femme,mari,chien,amant,scenario,quadrangulaire
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

la femme, le mari, le chien, et l’amant ou le scénario quadrangulaire

Impression :

(Détail)
Remerciements à J-Jacques, pour l’idée ...

Je suis à la recherche d’un chien, un doberman. Contrairement à la plupart de ce genre de chiens, il n’a pas les oreilles et la queue coupées, et son collier est du type qu’on appelle étrangleur, vous savez, ces colliers de métal avec des éléments qui ressortent d’un côté et que les gens mettent avec les éléments ressortant soit l’intérieur, pour maintenir plus fermement leur chien, soit vers l’extérieur, pour les protéger contre l’agression éventuelle d’autres chiens, et son collier à lui a les éléments qui ressortent vers l’intérieur.
Si vous le voyez, pourriez-vous me prévenir ?

*********************************************

C’était un couple sans histoire ; la femme, la quarantaine bien conservée, coquette et bien mise, donnait toujours l’impression de sortir de chez le coiffeur ; le mari, un peu rond, plus âgé et le paraissant, avait l’œil triste et le cheveu rare. Ils étaient mariés depuis bientôt 20 ans et la lassitude s’était installée entre eux. Ils n’avaient jamais eu d’enfant et avaient comblé ce vide par la présence d’un chien, un doberman.
Elle travaillait à mi-temps comme secrétaire médicale, tous les jours jusqu’à 13 heures dans un petit cabinet médical de leur quartier, et lui partait tous les matins à la Gare du Nord où il était chef du service de la consigne de la gare. Ils habitaient depuis leur mariage au quatrième étage d’un petit immeuble de la rue Danrémont et connaissaient tous les habitants et les commerçants du quartier ; il faut dire qu’en 20 ans les gens finissent par s’habituer à vous. C’était vraiment un couple sans histoire.
Un jour, la vieille dame du troisième fut mise en maison de retraite par ses petits-enfants et l’appartement qu’elle occupait devint libre. Cela les gêna d’abord dans leurs habitudes, car cette gentille dame s’était toujours occupée de faire relever leurs compteurs d’eau et d’électricité ainsi que d’arroser leurs plantes vertes lorsqu’ils étaient absents ; et puis, la vie poursuivant son cours, ils se firent au fait qu’elle n’était plus là.
Quelques semaines plus tard, une camionnette de déménagement s’arrêta devant leur immeuble et un grand jeune homme tout habillé de cuir vint s’installer dans l’appartement libéré par la vieille dame.
Tout d’abord, le couple sans histoire ne s’intéressa pas au nouvel occupant de l’appartement du troisième, et puis un jour, comme il offrit ses services pour aider la femme à monter ses commissions, ils commencèrent à échanger des paroles anodines sur le temps qu’il faisait, et un dimanche qu’il était venu leur emprunter un peu de sucre, ils l’avaient même invité à partager le café avec eux.
La vie continua ainsi dans leur petit immeuble. La femme travaillait le matin, s’occupait de son ménage et de ses courses l’après-midi, et l’homme partait tôt et rentrait tard, après être allé prendre un petit verre au bistrot avec ses collègues de travail, et, de temps en temps, le dimanche après le déjeuner, ils allaient prendre le café soit chez le jeune homme, soit c’était eux qui l’invitaient à venir en prendre un au quatrième.
Plusieurs mois passèrent. On apprit le décès de la charmante vieille dame et tout l’immeuble se rendit à son enterrement après s’être cotisé pour l’achat d’une couronne.
Les mois continuèrent à s’écouler paisiblement, avec échange d’invitation pour prendre le café, soit au troisième, soit au quatrième. Un jour pourtant, les invitations entre le troisième et le quatrième étage cessèrent. Dans le couple sans histoire, ni la femme ni l’homme ne souleva de questions.
Une année s’écoula.
Depuis des années, tous les dimanches après-midi, sitôt son café avalé, l’homme emmenait son chien en promenade du côté des puces de Saint-Ouen, et sa femme ne le revoyait que le soir. Il revenait souvent avec des vieilleries qui disparaissaient aussi vite qu’elles étaient apparues, car la femme les cassait malencontreusement, elle était tellement maladroite. Il finit par ne plus rien rapporter, et il ne lui faisait plus partager son enthousiasme pour des reliques pleines de poussières, mais il disparaissait toujours tout l’après-midi du dimanche. Elle en fut très contente.
