chercher,croire,savoir,chercher,nouveau
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Chercher, croire, savoir, et chercher à nouveau !

Impression :

(Détail)
"La poésie existait avant l’écriture" ... et oui avant il n'y avait que l'art oral... puis vinrent les troubadours, chanteurs et penseurs sans oublier les artistes et artisans (dessins, peintures)... aujourd'hui l'art d'écrire, émeut encore, et fait tjrs réfléchir. Pour Pablo Neruda donc, «la poésie existait sur terre avant l’écriture et avant l’imprimerie».
C'était un poête qui a vécu autour de la poésie comme pour embêlir sa langue ou les drames de son pays. D'autant plus qu'il avait un talent certain et non l'inverse.

"L'homme a été terre, vase, paupière de fange molle, forme d'argile.
Il a été amphore caraïbe, pierre chibcha, Coupe impériale ou silice verte du Chili.
Tendre ou sanguinaire, il fut, mais sur la poignée de son épée de cristal brillant Les initiales de la terre étaient écrites."
Pablo Neruda.

D'après Gustave Glotz, "c'est un fait universel que la légende précède l'histoire mais une critique attentive et sévère, surtout lorsqu'elle appelle à son aide la méthode comparative, est capable de découvrir des éléments d'histoire dans la légende elle-même".

Que dire de plus si ce n'est découvrir tous les sens cachés de la mythologie celte, des légendes arthuriennes, des comtes scandinaves ... pas besoin d'aller se référer aux antiques sémites, ou peuples d'amérique du sud. D'ailleurs se seraient ils rencontrés ou auraient ils été en contact avec les mêmes influences ? car les similitudes étrangements précises qui les distingues ne peuvent etre le fruit du hasard ? trop de coincidences.

Comment mieux raconter certaines légendes ou mythes autrement que par la poésie (et la prose) ?
Après tout Homer, ne fait il pas de la poésie ?
Certains n'ont pas fait de prose, mais ont préférés étudier. Il y a les comteurs, et les chercheurs, ceux qui racontent et ceux qui posent les questions. Certains pilier de la science d'aujourd'hui, comme Eintsein, sont les dignes successeurs de nos ancêtres grecs par exemple Heraclite (pour ces deux là).

Le temps, celui écoulé n'entre pas dans le néant mais fait bien parti d'un "tout"... lorsqu'on s'intéresse aux mythologies, légendes, religions, on y retrouve sans cesse des mêmes métaphores et faits similaires ... l' Atlantide aurait elle existée ? le déluge a t il banni les anciens hommes ? Qui sont les dieux ? des histoires indiennes, tibetaines, orientales, nordiques, occidentales etc dans tous ces mythes, ces histoires, ces croyances dans toutes il y a des ressemblances : on y retrouve indéniablement là le souvenir de faits...

Le père des fusées Von Braun disait : "Notre lot quotidien est le doute". Certe mais La Foi n'erradique t elle pas le doute ?

Mythes, légendes, science, religion, faits...

"Entre la science et le mythe, il y a toujours eu des malentendus. Comme source du savoir la science tend à ignorer ce qui est mythique – mutique/muet –.
Cependant les recherches archéologiques et historiques ont plutôt donné consistance, au moins partiellement, à ce que rapportent les mythes et les légendes. Dès lors la science peut coloniser le mythe, lui faisant subir les triturations expérimentales qui lui semblent opportunes.
On récupère mais jamais ne surgit la question des sources premières du mythe."

Dans les mythes s'exprime souvent l'influence religieuse et le fait religieux est psychologique, si le religieux se veut universel et empirique, le psychologique se veut souvent au-delà du religieux, càd politique. Disons que les mythes mettent l'emphase sur certains faits, éloignés, ceux là même qui ont nourrit notre culture ou devrais je dire notre déculture, ceux là qui représentent cette pile de notre histoire, passé que l'on étudie en permanence... Et justement La science n'explique pas tout.

"le mystérieux frappe là où notre raison est viciée, là où réside l'ombre de nos prévoyances, de nos sécurités et de nos certitudes. Ce n'est pas tant l'explication sur toute chose qui peut gêner, c'est bien plutôt de laisser croire la disparition de toute forme de mystère qui constitue une imposture. Les scientifiques ne veulent absolument pas savoir qu'une telle visée est précisément celle de toute religion : répondre aux grands mystères de l'être pour ne laisser aux monstres qu’une place dans les abysses de la vie."

notre époque est d'ailleurs la scène l'illustrant le mlieux si l'on compare les théories scientifiques et les dogmes religieux et coetera. Tous les discours cohabitent, des plus archaïques aux plus avancés. Le sauvage, primitif et rude sous un habit de citoyen anonyme, côtoie les germes du futur, dispersés chez quelques individus qui, très souvent, ignorent eux-mêmes qu'ils en sont porteurs. Comment concilier tous ces discours puisqu'ils se nient les uns les autres et que cette négation garantit la sécurité de chacun ? Science et religion sont à présent aussi étrangères l'une à l'autre qu'un iceberg le serait à un champ d'oliviers. Comme lorsqu'on vous dit aimez vous les un les autres alors que ceux là même qui prononcent ces paroles sont ceux qui tuent les autres.

