terre,hennuyere,terre,accueil
Forums > BelgiqueAller à la dernière page
<< Précédent |

terre hennuyère...terre d'accueil!

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 25/11/2003 à 07:07 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Bonjour ou au revoir --> :hello:
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 25/11/2003 à 07:11 supprimer cette contribution
Morlanwelz en images
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 25/11/2003 à 07:18 supprimer cette contribution
dommage qu'il y ait tous ces travaux!
faut en faire des tours pour aller...
là où on mange de bonnes pâtes!
Si vous voulez, j'vous donne l'adresse...!
une bonne table!
faut avoir une "bonne fourchette"
accueil chaleureux...
animation garantie
clientèle triée ...
un videur... pas plus haut que 2 pommes! mais quel caractère! sait s'imposer!
539788 Publié le 25/11/2003 à 07:34 supprimer cette contribution
Citation:
accueil chaleureux...
animation garantie

merci, c’est surtout votre présence qui a apporté chaleur et ambiance Bises --> :*
594727 Publié le 25/11/2003 à 21:20 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello: c'était super sympa,rencontrer cette amitié virtuelle en réalité Bises --> :*
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 25/11/2003 à 23:59 supprimer cette contribution
ce soir avait lieu à Morlanwelz...une grande réunion...pour faire reconnaître 2 nouveaux produits... commercialisés pour les fêtes!

très dynamique le coin...
mise en valeur de nouveaux produits...
un pâté aux pruneaux macérés 24 h dans la bière...
et je vous le donne en mille???
dans la ?????
Binchoise... bien sûr...
nouvelle bière brassée par la brasserie binchoise... (tiens il y a encore de la lumière là-bas... je la vois de chez moi...)
et appelée... La Mariemont...
et...
zut j'ai oublié l'autre recette...
aux pruneaux et à la bière aussi...
fabriqué à Morlanwelz et à la bière binchoise...
ce n'est pas un pain...c'est...???
S.O.S. j'ai oublié...
C'est l'heure... je vais dormir...cela ira mieux demain!
Bises --> :*

539788 Publié le 26/11/2003 à 08:44 supprimer cette contribution

Voyageur, lorsque vous arrivez sur le quai du point d'arrêt de Morlanwelz, à l'orée de la prestigieuse forêt de Mariemont, il vous est difficile d'imaginer que le site qui vous entoure puisse faire l'objet d'un ouvrage historique. Au milieu des poules, vous croyez débarquer dans un village de la France profonde ; en traversant les effluves de la friterie, c'est dans la cuisine d'un snack citadin que vous pénétrez.
Et pourtant, quand vous aurez parcouru les chapitres de ce document, vous conviendrez que la gare de Morlanwelz méritait bien que l'on y consacre une publication destinée à conserver certains faits.

La gare de Morlanwelz appartient à l'histoire de la commune et de ses habitants.

extrait du site: www.morlanwelz.be/histoire/gare.htm
594727 Publié le 26/11/2003 à 21:49 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello:


Le Musée Alexandre-Louis Martin
Dans les bâtiments de l’ancienne Administration Communale de Carnières, place de Carnières 52, le hall d’entrée et l’étage ainsi que la grande salle du conseil servent de salle d’exposition pour les oeuvres du peintre Alexandre-Louis Martin.

Outre la présentation de la collection permanente, le Musée organise ou accueille des expositions temporaires. On y reçoit des écoles, on y donne des activités récréatives, les groupes sont toujours les bienvenus lors des manifestations. Les visites guidées et les animations scolaires sont organisées en relation avec l’exposition en cours.

Un livre relatant tous les détails de la vie, de l’évolution de la peinture du peintre, des cartes postales en couleur, des affiches sont proposés au public ainsi qu’une série de documents qui peuvent être consultés sur place. Pour une cotisation annuelle minimum de 200, -BEF-4,96 Euro, on reçoit un petit feuillet informatif sur les activités et les projets du musée.


Alexandre-Louis Martin

" L’amour de peindre "

Alexandre-Louis Martin ne cachait pas son amour pour son terroir et plus spécialement pour tous les déshérités de la classe ouvrière.

Il les représente avec d’autant plus de vérité qu’il les connaît; ils sont de sa classe, de sa race, de sa terre.

Alexandre-Louis Martin est et restera un artiste dans l’histoire de la peinture car il trouvait le ton juste pour traduire les émotions humaines.

