des désirs


Wednesday, May 18, 2005
10:31 PM

Auteur : Jil Caplan

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

<< Précédant  Page 2  

Blog mis à jour le 02/12/2020 à 07:20:01



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit