Poker

Règles du poker

La hiérarchie des combinaisons

Au poker, il n’y a que deux façons de gagner
- Gagner à l’abattage des cartes grâce à la force de votre main – aucun de vos adversaires n’ayant eu une combinaison de cartes plus forte que la votre
- Gagner avant l’abattage des cartes car vous avez forcé vos adversaires à coucher leurs cartes (en leur faisant croire par exemple que vous possédiez une combinaison supérieure à la leur par une enchère très forte)

 Mais qu’appelle t’on une combinaison au poker ? 


 Quelque soit la variante de poker jouée (poker fermé, texas hold’em, Stud, Omaha), une combinaison se définit sur 5 cartes. Les neufs combinaisons possibles au poker sont données ci-dessous, elles sont classées par ordre croissant de valeur :

  1. La carte isolée (High card xx en anglais)
  2. La paire (pair)
  3. La double paire (Double pair)
  4. Le brelan (trips)
  5. La quinte (straight)
  6. La couleur (flush)
  7. Le full (full house)
  8. Le carré (quad)
  9. La quinte flush (straight flush)

Il vous faudra apprendre cet ordre par coeur. Les automatismes viendront vite en pratiquant, gardez précieusement cet article imprimé près de vous lors de vos premières parties.

NB : Cet article ne s’applique qu’aux variantes classiques en high
L’ordre est valable pour un jeu de 52 cartes (pour le jeu de 32 cartes, il existe quelques différences).

Avant de détailler chacune de ces combinaisons, voici la liste des cartes possibles triées par ordre croissant de valeur :

2

3

4

5

6

7

8

9

T

J

Q

K

A

2

3

4

5

6

7

8

9

T

J

Q

K

A

2

3

4

5

6

7

8

9

T

J

Q

K

A

2

3

4

5

6

7

8

9

T

J

Q

K

A

Deux

Trois

Quatre

Cinq

Six

Sept

Huit

Neuf

Dix

Valet

Dame

Roi

As

 
Nous utiliserons dans tous nos articles la notation anglaise, car c’est elle qui est utilisée dans toutes les plateformes de poker en ligne. Pour information, nous avons T pour Ten (dix), J pour Jack (valet), Q pour Queen (dame), K pour King (Roi) et A pour As

La carte la plus faible est le 2, la carte la plus élevée est l’as. Il n’y a aucune distinction de force entre les couleurs, un deux de cœur ne vaut pas plus qu’un deux de trèfle, un as de pique ne vaut pas moins qu’un as de carreau.

 

Jusqu'ici nous avons abordé l’ordre des cartes et l’ordre relatif des combinaisons sans entrer cependant dans le détail.

Nous nous proposons maintenant de décortiquer chaque combinaison et de vous donner des repères sur leurs forces intrinsèques.

Attention, l’ordre des combinaisons donné ici est destinés aux variantes dîtes high (et ne s’appliquent donc pas aux variantes comme le low ball)

  • La carte isolée
Si on devait vous donner 5 cartes d’un coup, vous auriez à peu près une chance sur deux de toucher une telle main. Il arrive souvent au poker que toutes les cartes d’une main de forment aucune combinaison réelle. Les cartes ne se suivant pas, sont composés de plusieurs couleurs (par couleur nous entendons les piques, carreaux, cœur et trèfles)  et aucune d’entres elles n’est doublée (deux rois par exemples).
La valeur de votre main tient alors en sa carte la plus élevée.
Si vous avez par exemple : 9, T ,7♣, 3♠, A, votre carte la plus forte est l’As (High card As)
 
Si deux joueurs à l’abattage montrent un jeu de ce type, on compare les cartes les plus hautes. Celui qui a la carte la plus élevée l’emporte. S’ils ont la même carte isolé (par exemple un as chacun), on regarde alors de part et d’autres la seconde carte la plus haute et ainsi de suite.
Exemple :
Joueur A : AK Q78
Joueur B : AKQ92
Le joueur B l’emportera car le départage se fera ici sur la quatrième carte ! (et le 9 l’emporte sur le 7).
 

 
  •   La paire
Si vous avez dans les cinq cartes que constituent votre main une d’entre elles qui est doublée, par exemple :
-  883KQ
- J92J8
Alors vous avez touché une paire (paire de 9 dans le premier cas, paire de valet dans le second cas).
Sachez que vous avez à peu près une chance sur deux de toucher au moins une paire si on vous distribue cinq cartes.
Si deux joueurs ont touché la même paire, on regarde alors la plus forte de leurs cartes isolées.
Exemple1 :
Joueur A : 883KQ
Joueur B : 882J7
Le joueur A l’emportera avec son Roi.
Exemple2 :
Joueur A : JJ3KQ
Joueur B : 882J7
Ici le jour A l’emporte avec une paire de valets contre une paire de 8. 
 