Cela suffirait déjà à expliquer l’intérêt que Martin a suscité et suscite encore aujourd’hui.

Quelques oeuvres du peintre
"Triptyque des Mendiants"
"La Petite Fille au tambourin"
"Joueurs de Cartes"
"La Madone du Peuple"
"Triptyque des Mendiants"
"Tête de Fillette"
"Le Philosophe"
539788 Publié le 26/11/2003 à 22:06 supprimer cette contribution
whaoo super mouma Bises --> :*
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 28/11/2003 à 07:04 supprimer cette contribution
c'est vrai peggy!
594727 Publié le 28/11/2003 à 19:24 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello: Bises --> :* pour rire 1x

Leuze-en-Hainaut. En ces terres, les actions promotionnelles ne laissent jamais de côté les Friteurs! Il faut préciser qu'elles sont le berceau de la société Lutosa, grande productrice de Frites devant l'Eternelle Patate, exportant ses fruits aux quatre coins du globe. Et ce jour-là...

Ce jour-là, le dimanche 22 juin, la brasserie Busch toute proche organisait ses portes ouvertes. Cela n'a fait ni une ni deux: Lutosa a installé pour l'occasion un coloré Fritkot (photo: Dubuisson) proposant le paquet de Frites à 1 €, sauce comprise! Le résultat? Près de 3.000 Friteurs ont défilé, heu-reux... qu'on se le dise.
594727 Publié le 28/11/2003 à 19:52 supprimer cette contribution
Le musée de la Haute Haine à Carnières


Ce petit musée d'histoire locale, ouvert depuis septembre 1988, a décidément bien des atouts pour plaire et le nombre croissant de visiteurs en est la preuve vivante.
Installé dans les locaux de l'ancien bureau de Police de Carnières, déserté lors de la fusion des communes en janvier 1977, dans un bâtiment de style néo-flamand construit en 1878, qui était au départ, destiné à loger l'instituteur en chef de l'école communale du Centre, le musée est situé en plein centre de l'ancienne commune de Carnières, sur la Place.

Son architecture à pignon découpé et ses pierres de façade travaillées au ciseau, rappellent un peu les anciennes demeures gothiques flamandes ; c'est un petit bâtiment qui ne manque pas de charme.

L'ancienne habitation du chef d'école est aujourd'hui le siège du Cercle de Recherches et d'Éducation Culturelles de Carnières (C.R.E.C.C.), créé en 1971 par un groupe d'amateurs d'histoire et d'archéologie, vivement intéressés par le passé et l'avenir de leur commune.
Le musée de la Haute Haine est l'émanation de cette association qui a toujours joué dans son village, un rôle éducatif et qui continue à le faire d'autant mieux actuellement, qu'elle possède un musée.
L 'Administration Communale de Morlanwelz a été sensible au projet culturel mis au point par le C.R.E.C.C. et lui a cédé l'usage du bâtiment précité.

Le musée de la Haute Haine s'est tout de suite consacré à 2 activités complémentaires.


Il existe d'une part, une exposition permanente retraçant l'histoire et l'archéologie de la région, de la préhistoire à 1950. Depuis 1996, une nouvelle section consacrée aux industries s'est ouverte.
Outre la rétrospective de l'histoire régionale, le musée de la Haute Haine présente annuellement, une exposition temporaire destinée à découvrir chaque fois une autre facette de la vie quotidienne d'antan comme les jouets anciens, la lessive et le repassage, l'éclairage, le petit outillage de ferme, le tram dans la région du Centre, la coiffure à travers l'histoire et le tabac, l'écriture, le café, les fêtes de l'enfance, les abeilles....
Pourquoi chaque année une exposition qui s'étale sur 12 mois ?
En premier lieu pour renouveler le potentiel de visiteurs, attirer un public chaque fois différent et puis, remplir le rôle éducatif que le musée s'est fixé.
Le fait de ne pas recourir à des collections toutes faites ou d'emprunter à d'autres musées, implique aussi une démarche assez intéressante : par le biais du bulletin communal et par une série de demandes, tout le monde est invité à rechercher dans son grenier, dans son salon ou dans sa vitrine remplie de précieux souvenirs, l'un ou l'autre objet correspondant au thème choisi. On crée ainsi une espèce de mémoire collective et le musée devient la réalisation de tous pour tous.
Il est loin le temps où un musée était un ensemble de collections.

