Accueil | Connexion
Gimel - 986228
Skip Navigation Links.
Favoris \ Textes \ Poèmes

Sylvie - 2635386

Tu Es Mon Homme !




Tu es l'homme dont je suis amoureuse.
Tu fais de moi la femme la plus heureuse.

Tu es toujours là pour moi
Tu m'aides à garder la foi et l'espoir
Avec toi je n'ai point besoin de fard
Tu sais partager mes folies et mes joies.

Toi seul sait deviner mes soucis
Quand je ne suis pas bien dans ma peau
Toi seul sait trouver les mots qu'il faut
Pour me réconforter lorsque je faillis.

Toi seul connaît tous mes secrets
Tous mes visages, tous mes vices
Toi seul peut supporter mes caprices
Me comprendre et me pardonner.

Toi seul discerne mes désirs
Et tu me combles au-delà de mes espérances
Par ton charme, ta patience et ta tendresse
Tout mon être et mon amour tu as su conquérir.

Tu es mon homme, mon héros, mon fanion
Mon trésor, ma muse, ma passion
Je te désire, je t'admire, toujours je te soutiens
Tu es l'homme que mon coeur a élu pour souverain.

Tu es mon homme, mon allié, mon compagnon
Mon rocher, mon refuge, ma maison
Celui qu'il me faut le seul homme dont j'ai besoin
Tu es mon homme, mon amour, ma vie, mon destin !



Wednesday, April 20, 2011
11:39 AM

Auteur : inconnu

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

11 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Sylvie - 2635386

Message !




Il n’est message plus doux
Que tes élans de tendresse
Ainsi que tes douces caresses.

Il n’est message plus doux
Que l’éclat de tes yeux
Quand on y voit le feu amoureux.

Il n’est message plus doux
Que ta voix aux sons mélodieux
Quand nos étreintes nous guident aux aïeux.

Il n’est message plus doux
De comprendre que je t’aime
Et savoir que pour toi il en est peut être de même.



Tuesday, April 19, 2011
12:02 PM

Oeuvre originale
Auteur : Arnica

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

12 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Sylvie - 2635386

Le chat de mes voisins !




Je n’aime pas Lucien, le chat de mes voisins,
Mâtiné abyssin son pelage est commun,
D’un vulgaire gris souris, il ressemble à un rat
Et est fort malpoli, voyez plutôt le cas :

Chaque matin, Lucien, visiteur clandestin,
Passe dans mon jardin pour faire ses besoins,
Quand il prend position, posé sur mes radis,
J’ai la puissante envie de sortir mon fusil !

J’ai beau battre des mains, menacer d'un gourdin,
Mes gestes restent vains, il sait rester serein ;
Si, à l’heure qu’il est, il est toujours en vie
C’est parce que je n’ai jamais eu de fusil !

Je n’aime pas Lucien, le chat de mes voisins,
Mâtiné abyssin son pelage est commun,
D’ailleurs, en vérité, c’est le mot de la fin :

Je n’ai pas d’amitié, non plus, pour mes voisins....


....



Thursday, February 17, 2011
6:57 PM

Auteur : KLC

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

15 Commentaires
Impression : Extraordinaire

C'est un chat voyou, mon chat s'appelle Mo, il est comme le votre c'est un Chat MO

Sylvie - 2635386

BUG DE L'AMOUR !

















Tuesday, February 08, 2011
9:32 AM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

12 Commentaires
Impression : Extraordinaire

Ne fermer jamais la cession du coeur

Ultimate One - 1131184

Pose ta main là


Tu glisses ton genou entre mes jambes pales. Je résiste… un moment, et le jeu se poursuit.
Tu plaque mes épaules, me domine et me tiens, tes mains glissent sur moi, mes épaules, mes seins et ta barbe naissante griffe ma peau satin. Je frémis.
Tes doigts doux me séparent et tu fouilles savant, comme on découvre un nid, cherchant les œufs Tes doigts se font légers et d’à-coups insistants. Je découvre mes formes aux allures du toucher.
Je bats de mon désir et ruisselle à tes doigts.
Ta bouche avide et légère s'abreuve de mes émois, je caresse ta crinière, y enfonce mes doigts et tu sens à ta tête ce que mon ventre dit bas.
Je ne peux plus attendre ! Et plus je me débats, et mieux tu me tiens à plat de tes deux mains puissantes.
Viens, je te dis, viens… et je suis suppliante.
Viens. Je n'en puis plus, mon amour devient haine à l'attente !
Je t'accueille, souveraine et tout mon corps vibre de ce joyeux festin. Mon désir avait faim.
Tu taraudes mon ventre en de doux mouvements.
Mes cuisses enserrent ton torse et ton poids me dévore.
Me voilà empaler comme un papillon mort, mais qui vivrait quand même, pour mieux mourir encore…
Nous allons à ce rythme un bon moment quand même, nous arrêtant souvent pour murmurer " je t'aime ".
Je m'allège parfois te mettant sur le dos.
Tes doigts à mes cuisses s'enfoncent, je sais que tu es prêt, cette fois je renonce.
Je vrille sur ton vît, et ton sexe durci m'arrache des clameurs quand nous jouissons en chœur.

Friday, July 09, 2010
8:58 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

11 Commentaires
Impression : Extraordinaire

envie envie quand tu nous prends, ceux qui n'aiment pas ne peuvent pas comprendre

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 19/08/2022 à 08:52:53



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit