minute,necessaire,monsieur,ha
Forums > PhilosophieAller à la dernière page
<< Précédent |

La minute nécessaire de monsieur Ha Ca

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 26/01/2010 à 05:42 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Ce garçon a du talent, pour ne pas dire du génie, et ses écrits publics gagnent à être connus. Il faut en profiter tant qu'il ne met pas de copyright dessus, car cela pourrait ne pas durer.

Si ça lui dit de nous rejoindre, c'est quand il veut.

Tout ceci est, sauf indication contraire, mis dans le domaine public par Ha Ca. Si un jour il change d'avis et préfère qu'on efface, on le fera; mais ce serait dommage
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 21/02/2012 à 20:03 supprimer cette contribution
Citation:
Le Paradis prend-il en compte l'évolution de la société et les nouvelles technologies?

Autrefois on priait Saint Roch quand une épidémie de peste menaçait. Les jeunes filles qui voulaient trouver un mari priaient Sainte Catherine, les femmes qui voulaient devenir fécondes et avoir un enfant dans l'année priaient sainte Cunégonde ou Sainte Marguerite d'Antioche. Bref les saints ne chômaient pas.

Aujourd'hui ils sont bien délaissés. Les progrès de la médecine et de l'hygiène ont quasiment éradiqué la peste (sauf peut-être au Bangladesh), pour la stérilité il y a la fécondation in vitro, et pour trouver un mari il y a Meetic.

Mais a-t-on pensé aux nouveaux besoins? Qui sera le saint patron des geeks? A quel saint ou quelle sainte se vouer quand on n'a plus de réseau, quand la wifi ne marche pas, ou quand aucun antivirus n'arrive à nous débarrasser d'une rie qui ralentit le PC?

Jean Paul II a canonisé à lui seul, paraît-il, plus de saints que tous ses prédécesseurs depuis Saint Pierre : il y a plein de nouveaux saints disponibles ! Lui aussi, d'ailleurs, sera bientôt du nombre. A-t-on pensé à lui trouver du boulot? Saint Jean-Paul II, je le verrais bien s'occuper des délocalisations, par exemple.

Détails supplémentaires

@Mohamed Megueni
Je me demande s'il y a un saint à prier contre les boulets...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 21/02/2012 à 20:08 supprimer cette contribution
Citation:
Jésus de Nazareth était-il aussi pacifique qu'on a bien voulu le dire?

On nous présente traditionnellement Jésus comme un non-violent, un personnage dont l'action fut purement pédagogique et spirituelle. Un Bouddha, un Gandhi... Pourquoi pas? En tous cas si c'est pour le proposer ainsi comme un modèle pour l'humanité, on ne peut qu'approuver.

Mais le Jésus historique était-il aussi non-violent? De nos jours plus aucun historien sérieux ne remet en doute son existence, et les évangiles sont des sources historiques qui valent ce qu'elles valent, mais sur lesquels il est légitime de s'appuyer pour essayer de savoir ce que Jésus de Nazareth a dit ou fait. Dès le 1er siècle les chrétiens étaient bien conscients que les évangiles étaient des biographies orientées, et sûrement imprécises ou en partie romancées. C'est pourquoi, dans un réel souci d'honnêteté intellectuelle, ils ont fait le tri parmi les différents évangiles et surtout, sans en déclarer un authentique et les autres faux, ils en ont retenu 4, qui ne sont pas toujours d'accord entre eux, pour que le fidèle se fasse son opinion.

On peut les lire avec un esprit critique et tenter de voir ce qui a de grandes chances d'être historique, et ce qui est sans doute romancé. Par exemple le procès de Jésus devant Pilate : aucun compagnon de Jésus n'était présent dans le prétoire, et il y a peu de chances que ce qui s'y est dit ait été rendu public. Comment les évangélistes peuvent-ils le rapporter? Ce passage est donc suspect. En revanche, les modalités de la crucifixion sont beaucoup plus sûres : l'exécution fut publique, il y eut des milliers de témoins, si les évangiles racontaient là-dessus des bêtises il y aurait eu plus d'une voix pour les démentir et les adversaires antiques du christianisme l'auraient exploité, on le saurait.