 
  • La Double paire
Si votre main présente deux paires de valeurs différentes et une carte dépareillée (par exemple 88 J J9♠), vous avez ce que l’on appelle une double paire (une double paire au valet par les huit dans notre exemple).
Vous toucherez une double paire servi une fois tous les 21 coups en moyenne et vous obtiendrez une combinaison supérieure ou égale à une double paire huit fois sur cent (un peu moins d’une fois sur dix donc).
Lorsque deux joueurs ont double paire, c’est la main qui a la paire la plus haute qui l’emporte. Ainsi AA322 l’emporte sur KKQQ4 grâce a la présence de la paire d’As. Si deux joueurs ont chacun double paire, avec la même paire haute, c’est la deuxième paire qui détermine le vainqueur. Ainsi AATT2 bat AA993 : les paires d’As se neutralisent, et la paire de T donne la gagne à la première main en surclassant la paire de 9.
Enfin, si deux joueurs ont deux paires identiques, c’est la dernière carte qui départage le pot. Ainsi AATT2 perd contre AATT3, à cause de la fatidique cinquième carte !
Autre exemples :
TT882 l’emporte sur
TT77A 
T T883 l’emporte sur
T 8382 
 

  • Le brelan
Le brelan est un fort jeu, toute main possédant trois cartes identiques et deux cartes dépareillées est appelée Brelan.
Exemple :
KKK78
222A9
 La règle classique s’impose sur la hauteur des cartes, ici le brelan de roi est supérieur au brelan de valet. Si deux joueurs ont le même brelan, ce qui est possible aux jeux de flops, les cartes secondaires déterminent le gagnant de la main
Vous n’obtiendrez un brelan ou plus sur une distribution de cinq cartes que trois fois sur 100 en moyenne.
 
 

  • La quinte
Egalement appelée suite, la quinte fait partie des jeux relativement rares. C’est une très forte main. Elle est constituée de cinq cartes qui se suivent avec au moins deux couleurs. Exemple : 56789 ou TJQKA
Il est indispensable que les cinq cartes se suivent exactement, 2468T n’est pas une suite. Il existe cependant une exception qui ne se retrouve que sur les quintes et les quintes flushes, la combinaison A2345est aussi considérée comme une suite. C’est la seule exception, l’as est ici considéré comme la carte la plus faible (le «un »).  La quinte A2345est ainsi plus faible que la suite 23456 , la combinaison TJQKAétant la plus forte quinte. Attention, vous ne pouvez pas faire « le tour » : KA234 n’est pas une quinte.
Vous n’obtiendrez une quinte ou plus servie que huit fois sur mille – soit un peu moins d’une fois sur cent.
 

 
  • La couleur
Plus nous montons dans les combinaisons, plus celles-ci sont rares.

La couleur est constituée de cinq cartes de même couleur. Ces cinq cartes ne doivent pas nécessairement se suivre :
Ex : AQ258ou 258Q9(si elles se suivent vous avez une quinte flush , voir plus bas !).Vous toucherez une couleur ou plus 4 fois sur mille, soit une fois toutes les 250 distributions.Il n’y pas de différence de force entre une couleur à cœur ou à pique, ex : AQ258est totalement équivalent à  AQ258♠.

Exemples :A2345bat KQ258(une couleur à l’as est plus forte qu’une couleur au roi, quelque soient les autres cartes). A2345est battu par AQ258(la 2nd carte après l’as, c'est-à-dire la dame, fait ici la différence)

 

  • Le full
Le full est assez simple à repérer, c’est une combinaison de cinq cartes qui contient à la fois un brelan et une paire. QQQJJest appelé full aux dames par les valets. En présence de deux fulls, c’est la hauteur du brelan qui détermine le vainqueur. Si les brelans sont identiques, c’est la hauteur de la paire qui départage. Si à la fois le brelan et la paire sont identiques, on partage le pot.
Exemples :
AAA33 est inférieur à AAA44.
222AA est inférieur a 33344.
La fréquence d’apparition est de deux fulls servis toutes les milles donnes. Soit un full servi sur 500 mains en moyenne.
 

 
  • Le carré
Le carré est également assez simple à retenir, il est constitué de quatre cartes identiques et d’une carte isolée.
La combinaison 3333A est donc un carré de trois. Le carré d’as étant le carré le plus fort. En présence de deux carrés, c’est la hauteur du carré qui détermine le vainqueur. En présence de deux carres identiques (possible dans les variantes de poker ouvert), c’est la dernière carte qui départage les mains.
Vous n’obtiendrez un carré servi qu’une fois toutes les 2000 donnes. Autant dire, que le carré est un oiseau très rare. 
 

 
  • La quinte flush
Voici une combinaison encore plus rare. Il ne serait pas surprenant que vous ne touchiez une telle main avant longtemps, très longtemps.
La quinte flush cumule les combinaisons de quinte et de couleur. A2345, et 6789T forment toutes deux des quintes flushes. La combinaison TJQKA (ou TJQKA) étant la reine des combinaisons, aucune autre main de pouvant la battre – on l’appelle la quinte flush royale.
Une quinte flush est servie une fois toutes les 50000 donnes…


Article original sur Poker académie
   Le Poker

Cours pour débutant

Cours avancés

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact




Voyance
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Jeux Concours
 Poker
 Jeux solos
 Voyager
 Humour
 Editorial
17 connectés au chat
76 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Règles du pokerconseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


La hiérarchie des combinaisons.
Poker