matins,calins
Vos Poèmes Poèmes Poètes Concours
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Mâtins calins

Impression :

(Détail)
Quand tu poses sur moi tes grands yeux si candides
J’éprouve une telle joie que mon cœur en chavire
Ton ptit sourire mutin qui comble tout mes vides
Ma bouffée d’oxygène toi ma raison de vivre

Sur la pointe des pieds tu viens me réveiller
Et ton corps potelé se love contre le mien
Attendant une caresse, un bisou sur le nez
C’est notre rituel, nos ptits matins câlins

Quand ton frère nous rejoint fini la pose tendresse
Vos rires emplissent la chambre comme un soleil d’été
Mon lit se change en ring transporte votre allégresse
Tous nos moments magiques que j’aimerai prolonger
L’amour qui nous unis et chasse cette tristesse
Des souvenirs passés, des marques périmées

Je retarde le moment ou il faut nous lever
Tout en sachant pourtant que demain reviendra
Fait de vos rires d’enfants et de baisers volés
De ses trésors cachés qui n’appartiennent qu’a moi
La vie reprend son cours sur ses heures égayées
Et la porte refermée mon cœur ouvre ses bras

Vous êtes mes magiciens mes muses du présent
Nulle n'est plus fière que moi d'être votre maman


Enregistré le 8 Mars 2004 à 14:14
par Rubis - 1012529lui écrire blog
(tous ses textes)

Oeuvre Originale

Auteur :
rubis63

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact


 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
9 connectés au chat
32 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Mâtins calinsconseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


Quand tu poses sur moi tes grands yeux si candides J’éprouve une telle joie que mon cœur en chavire Ton ptit sourire mutin qui comble tout mes vides Ma bouffée d’oxygène toi ma raison de vivre
matins,calins