Jésus a été condamné et exécuté non pour blasphème, mais bel et bien, officiellement, pour avoir prétendu à la royauté des Juifs. C'était écrit noir sur blanc sur l'écriteau affiché sur la croix. Était-ce si faux? Il y a plus d'un passage dans les évangiles qui semblent accréditer la thèse d'une action politique de Jésus. Par exemple son entrée réellement royale à Jérusalem, au milieu d'une manifestation populaire de ses partisans, le jour des Rameaux. Sa prétention à être le "messie" d'Israël, aussi : à l'époque, ce "messie" n'était pas censé être Yahweh fait homme, mais bel et bien un roi de droit divin. 100 ans plus tard, Simon Bar Kochba revendiquera à son tour la qualité de Messie, fera la guerre, et la perdra.

Jésus a-t-il pu penser à être un nouveau Judas Macchabée et à faire la guerre aux Romains pour restaurer le royaume d'Israël ? En principe c'est absurde, mais il y a dans les évangiles des paroles qui lui sont attribuées et qui pourraient jeter le doute. "Et il leur dit : mais maintenant que celui qui a une bourse la prenne, et de même celui qui a un sac; et que celui qui n'a point d'épée vende sa robe, et achète une épée. (...) Ils dirent : Seigneur, voici deux épées. Et il leur dit : Cela suffit." (Luc 22:36-38).

Ou encore "Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée." (Mathieu 10:34)

Et puis il y a ce fameux passage de l'arrestation de Jésus au jardin des Oliviers. Saint Pierre tente de le protéger, tire son épée, blesse un des gardes, et Jésus lui ordonne alors de remettre son épée au fourreau avec des paroles magnifiques, disant une fois pour toutes que la violence ne bâtirait jamais rien de durable. C'est un beau passage. Mais... que faisait Saint Pierre avec une arme sur lui? Il y a peu de chances que Jésus l'ait ignoré, une épée ce n'est pas un mini-revolver extra-plat. Jésus avait donc ses gardes du corps, et des gardes armés? Voilà qui n'aurait rien d'étonnant... Mais c'est moins chrétien qu'une papamobile aux vitres blindées...

Que le message du Jésus chrétien, tel que les écritures chrétiennes l'ont construit, soit un message de non-violence, c'est évident. Pendant 3 siècles les chrétiens se laisseront persécuter sans tenter d'user de violence même pour leur défense, c'est un fait établi. Mais le Jésus historique n'était pas chrétien, lui, il ne faudrait pas l'oublier...

Détails supplémentaires


@Hubert C
Le coran n'est pas une source de valeur sur Jésus lui-même, c'est un apocryphe bien trop tardif. En revanche le coran peut nous renseigner sur les hérésies chrétiennes qui avaient cours au VIIe et VIIIe siècle dans les oasis et les tribus d'Arabie. On a depuis longtemps fait le rapprochement entre ce que le coran dit de Jésus et les nestorianisme, par exemple.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 21/02/2012 à 20:11 supprimer cette contribution
Citation:
Pourquoi a-t-on falsifié le "Notre Père"?

Pour les chrétiens la prière intitulée "Notre Père" est d'une grande importance : son texte aurait été composé par Jésus en personne. Cette prière comprend la formule suivante : "Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés..."

La formule est jolie, en particulier parce qu'elle suggère que ces nous, les humains, qui sommes censés faire le premier pas et montrer l'exemple à Dieu. Eh oui : en demandant à Dieu de nous pardonner, on lui signale (respectueusement) que nous on le fait déjà, et qu'il devrait nous imiter. Mais le problème... c'est que c'est pas exactement le texte original.

Le texte original, en grec, c'est :
καὶ ἄφες ἡμῖν τὰ ὀφελήματα ἡμῶν,
ὡς καὶ ἡμεῖς ἀφίεμεν τοῖς ὀφειλέταις ἡμῶν

traduit en latin, et avec exactitude, par saint Jérôme en :
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris

ce qui signifie précisément :
" et remets-nous nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs "

Alors...? Vous croyez que l’Église Orthodoxe, où on comprend encore le grec, à pensé à le signaler ?

