jour,emprunter,chemin…
=== REVUE DE PRESSE ===
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Puis-je un jour emprunter ce chemin…

Impression :

(Détail)
C'est une journée ensoleillée qui s'annonçait. Je roulais seul, ne sachant où aller. La route me mena au pied d'une immense montagne. Je m'arrêtais à l'entrée d'un chemin de terre, marqué par le passage d'une rivière. J’arrête la voiture, et la gare là ou je suis sûr qu’elle ne gênera personne, et emprunte le chemin. Je veux savoir ce qu'il y a derrière la montagne.
A peine ai-je traversé la rivière, qui marque le début du sentier, qu'un compagnon de voyage me rejoint. Sa compagnie est des plus agréable, on a ensemble un sentiment familier inexplicable.
Quand il me voit, il m'adresse la parole :
lui: "tu viens voir les morts de la montagne ?"
moi: "il y a des morts ici ? Je ne savais pas. Non je ne veux pas les voir. Comment sont-ils morts ?"
lui: "sont morts tous ceux qui ont voulu redescendre."

Ces paroles m'intriguent mais ne m'inquiètent pas, et n'ont pas l'air de l'inquiéter non plus. On commence à avancer sur le chemin, et je pense à la voiture que je n'ai pas fermé (mais quelle importance puisque si je redescends ...)

En face de nous, une centaine de mètre plus haut, marche un couple. Nous les suivons, et pour eux nous sommes un couple. La montagne est immense et personne ne sait ce qu'il y a derrière. Mais nous avançons sur le chemin et voyons derrière nous le lit de la rivière de plus en plus petit. Plus nous montons, et plus nous vieillissons, mais cela n'est pas inquiétant. La montagne est remplie de dangers que nous affrontons tous les deux, l’un veillant sur l'autre. Ce que ne fait pas le couple au dessus de nous. Et bientôt on ne voit plus qu'une personne. Alors je demande à celui qui m'accompagne où est passé le deuxième, et il me dit qu'il n'est plus, car il ne veillait pas sur son compagnon...
On appelle celui qui reste des 2 et lui dit de nous attendre, mais il refuse en nous disant qu'on est déjà 2. Lui est seul, il se cache dans un coin en attendant qu'on le dépasse, et commence à redescendre.
Je ne l'ai pas vu, mais je sais qu'il n’est pas mort. Il est au pied de la rivière, et s’apprête à retraverser la rivière.

Nous montons encore, et l'âge avance. Nous nous arrêtons plus souvent, parlons sans cesse, veillant l'un sur l'autre. Il fait froid, de ce coté de la montagne, tout est à l'ombre... et bientôt, nous arrivons au sommet de cette immense montagne. La crête est verdoyante, comme recouverte de pelouse sur le moindre rocher, le ciel est dégagé, et nous voyons du coté d'où l'on vient notre vie, avec ses difficultés, ses blessures, les épreuves que nous avons traversées. De l'autre coté, la mer et le ciel, à perte de vu, calmes et tranquilles. Et nous savons que si nous sommes arrivés si haut, c’est parce que nous étions 2, et que toujours nous nous sommes attendus, en veillant l'un sur l'autre.

Notre vie est déjà bien avancée, et nous commençons à redescendre, par un sentier facile, déjà tracé. Il n'est plus aucune difficulté, il nous suffit de prendre notre temps, et de contempler la mer, et sentir le soleil nous réchauffer. Nous descendons encore, arrivant au pied de la montagne, très vieux et aimants mais bientôt, je me retrouve tout seul. Mon compagnon a fini son chemin, il s'en est allé. Non pas parce qu'il ait fait demi tour, mais il a gravi la montagne sans se retourner, atteints un âge avancé et est mort heureux a mes coté. Sur la mer, je vois un bateau. Je continue à descendre, mais je ne suis pas seul, il est là, près de moi, dans mes pensé. Je n'ai plus besoin de sa protection, je connais maintenant tous les secrets de la montagne, et de toute façon, j'arrive en bas.

Au pied de la montagne, sur la jetée, un petit ponton et le bateau. Il n'y a personne, tout est paisible et parfait. J'avance sur le quai, et monte dans l’embarcation. Elle est simple, tout en bois, avec une seule voile déployée, blanche, et éblouissante au soleil.

Mon compagnon, qui était sur le bateau, détache l’amarre. Le bateau va seul, et glisse vers le soleil. Tout est paisible, nous somme tous les 2 heureux.


Enregistré le 7 Juillet 2006 à 21:47
par 1099562

Auteur :
Inconnu

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
2 connectés au chat
5 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Puis-je un jour emprunter ce chemin…