Accueil | Connexion
Gimel - 986228
Skip Navigation Links.
Liens \ Textes \ Poèmes \ Oeuvres originales

Sylvie - 2635386

De l’ombre à la lumière !




Il m’a dit prend veux tu, surtout n’hésites pas,
Prends toute ma tendresse, prends la, elle est à toi.
Prends là qu’elle te berce, qu’elle te mette en émoi,
Que mes douces caresses repoussent ton trépas.

Sur ma peau viens poser tes baisers enflammés,
Mes fragrances éphémères sauront bien t’enivrer.
Alors tu ne sauras plus à quel saint te vouer.
Viens, laisse ma chaleur doucement te cerner.

Laisse moi t’embrasser et même abuser,
Que tu sois médusée tant je saurais t’aimer.
Il m’a dit qu’il n’aurait dans les jeux de l’amour,
Pas un moment de trêve la nuit comme le jour.

Pour l’instant, il savoure mes mots dans la pénombre
Ils l’ont émerveillé, ont effacé les ombres.
Et c’est le coeur réjouit qu’il relit mon poème
S’accaparant mes phrases pour s’en faire un emblème.

Il m’a dit qu’on ne peut faire attendre une femme
Quand avec tant d’allant elle vous offre sa flamme.
Il m’a dit qu’il viendrait aux premières lueurs,
Me faire sortir de l’ombre juste en m’offrant son coeur !




Friday, April 22, 2011
8:26 AM

Auteur : Arnica

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Sylvie - 2635386

Message !




Il n’est message plus doux
Que tes élans de tendresse
Ainsi que tes douces caresses.

Il n’est message plus doux
Que l’éclat de tes yeux
Quand on y voit le feu amoureux.

Il n’est message plus doux
Que ta voix aux sons mélodieux
Quand nos étreintes nous guident aux aïeux.

Il n’est message plus doux
De comprendre que je t’aime
Et savoir que pour toi il en est peut être de même.



Tuesday, April 19, 2011
12:02 PM

Auteur : Arnica

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires
Impression : Extraordinaire


jovaly - 1761455

Ce n'est pas un poème


Je ne t'oublie pas
tu es toujours là
je pense à toi
mon coeur te voit
je ne sais pourquoi
après tout tu vois
tu es encore là
tu me hante parfois
je t'aime mafois
je ne parviens pas
à te dire O là!
tu pars tu le dois
je t'aime malgrés cela

je t'aime toujours
je pense maintenant
tu es toujours là Maman

Sunday, April 04, 2010
11:54 PM

Auteur : JOVALY

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

2 Commentaires
Impression : Extraordinaire


PHIL - 391201

Hercule devant la mort ou la prière du clochard


Deux mots pour une meilleure lecture du texte. Lorsqu'un homme est marié, bien marié, il pense être invicible, tel Hercule. Et quand le divorce intervient, il se trouve terrassé, à la porte de ses sentiments: Un clochard de l'amour, rongé par la mort de son couple.

T v'là partie, ma pauvre môme!
Nous étions heureux autrefois...
Te v'la partie ? Tout seul en somme,
Moi j'reste seul sans feu ni toit.
Tout seul ? Mais non, ce n'est qu'un rêve,
un rêve mauvais qui demain,
car tout d'suite j'ai la fièvre,
je le sens bien rien qu'à ma main,
ma main qu'est chaude et mon front brûle..
Oui, j'sens bien que j'vas pleurer !
C'est stupide que ton Hercule
ne sache plus comment te parler.
J'disais bien que c'n'est qu'un songe
qui va se dissiper bientôt.
Ecoute, réponds moi, j'me ronge
à te r'garder comme un idiot.
T'es toute glacée, toute raide,
t'as même pas bien fermé tes yeux
mais j'te vois belle et t'étais laide
et tu m'fais peur, peur, peur, mon Dieu !
Ah là là, comme t'as pas bonne mine !
ferme donc tes yeux que je ne vois plus
ce regard éteint qui me mine,
tu le vois bien, j'suis tout ému !
Et puis merde ! Aprés tout j'suis bête
de pleurnicher comme un marmot,
pourtant c'est vrai que j'te r'grette,
que j'te pleure, Ah, c'que j'suis sot !
Hier encore, tu m'appelais "mon homme",
tu me disais "va je t'aime bien".
T'étais bien fidèle pauvre môme,
fidèle comme un petit chien.
Jamais pourtant un sou en poche,
toujours la vermine, la faim.
Ah, que la vie a pu être moche,
c'était dur pour gagner son pain !
Mais on cassait quand même la croute,
bien plutôt mal que plutôt bien.
les gueux, les clochard, on s'en doute
ils mangent de peu, de presque rien.
juste de quoi remplir le ventre,
juste un petit rien du tout,
il fallait bien s'démmerder diantre,
un sac qu'est vide, y tient pas d'bout !
Mais maintenant, que faut-il faire ?
J'suis planté là, tout hébété.
J'vas t'réciter une prière
si j'men rappelle ! Ah, c'est pitié
Bonne Mère que j'sache
plus c'que tout enfant
je récitais comme un potache
lorsque j'étais p'tit communiant !
Ah, v'la ma môme, j'me rappelle.
Notre père qui êtes aux cieux
Rappelez moi donc. Tout comme elle
j'commence à m'faire bien vieux,
et puis tout seul, j'saurais rien faire,
j'pourrais plus chercher mes poux.
Je perds la vue, elle n'est plus claire,
d'mourir tout d'suite me s'rait si doux.
Notre Père, recueillez mon âme,
je vous la rends, j'suis bon chrétien.
Je n'peux plus vivre sans ma femme,
sans elle sur terre je n'ai plus rien.
Alors mon Dieu, je me supprime.
Soyez bon pour moi, bon Jésus.
Je sais que j'vas commettre un crime
mais j'peux plus vivre, je n'veux plus.

Wednesday, September 30, 2009
4:05 AM

Auteur : Ecrit par Phil

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires
Impression : Extraordinaire


lysandra - 1562562

Johann


Johann si loin de moi


Au nom de l'amour
Mon coeur est fermée et tu en as pris la clé
Dans l'attente du jour
Où tu prendra ma main
Dans l'attente du jour
Où tu dirais aime-moi

Si loin de moi

Je cherchais quelque chose de nouveau
J'errais privé de toi
Mais en ces jours il me semble que mes yeux
T'ont aperçu te tenant à proximité
Je veux être avec toi
Nuit et jour

Si loin de moi

Bien que séparé
Nous pouvons être un
Tu traverseras la terre
Rien que pour être avec moi
Crois seulement en moi
Tu es le seul que je veux toucher
Je vois ton visage dans chacun de mes rêves
J’ai dans le coeur un sourire de toi


Si loin de moi

Tu es tout ce que je veux, tu es mon fantasme
Tout ce que j'ai de toi est une photographie
Mais ça ne me suffit pas
Je serais ton amante s i tu étais là
Tu as une sorte de pouvoir sur moi
Tu es tout entouré de mystère
Si sauvage,

Si loin de moi

Jusqu’à maintenant nous n’avions toujours pas trouvé ce que nous cherchions
Mais bientôt nous serons enfin réunis


Loin des yeux loin du coeur ça n'existe pas
loin des yeux loin du coeur moi je pense à toi
et chaque jour qui passe me rapproche de toi
au rendez-vous de ton amour je serais toujours la

Thursday, August 13, 2009
10:39 PM

Auteur : moi

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires
Impression : Extraordinaire

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 07/06/2023 à 09:59:32