Détails supplémentaires

@Mimi Cosette
Le fond est le même ? Pas si sûr. "Remettre les dettes", aux Grecs, ça doit leur parler il me semble.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 21/02/2012 à 20:13 supprimer cette contribution
Citation:
Pour ou contre la pub dans les églises et les mosquées?

C'est la crise et les religions sont affectées, tout comme les industries et les services publics. Les chrétiens ont du mal à trouver de quoi payer les charges des églises (sans parler d'en construire de nouvelles), les musulmans sont incapables de construire des mosquées faute d'argent, et même de payer les loyers pourtant symboliques pour les casernes et entrepôts désaffectés mis à leur disposition. On a beau faire de la pub pour inciter les croyants à payer de "denier de l’Église" ou celui de la mosquée, l'argent ne rentre pas. Certains diocèses aux USA sont ruinés par les amendes-record qu'ils ont été condamnés à payer pour des affaires de pédophilie.

Comment trouver de l'argent? Faire payer l'entrée aux fidèles pour assister à la messe du dimanche ou à la prière du vendredi ? Mauvaise idée, ça ne ferait que vider davantage les lieux de culte. Non, il faut que les religions vivent avec leur temps : comme tous les services gratuits, les cultes ont la ressource du financement par le sponsoring et la publicité.

On pourrait prévoir des affichages relativement discrets dans les mosquées, les églises. Bien sûr pas question de mettre des affiches avec des filles à poil, il doit y avoir moyen de rester dignes. Des imams dirigeront la prière revêtus d'une kamis siglée "fly Emirates" ou, avant la récitation d'une sourate, préciseront "Bismillah ar-rahman ar-rahim, avec Gilette, la perfection au masculin..." Les curés peuvent en faire autant et couvrir de logos leurs ornements sacerdotaux comme des combinaisons de pilotes de formule 1, insérer des messages publicitaires entre la lecture de l’Épître et celle de l’Évangile, faire sponsoriser les églises comme les bateaux de la Transat ou de la Route du Rhum : église Saint-Pierre - Fleury Michon, Saint Antoine - Société Générale.

Ça fera tout drôle au début, mais les fidèles s'y habitueront. Il faut vivre avec son temps. Qu'en pensez-vous?

Détails supplémentaires

@Arinna
Je parle des pays laïcs, où il n'est pas question de financer les religions avec l'argent public, et où les fonds d'origine saoudienne sont considérés comme de l'argent sale par mesure de réciprocité puisqu'ils interdisent chez eux la pratique des cultes autres que musulmans.

@les sages de f-ion
Non j'ai pas oublié les synagogues.
1470591 Publié le 24/02/2012 à 13:22 supprimer cette contribution
Citation:
Connaissez-vous un seul propagandiste de l'islam qui ne soit pas un parfait crétin ?


Oui, bien sûr.

Tarik Ramadan (il faut avoir assisté à une de ses conférences pour se rendre compte que c'est loin d'être un idiot). Je suppose que Ben Laden n'était pas non plus totalement stupide.

Raison pour laquelle ces gens sont plus dangereux que les crétins qu'ils manipulent.

bogla.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 24/02/2012 à 13:31 supprimer cette contribution
Citation:
Tarik Ramadan (il faut avoir assisté à une de ses conférences pour se rendre compte que c'est loin d'être un idiot).
Ah bon ? Pourtant quand Sarko l'interrogeait sur la lapidation, on n'en aurait pas exactement juré. Ne confondons pas quelqu'un qui maîtrise un discours appris par coeur d'une part, et quelqu'un d'intelligent d'autre part. L'intelligence se manifeste par l'aptitude à envisager un problème par plusieurs aspects différents.

Tarik a la fixité de regard d'un zorglhomme et une absence d'humour tout helvétique : deux indices ne témoignant pas spécialement de vivacité d'esprit. Ha Ca échappe au moins à l'un des deux (je ne le connais pas personnellement).

