lettre,pere,noel
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Ma lettre au Père Noël.

 
Cette Année 2008 est exceptionnelle, c'est vraiment l'année qui a fait de moi le plus gentil des terriens, j'ai eu à l'esprit que des bonnes choses pour mon prochain. Des bonnes paroles je n'en jamais manqué, d'ailleurs il ne m'en manque pas encore pour écrire cette superbe lettre sans aucune prétention, tu l'auras très justement noté très cher Père Noël.

Je te sollicite donc à cette période particulière de l'An 2008 sous l'ère Sarko Ier, de bien vouloir juste, car il m'est du, vu ma bonne année, me faire faire parvenir dans mes meilleurs années, une à deux années de vie supplémentaires, débrouilles toi avec Gabriel, racontes lui des cracks, tu sais faire, je te fais un dessin si tu veux.

Oui définitivement décidé comme chaque jour ou j'ouvre les yeux de respecter ce que je me suis fixé comme destin, enfin vu la crise, le destin est la, vide, pas de festin, pas le temps d'aller chasser les papillons dans les savanes africaine. J'ai plutôt attrapé des poux, si tu aussi avais une solution ...

A force de partir dans les nuages et de dormir sur les trottoirs, euhhh non tu sais bien que ce n'est pas moi, mais ce que je refuse de voir parfois. Trop froid aux mains pour la tendre à ceux qui ne savent plus ce qu'est la solidarité tellement personne ne les regardent. Ses regards vident de consommateur coincés au rayon dinde, me laissent à penser qu’il faut bientôt préparer les réveillons.

J’entends les cris qui viennent même plus de l’intérieur, mais bon c’est devenu si banal, peu choquant, aussi perverse que des radiations. L’invisible pauvreté des gens talalocher de mesures économiques internationales, européennes, si on savait que ça n’allait pas durer... En 40 ans de respirations, c’est à peine si l’idée de penser qu’un jour que j’ai peut être un voisin qui ne va pas manger ce soir, tu me diras parfois vaudrai mieux pas qu’il frappe à ma porte car certain soir, à part l’eau du robinet a chauffer avec un de sachet soupe serait mon seul don participatif à l’effort de pauvreté nationale, triste bouquet de pensées sauvages.

A la crise, c’est du propre, je t'ai rien demandé pourtant en cours d’année, passer de la patate au topinambour est devenu un luxe, les patates et les pâtes, ah penses à me descendre du ciel un peu de crème fraiche, c’est juste pour faire glisser les patates et les pâtes à l’eau que je partagerai qui sait avec mon voisin, tient et si c’était une voisine ? Mettre de la crème dans ses pâtes ça les rendraient plus juteuses, si si , et ne va pas t’imaginer autre chose petit cochon pervers.. Comme au bon vieux temps des tribus sauvages, non, pas de chichi entre nous c’est l’extra balle service cher père merci d’avance pour la crème.


Nous mentir depuis 2005, fait divers de banquiers virtuels, a fait de mes envies un simple désire stupide de coucher, pas avec ma voisine, j’ai pas encore frappé à la porte pour savoir, si c’est IL ou ELLE, de coucher ses quelques demandes pour les mettre sous mon sapin en plastique. Purée ça fait Bobo, d’avoir un sapin, disons pas de sapin cette année, et pourquoi pas la voisine, ou la rue pour comprendre Noël cette opération commerciale d’envergure. Dehors dehors , il fait pas si froid sous une tente dans les bois , un peu de vin chaud dans les veines et un bon sirop pour éviter la toux , une bonne cloppe et la nuitée devrait passer , en positif ou en négatif ?

J’ai l’air d’un con, d’écrire au père noël, à mon âge en plus, y a pas mieux à faire que d’y croire. C’est ce que j’entends tout autour de moi, croire que vivre est le plus cadeau que la vie nous ait donné. Les successions d’espoirs de belles rencontres, d’amours éphémères, de peines de joies de tendresses, d’amitiés. Ces souvenirs qui nous tiennent en équilibre sur le fil de la vie, je rame bien pourtant, peut être un peu trop si quelqu’un veut faire du ski nautique je lui lance une corde, c’est nul comme métaphore, je sais être nul sans me forcer, mais si c’est ma joie de dire que c’est comme ça, quand passant par tous ses états j’arrive à pas pleurer, c’est que j’ai rien compris.
Rêver, enfants de tous pays, c’est vous pour vous ce Noël, la simple clémentines la chaleur d’un foyer odorant la résine de sapin, recevez mes plus tendres pensées, qu’il neige ce soir là, que les étoiles brillent pour vos yeux et que votre cœur soit emplie de douceur et d’amour.

Restez enfants, le monde s’en portera mieux.


Enregistré le 7 Décembre 2008 à 14:29
par 2428966

Oeuvre Originale

Auteur :
Dimi

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
7 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Ma lettre au Père Noël.