Notre petit musée offre diverses possibilités d'éducation culturelle et de sensibilisation aux événements et choses du passé.
On y reçoit des écoles, on y donne des cours animés où les enfants (sages) peuvent demander d'ouvrir une vitrine pour voir un objet de plus près : les silex sont les plus sollicités.
On trace ensemble la ligne du temps ou on regarde un des montages audio-visuels sur l'histoire du village ou même, on joue au grenier aménagé sous les toits et où on trouve un tas de jouets anciens tout heureux de servir encore.
Les groupes du 3e âge sont les bienvenus et des goûters sont prévus à leur intention, sur demande.
D'ailleurs, le 3e âge est pour le musée de la Haute Haine un âge d'or : la plupart des collaborateurs bénévoles appartiennent à cette catégorie, ce qui permet au musée d'avoir du personnel souvent qualifié, disponible et motivé.

Il est vrai qu'avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté, on peut exploiter un petit musée mais n'attendez pas d'y trouver de fabuleuses collections dans de grandes salles en enfilade, Mariemont est tout proche et peut vous offrir tout cela.
Chez nous, venez juste passer un bon moment, vous serez reçu comme un ami qu'on espère revoir souvent.




594727 Publié le 28/11/2003 à 20:01 supprimer cette contribution
Le Prieure de Montaigu

"Avec la Chapelle Notre-Dame du Saint-Sang, le Prieuré de Montaigu est un des derniers témoins, encore debout, du passé de Morlanwelz. Contemporain du Château Royal des Archiducs Albert et Isabelle, monument emblématique de la localité, c'est à juste titre qu'il est devenu un des édifices à vocation culturelle de celle-ci. Pourtant, à l'origine, rien ne le destinait à cette affectation profane. L'Abbé Edmond Roland lui a consacré deux articles qui, aujourd'hui encore, demeurent fondamentaux "
in "Le Prieuré de Montaigu à Morlanwelz "
Valère Wastelain le 20 février 2000


938688 Publié le 28/11/2003 à 20:38 supprimer cette contribution
Bises --> :* J'ai aime ton album,merci Peggylou
Bises --> :* , le voyage était beau,vers l'inconnu
594727 Publié le 29/11/2003 à 20:26 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello: Anne,ici tu peux voyager dans un petit pays,qui dans sa plus grande longueur fait +ou- 275kms....d'amitié et de découverte.
Je te souhaite une bonne promenade...
Au fil des jours j'irai plus avant dans le pays....
Avec l'aide de miminou ,ariel et les autres...
Bises --> :* Amitié --> :fleur:
594727 Publié le 29/11/2003 à 20:48 supprimer cette contribution
Cette donation est à l'origine de la création du Centre d'Orfèvrerie de la
Communauté française au sein du Château de Seneffe.


Construit entre 1763 et 1768, le château de Seneffe constitue l'une des plus importantes oeuvres civiles de Laurent Benoît Dewez, maître d'œuvre de génie, promu, dès 1767, architecte officiel des Pays-Bas autrichiens, sous le gouvernement de Charles de Lorraine.

L'histoire de Seneffe est associée à celle de son château et de ses propriétaires ainsi qu'au développement industriel de le région. Cinq communes constituent l'entité de Seneffe et chacune d'elles méritent le détour.Seneffe : le château et le Musée de l'orfèvrerie de la Communauté française de Belgique, ainsi que le centre nautique "La Marlette".
Arquennes : la zone d'habitat classé en site d'intérêt culturel, historique et esthétique (église du XVe siècle, fours à chaux, ...).
Familleureux : l'ancien village dont l'origine remonte au VIIe siècle (place du village avec l'ancien château, cure de l'église, ...).
Feluy : l'église et le château fort classés, le village présentant beaucoup d'intérêt.
Petit-Roeulx-Lez-Nivelles : le village, petit mais attrayant

Salle à manger

Cabinet-oval

Chambre à coucher

Cabinet-octogonal

Grand salon

Collection d'orfèvrerie
938688 Publié le 29/11/2003 à 20:58 supprimer cette contribution
Bises --> :* Quel régal pour les yeux,un forum a ne pas délaisser,encore une fois merci,Peggy. Amitié --> :fleur: Bonjour ou au revoir --> :hello:
594727 Publié le 30/11/2003 à 16:28 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello: merci Anne Bises --> :*

Aujourd'hui,c'un dimanche pluvieux nous allons nous promener dans le splendide parc de Mariemont,là c'chez nous (Ariel et moi-même)en attendant le retour de Miminou

Bienvenue au parc de Mariemont
Au coeur d'un parc splendide, un musée surprenant où la Chine et le Japon côtoient l'Egypte, la Grèce et la Rome antiques, où l'évocation du passé du Hainaut débouche sur la plus belle collection au monde de porcelaines de Tournai et qui possède, en outre, une somptueuse bibliothèque

Le parc de Mariemont vous accueille
parmi les arbres, les pelouses et les fleurs, un ensemble unique de bronzes monumentaux japonais, les oeuvres de sculpteurs belges des XIXe et XXe siècles et les ruines romantiques du château de Charles de Lorraine.