Ce n'est pas pour rien que Thomas d'Aquin craignait l'homme d'un seul livre.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 24/02/2012 à 13:50 supprimer cette contribution
Tiens (et encore, les passages où il était le plus embarrassé ont été tronqués; le commentaire de Sarko : "Eh bien dites donc, il: faut du temps pour tirer de vous une réponse claire" aussi),

http://www.youtube.com/watch?v=4EHUnGq6FB8

mais tu as une vidéo plus complète pas très loin :

http://www.google.fr/search?rlz=1C1TEUA_enFR464FR464&aq=f&sourceid=chrome&ie=UTF-8&q=tarik+ramadan+sarkozy

N'empêche, se dire islamiste et réclamer au nom des droits de l'homme (en osant prétendre en plus que "ce n'est pas un double discours"), voilà un assez beau foutage de gueule; cependant il n'est pas établi qu'il soit dû à autre chose qu'à l'inconscience du locuteur.
1470591 Publié le 24/02/2012 à 21:48 supprimer cette contribution
Eh bien, disons que pour l'avoir vu à l'oeuvre de près, je n'ai pas partagé cette impression de stupidité, loin de là.

Il m'a fait froid dans le dos par son talent de manipulateur, en fait.

bogla.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 24/02/2012 à 21:59 supprimer cette contribution

Un bon manipulateur suscite l'enthousiasme (c'est là qu'Hitler était dangereux).

Tarik Ramadan (qui aurait pu tout de même avoir le bon goût de se nommer Maurice Carême) arriverait-il avec ses yeux vitreux à susciter l'enthousiasme de ceux qui ne sont pas déjà convaincus ? A mon avis, non.

En revanche, méfiance sur un éventuel Jésus pouvant succéder à ce Jean-Baptiste.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 14/03/2012 à 20:01 supprimer cette contribution
Citation:
La colonisation a été un moment de l'histoire, aujourd'hui révolu en partie. En principe on n'a jamais colonisé un pays pour rendre service à "l'indigène", on l'a fait pour permettre à des colons d'aller s'y installer.

Certaines colonisations ont bien marché : l'Amérique du Nord et du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Sibérie et l'Extrême-Orient russe, des coins comme ça. Le secret d'une colonisation réussie, c'est d'exterminer l'indigène, de le réduire à de minuscules communautés attardées qui n'ont plus qu'un rôle folklorique ou qui s'adaptent et se fondent dans le peuple colonisateur.

Au Maghreb et en Afrique on se demande ce qu'ont vraiment voulu les colonisateurs français. Au lieu de faire comme les Etatsuniens et de chasser les indigènes pour les faire disparaître petit à petit, ils ont tenté la coexistence, en respectant la civilisation locale. Malgré l'installation de "pieds-noirs" ce n'était pas vraiment de la colonisation, plutôt de l'occupation.

Faut dire que nous, les Français, on est d'indécrottables idéalistes. On s'imaginait "apporter la civilisation" aux populations sauvages ou attardées. Est-ce qu'il apportait la civilisation aux Indiens, le général Custer?

Aujourd'hui la dernière semi-colonie de ce type c'est Israël. Et 60 ans après l'indépendance du pays, il n'est toujours pas assuré de sa pérennité comme État juif occidental au milieu des Arabes. Les Israéliens sont face à un choix simple : ou ils continuent à laisser les Arabes se reproduire au milieu d'eux, au risque de les voir devenir un jour majoritaires comme les noirs en Afrique du sud, ou ils virent manu militari tous les Arabes, en Jordanie par exemple. Oui c'est sûr ça va gueuler. Mais s'ils ne le font pas, Israël n'a aucun avenir à terme...

PS : le cynisme est inclus dans cette réponse. Je dis les choses telles qu'elles sont, non telles que j'aimerais qu'elles soient.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:50 supprimer cette contribution
Citation:
Combien de temps la science mettra-t-elle à se débarrasser des préjugés bibliques?

Quand Darwin a commencé à comprendre comment se diversifiaient les espèces vivantes, et a élaboré sa théorie de l'Evolution, on croyait rompre avec le mythe biblique. Mais en réalité on restait en plein dedans : on se contentait de remplacer un mythe biblique par un autre. Oublié, le coup de l'homme sorti tout armé d'un tas de terre glaise : l'Homme descendait désormais "du singe" comme les Hébreux descendaient de Jacob. Une belle généalogie linéaire. Finalement, il suffisait de remplacer "Adam et Eve" par un couple de singes qui, un jour, seraient descendus de l'arbre pour commencer à marcher dans les hautes herbes et pouf ! On continue à resservir les mythes bibliques, en croyant avoir un esprit scientifique rationnel.