l'homme curieux cherche des réponses mais de pose il les bonnes questions ?
Et chaque jour de nouvelles générations de dogmes et de certitudes qui durent le temps des roses sans en avoir ni les charmes ni les parfums font leur apaprations. Nouvelles découvertes, nouvelles questions.
Nouvelles réponses, nouvelles croyances. Nouveaux faits, nouvelle vérité.

Aristote pensait : "L'ignorant affirme, le sage doute, le savant réfléchit".

on ne connait encore pas grand chose de l'univers, il faut donc savoir prendre du recul.

Voici une petite anecdote sur les "univers parallèles", dont l'anthropologue américain loren Eiseley raconte une histoire. Celle d'une rencontre entre un corbeau et ce qu'il prit pour un homme ... volant !
La voici :

"Rencontrer un autre monde écrit-il n'est pas uniquement un fait imaginaire. Cela peut arriver aux hommes. Aux animaux aussi parfois. Les frontières glissent ou s'interpénètrent : il suffit d'être là au bon moment. J'ai vu la chose arriver à un corbeau. Ce corbeau là est mon voisin. Je ne lui ai jamais fait le moindre mal, mais il prend soin de se tenir à la cime des arbres, de voler haut et d'évité l'humanité. Son monde commence là ou ma faible vue s'arrête.

Or un matin, toute notre campagne était plongée dans un brouillard extra-ordinairement épais. Je marchais à tâtons vers la gare. Brusquement, à la hauteur de mes yeux, apparurent deux ailes noires immenses, précédées d'un bec géant, et le tout passa comme l'éclair en pousant un cri de terreur tel que je ne souhaite ne plus jamais rien entendre de semblable. Ce cri me hanta tout l'après-midi. Il m'arriva de scruter mon mirroir, me demandant ce que j'avais de si révoltant.

J'ai fini par comprendre... La frontière entre nos deux mondes avait glissée, à cause du brouillard. Ce corbeau, qui croyait voler à son altitude habituelle, avait soudain vu un spectacle bouleversant, contraire pour lui aux lois de la nature. Il avait vu un homme marchant en l'air, au coeur même du monde des corbeaux. il avait rencontré une manifestation de l'étrangeté la plus absolue qu'un corbeau puisse concevoir : un homme volant ...

Maintenant, Quand il m'aperçoit, d'en haut, il pousse des petits cris et je reconnais dans ces cris l'incertitude qui l'a ébranlé. Il n'est plus , il ne sera jamais plus comme les autres corbeaux."

En ce qui me concerne, je (me) pose tout le temps des questions. Nous sommes tous ce corbeau, empli de certitudes et de doutes. Tâchons de garder l'esprit ouvert qq soit notre croyance, ouvert sur le monde, sur les autres, ouvert sur la science, et ouvert sur la religion. pour moi ce sont deux choses qui cohabite très bien.

Aussi je respecte les opinions des gens, du moins j'essaye de les respecter (car certains peuvent aller à l'encontre de certaines de mes convictions profondes), après tout l'athéisme est une religion, c'est de croire en la non-existence de Dieu, mais cependant je n'apprécie guerre qu'on me sorte "moi je n'ai pas besoin de croire en Dieu contrairement à toi"... franchement c'est indicible...

Que vous ayez la foi ou non il y aura toujours des questions, et des réponses, et pas toujours des rapports entre, alors, croyez, croyez au moins en vous à défaut de croire en qq chose et n'empêchez ni ne jugez pas les autres de croire ce en quoi vous ne (...) croyez pas.
Toute vérité à la quelle on croit dépend d'abord de notre propre point de vue, ce dernier étant modelé en partie par ce en quoi on croit* c'est donc un cercle vicieux... si on est pas ouvert et apte à se remettre en question.

Autant faire de notre quotidien une belle cage dorée si l'on sait que l'on est prisonnier, autant ne pas le savoir si l'on est prisonnier.

(*= éducation, contexte, milieu d'évolution, expérience, apprentissage toute notre vie nous forge)



Enregistré le 9 Septembre 2009 à 17:34
par 2536755

Oeuvre Originale

Auteur :
Walter Orengo

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact


 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
5 connectés au chat
25 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Chercher, croire, savoir, et chercher à nouveau !conseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


La poésie existait avant l’écriture ... et oui avant il n'y avait que l'art oral... puis vinrent les troubadours, chanteurs et penseurs sans oublier les artistes et artisans (dessins, peintures)... au
chercher,croire,savoir,chercher,nouveau