L’origine du parc de Mariemont remonte au 16e siècle lorsque Marie de Hongrie, soeur de Charles Quint et gouvernante générale des Pays-Bas, se fait aménager un domaine de chasse à proximité de son palais de Binche. En 1548, des jardins à l’italienne sont plantés aux pieds d’un pavillon construit par J. Dubroeucq. Mariemont devenu résidence de chasse des gouverneurs des Pays-Bas le restera jusqu’à la fin de l’ancien régime. Au 17e siècle les jardins sont redessinés sur le modèle de ceux d’Aranjuez à la demande de l’archiduchesse Isabelle. Les hôtes princiers et royaux s’y succèdent comme Marie de Médicis et Louis XIV propriétaire du domaine de 1668 à 1678. Au 18e siècle Charles de Lorraine rasera l’ancien château et les jardins renaissance. A la place s’édifie une construction de style classique et des parterres à la française sur des plans de l’architecte L. Dewez. Ils se situent à la lisière d’un massif boisé de 2 000 ha, sillonné d’allées cavalières et garni de fabriques. En 1794 cet ensemble disparaîtra dans la tourmente révolutionnaire.

Le domaine tombe dans l’escarcelle d’hommes d’affaires attirés par son gisement houiller. Peu après 1830, l’un d’entre eux, Nicolas Warocqué, s’y fait construire une demeure de style néoclassique sur des plans de l’architecte T.-F. Suys. Il est érigé dans un parc paysager de style anglais dessiné par C.-H. Petersen, collaborateur de Suys dans l’aménagement du jardin botanique à Bruxelles. Les Warocqué ne cesseront de l’agrandir et de l’enrichir. En 1917, Raoul Warocqué, dernier descendant de la famille, lègue à l’Etat ses collections, sa résidence et son parc, actuels musée et domaine royal de Mariemont. Propriété de la Communauté française de Belgique, le parc est géré par la Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement de la Région wallonne.


Entrons dans le parc
Le parc aux multiples facettes. Outre sa grande richesse dendrologique le parc séduira le visiteur par sa faune, ses vestiges historiques, son potager-fruitier, ses fabriques, sa collection de statues. Cet espace de 45 ha entièrement clos de murs se développe sur un plateau et un coteau dévalant vers la Haine. L’entrée principale est précédée d’une double allée de hêtres d’une longueur de près d’un km. Sa physionomie actuelle s’inspire du modèle des jardins anglais restituant l’aspect naturel des sites boisés avec leur accompagnement d’étangs, de cascades, de fontaines, de pelouses. (peinture suivant Lauters

Si le style paysager exclut les parterres fleuris, à l’exception de l’ancienne roseraie transformée en mixed border, les magnolias, les tulipiers, les massifs d’azalées et de rhododendrons égaient le parc de leurs couleurs, sans compter les fleurs sauvages... Le parc présente aussi un certain intérêt ornithologique. Ses étangs accueillent à l’occasion les oiseaux migrateurs. En toutes saisons, on peut y rencontrer, colverts et autres canards, cygnes blancs et noirs, oies et paons, oiseaux fétiches du parc

Certains arbres multiséculaires remontent à l’ancien domaine royal: les châtaigniers auraient été plantés au temps de Charles de Lorraine, des chênes pédonculés et des hêtres verts sont plus vieux encore. Le fond des massifs de frondaison est constitué de hêtres pourpres, laciniés et pleureurs, de chênes et de frênes. Depuis les années 1870 des espèces exotiques se sont ajoutées: cèdres, séquoias, araucarias du Chili, ginkgo biloba, pommier de l’Amour, épicéas du Colorado, pin de Weymouth,... Cette richesse fait aujourd’hui de Mariemont la plus importante collection dendrologique du Hainaut avec une cinquantaine d’arbres classés.


