cercle,joie
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

le cercle de joie

Impression :

(Détail)



Un jour, pas si lointain, un paysan se présenta à la porte
d’un couvent et frappa énergiquement.
Quand le frère portier ouvrit la porte de chêne,
le paysan lui montra, souriant, une magnifique grappe de raisin.

« Cher frère portier, dit le paysan,
sais-tu à qui je veux offrir cette grappe de raisin
qui est la plus belle de ma vigne ? »

« Sans doute au Père Abbé ou à quelque moine du couvent ! »
« Non, à toi ! »
« À moi ? » le frère portier en devint tout rouge de joie.
« C’est vraiment à moi que tu veux la donner ? »

« Bien sûr, parce que tu m’as toujours reçu avec amitié et
tu m’as aidé quand je te le demandais.
Je voudrais que cette grappe de raisin t’apporte un peu de joie. »

Et la joie simple et franche qu’il voyait sur le visage du frère portier
l’illuminait lui aussi tout autant.
Le frère portier posa la grappe bien en vue et passa
la matinée à l’admirer.
C’était vraiment une grappe étonnante.

Et puis, à un moment donné, lui vint une idée :
« Pourquoi ne pas porter cette grappe au Père Abbé,
pour lui donner un peu de joie à lui aussi ? »

Il prit la grappe et l’apporta au Père Abbé.
Celui-ci en fut sincèrement heureux.
Mais il se souvint qu’il y avait dans le couvent
un vieux frère malade et il pensa :
« Je vais lui apporter la grappe. Ça lui donnera un peu de réconfort. »

Ainsi la grappe émigra de nouveau.
Mais elle ne resta pas longtemps dans la cellule du frère malade.
Celui-ci, en effet, pensa que la grappe ferait aussi la joie du frère cuisinier,
qui passait ses journées à suer derrière ses marmites, et il la lui fit parvenir.

Mais le frère cuisinier la remit au frère sacristain, afin qu’il ait,
lui aussi, un peu de joie.
Ce dernier la porta au plus jeune du couvent, qui l’apporta à un autre qui
à son tour pensa la donner à un autre.
Et ainsi de suite, jusqu’à ce que la grappe revint au frère portier,
« pour lui donner un peu de joie. »
Ainsi se referma le cercle.
Un cercle de joie.

N’attends pas qu’un autre commence.
C’est à toi de commencer aujourd’hui un cercle de joie.
Il suffit souvent d’une toute petite étincelle pour faire exploser une énorme charge.
Il suffit d’une étincelle de bonté pour que le monde commence à changer.
L’amour est l’unique trésor qui se multiplie quand on le divise;
c’est l’unique cadeau qui augmente au fur et à mesure qu’on en soustrait une part.
C’est l’unique entreprise où l’on gagne d’autant plus qu’on dépense davantage.

Cet amour, partage-le, jette-le, répands-le aux quatre vents;
vide tes poches, secoue bien la corbeille, verse le verre…
et demain tu en aura plus qu’aujourd’hui.



Enregistré le 24 Juin 2009 à 14:50
par amethyste60 - 1806870lui écrire blog
(tous ses textes)

Auteur :
Inconnu

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact


 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
4 connectés au chat
32 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris le cercle de joieconseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


Un jour, pas si lointain, un paysan se présenta à la porte d’un couvent et frappa énergiquement. Quand le frère portier ouvrit la porte de chêne, le paysan lui montra, souriant, une magnifique grap
cercle,joie