Elle, par contre, passait moins de temps à faire ses courses et son ménage, mais elle disparaissait également des après-midi entiers. Elle avait minci et faisait davantage attention à ses toilettes, néanmoins son mari ne s’en aperçut pas, ou fit semblant de ne pas s’en apercevoir. Il continuait sa petite vie tranquille et ne s’occupait pas de la vie ni de l’emploi du temps de sa femme, pourvu qu’elle fit de même et qu’il eut son dîner prêt lorsqu’il rentrait le soir.
Un soir, cependant, il était déjà là lorsqu’elle rentra à la maison. Il fut furieux de devoir attendre qu’elle prépare le repas pour pouvoir passer à table et de manquer le début des informations à la télévision. Elle s’excusa : elle avait rendez-vous avec son dentiste, et il l’avait reçu en retard. Il lui demanda alors de s’arranger pour prendre ses rendez-vous suffisamment tôt dans l’après-midi pour que ce genre d’incident ne se reproduise pas. Elle lui dit qu’elle y ferait attention.
Le soir suivant ses copains n’étaient pas libres et comme il n’alla pas au bistrot, il rentra plus tôt que d’habitude. En montant chez lui, il entendit la porte du troisième claquer, et des pas précipités grimper les escaliers. Il ressentit une impression bizarre. Mais arrivé chez lui, sa femme était là à l’attendre et le repas était prêt.
Le temps passa.
Un jour, le mari était parti comme tous les dimanches se promener avec son chien ; la femme, s’ennuyant devant la télévision, décida de sortir. Arrivée devant la porte du troisième étage, elle crut reconnaître la voix de son mari, mais quand elle lui posa la question, le soir, il lui demanda si elle n’était pas souffrante. Pourtant, il sembla troublé ; cela intrigua la femme. Elle décida alors d’en avoir le cœur net et de le suivre à sa prochaine sortie dominicale.
Elle n’eut malheureusement pas le temps de mettre son plan à exécution car le lendemain, son mari rentra beaucoup plus tôt que d’habitude. Elle n’eut pas non plus le temps de sortir de l’appartement du grand jeune homme pour aller préparer le dîner de son mari, ni de refermer la porte au nez de celui-ci alors qu’il montait les escaliers et qu’elle était en train de quitter le logement du troisième en y laissant son chien pour être plus tranquille pour faire ses courses pour le repas. Par contre, son mari eut le temps de repousser la porte, d’entrer dans l’appartement du troisième, de suivre le couloir, de gagner la chambre, de voir que le jeune homme était encore au lit, et, surtout, de voir que le doberman était avec lui.
Il aurait supporté de se rendre compte que sa femme le trompait, de toute façon, il faisait la même chose avec le jeune homme tous les dimanches après-midi, il aurait également supporté que le jeune homme le trompe, mais ce qu’il ne supporta pas c’est de savoir que son chien le trompait avec le jeune homme. Il y avait un petit poignard marocain qui traînait sur une table basse non loin du lit à côté de plusieurs lettres ouvertes ; sa main plongea pour s’en emparer et d’un mouvement instinctif il trancha la gorge du jeune homme. Il trancha également celle de sa femme qui hurlait derrière lui car elle l’ennuyait avec ses cris.
Il remit le collier et la laisse à son chien et quitta l’appartement en claquant la porte.
Depuis on ne les a plus revus.
Si vous voyez dans le quartier ou même ailleurs, un doberman aux oreilles tombantes, à la queue non coupée et avec un collier étrangleur, accompagné d’un monsieur un peu rond avec l’œil triste et le cheveu rare, ce dernier sera peut-être le mari de la maîtresse de l’amant, en cavale avec son chien, amant de son amant et de l’amant de sa femme, alors surtout, n’hésitez pas, prévenez-moi, je m’occupe de son dossier….

x.l.


Enregistré le 2 Mars 2005 à 23:11
par xiane - 381776 lui écrire blog
(tous ses textes)

Oeuvre Originale

Auteur :
xiane

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact




Voyance
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
10 connectés au chat
56 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris la femme, le mari, le chien, et l’amant ou le scénario quadrangulaireconseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


Remerciements à J-Jacques, pour l’idée ... Je suis à la recherche d’un chien, un doberman. Contrairement à la plupart de ce genre de chiens, il n’a pas les oreilles et la queue coupées, et son coll
femme,mari,chien,amant,scenario,quadrangulaire