Les sculptures

Le parc est aussi un véritable musée de sculptures en plein air. Quelques grands artistes belges du 19e s’y trouvent représentés: Jef Lambeaux, Godefroid Devreese, Constantin Meunier et Victor Rousseau. Le chef d’oeuvre incontestable de cette collection est le groupe Les Bourgeois de Calais d’Auguste Rodin, l’un des quatre exemplaires coulés du vivant de l’artiste.

Archéologie
Des vestiges archéologiques. Le parc de Mariemont conserve encore aujourd’hui d’imposants souvenirs de sa longue histoire. Une visite préalable à la section d’histoire de Mariemont au sous-sol du musée permet de mieux les comprendre

Outre l’ancienne glacière du 17e siècle, inaccessible, on remarquera d’abord les ruines imposantes du château de Charles de Lorraine construit de 1754 à 1774. On peut toujours reconnaître, couvert de lierre, le corps central et les deux ailes en retour encadrant une cour d’honneur. A côté de l’aile des écuries s’élève la fontaine sainte Thérèse. Erigée en 1766 dans le bois de Mariemont et transportée à son emplacement actuel par R. Warocqué. A droite de cet édicule, se trouve le bâtiment de l’orangerie édifié par L. Dewez en 1776-1777, aujourd’hui enfoui sous la végétation. A l’aplomb de la terrasse des anciens jardins à la française du 18e siècle subsistent les restes de la balustrade en pierre qui la clôturaient . Au centre se trouve un belvédère qui permettait de découvrir de vastes paysages vers la vallée de la Haine. Il surplombe le “ fer-à-cheval ” entrée monumentale édifiée en 1778. Bien que très ruiné il conserve une belle allure. Au centre de l’espace délimité par cette double rampe s’élève la “ fontaine archiducale ”, souvenir d’une vaine tentative d’installation de station thermale à Mariemont par Marie-Elisabeth d’Autriche en 1741.


Le thème des Parcs et Jardins est un des principaux traités au CRIE de Mariemont. Il y a quelques années, nous avons participé, à l’initiative du Conseil de l’Europe, à la définition et mise en oeuvre d’un programme original de classes de patrimoine des parcs et jardins, Grâce à une aide spécifique de la Région wallonne, ce programme a été testé avec de » nombreuses classes. Aujourd’hui nous finalisons un dossier pédagogique qui serra imprimé et distribué par la Région. Sa sortie est prévue pour le premier trimestre 2001.
Nous voulons également attirer votre attention sur les richesses de notre centre de documentation qui consacre une section entière à ce sujet.
Nous pouvons également concevoir des programmes d’animations et leurs supports pédagogiques pour tout autre parc ou jardin.
Aussi, nous tenons régulièrement à l’invitation d’associations, plus ou moins spécialisées dons le domaine, des conférences ayant trait à l’histoire des parcs et jardins en Belgique, en Europe, dans l’antiquité… qui peuvent être suivies de visites de sites. Une collaboratrice licenciée en Histoire de l’Art est chargée de cette mission. Pour plus d'informations:
http://mrw.wallonie.be/dgrne/education/crie/mariemont

539788 Publié le 30/11/2003 à 17:04 supprimer cette contribution
mouma Bises --> :*
343905 Publié le 18/01/2004 à 23:34 supprimer cette contribution
desole mais je ne sais vous dire d autre que j ai envie d visite ce pays aux histoire mervilleuses c est aussi la premiere participation a ce qui auront ce mess contacter moi et dite moi comment vais je faire poetejr
ariel si tu est la c est mervilleux j ai eu a lire tes texte et c est jolie car en moi aussi sous un soleil ardent de desespoire je marche sur la terre des gardant en moi lespoiur de revivre un jour le bonheur car
plus dune nuit plus dun silence
et chaque solitude sont propre mistere
et ns d etre obscure aux yeux que le reves y conduit
696121 Publié le 19/01/2004 à 08:03 supprimer cette contribution
Coucou La Belgique!!!
539788 Publié le 19/01/2004 à 08:15 supprimer cette contribution
Bonjour ou au revoir --> :hello: dora
Bonjour ou au revoir --> :hello: poète
Page 1

Forums > Belgique Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | terre hennuyère...terre d'accueil!| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact


 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
11 connectés au chat
42 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris terre hennuyère...terre d'accueil!conseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


img border=0 alt= Bonjour ou au revoir -- :hello: src= http: www.affection.org forum smiley salut2.gif align=middle
terre-hennuyere-terre-accueil