C'était pareil pour le Big Bang. La majorité croit que ce Big Bang représente le début de l'Univers, exactement comme le "Fiat Lux" de la bible. Qu'avant il n'y avait rien, et qu'après il y eut quelque chose. Mais c'était oublier la grande découverte de Lavoisier : "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme". Rien ne se crée : l'idée même de création est une pure légende biblique. Au moment du Big Bang l'Univers existait déjà tout entier, la seule différence avec aujourd'hui c'est qu'il était infiniment chaud et qu'il tenait dans un espace infiniment petit. C'était des lois de la physique différentes des lois actuelles qui avaient cours. En s'étendant et en se refroidissant, l'énergie se changeant en matière, l'univers n'a pas été créé, il s'est juste transformé. Et si ça se trouve c'était pas la première fois que ça lui arrivait...

Et pour l'Homme? On croyait qu'il y avait eu je ne sais quel singe, puis un ancêtre mi-homme - mi-singe, puis l'Homme moderne. On restait dans le schéma Adam - Noé - ses trois fils engendrant toutes les races de la Terre. Et voilà qu'on découvre que c'est bien plus complexe que cela. Que l'Homme n'est pas une espèce mais un "genre", c'est à dire qu'il y a eu plusieurs espèces d'hommes. Des espèces qui sont toutes des hommes, mais qui sont aussi différentes entre elles que les éléphants d'Afrique sont différents des éléphants d'Asie.

Homo Sapiens Sapiens, notre espèce, n'est pas la seule espèce à mériter le nom "Homme" Il y a eu l'Homme de Néanderthal, une espèce européenne. L'Homme de Florès, une espèce naine du sud-est de l'Asie. L'Homme de Denissov, une espèce sibérienne, encore mal connue. Et voilà qu'on vient de découvrir "l'Homme du cerf rouge", une autre espèce d'homme, chinoise celle-là.

Il y a 30 000 ans (c'est rien à l'échelle de l'histoire de l'Humanité) il y avait donc au moins 5 espèces d'hommes différentes. Et elles ont été victimes des extinctions massives d'espèces, comme les mammouths, les tigres à dents de sabre, les ours des cavernes... L'espèce Néanderthal s'est éteinte en Europe, puis l'espèce Denissov, puis l'espèce Florès, puis l'espèce du "cerf rouge" il y a à peine plus de 5000 ans.

Ya plus que nous. Et c'est pas parce qu'on pullule par milliards qu'on n'est pas menacés : suffirait d'une bonne épidémie, ou d'un phénomène d'infécondité sur 1000, 2000, 3000 ans... c'est rien ! pour que nous allions rejoindre les tyrannosaures et les mammouths au rayon des espèces disparues. C'est même le plus probable.

Comment les religions considèrent-elles cette perspective : une terre dont l'homme aura entièrement disparu, mais qui continuera pendant des centaines de millions d'années encore à vivre, avec de nouveaux animaux, descendant des rats, des poissons, des calmars, des mouches?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:51 supprimer cette contribution
Citation:
Pourquoi était-ce bien de détruire des statues qui n'étaient que des pierres ou des morceaux de bois...?

... et mal de brûler des bibles ou des corans qui ne sont que des feuilles de papier?

Les gens qui nous font un caca nerveux quand on brûle des corans y ont-ils songé ? Le prophète Mahomet lui-même a pourtant montré l'exemple, en détruisant à la Mecque les statues qui ne correspondaient pas à sa religion. Si Mahomet l'a fait, on a le droit de l'imiter, il me semble... Non ?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:52 supprimer cette contribution
Citation:
Si l'Algérie était restée française, la France aujourd'hui serait peuplée de 33% de musulmans?

Dans les derniers temps de l'Algérie française, il était entendu que dans son ensemble la population des 15 départements d'Algérie avait vocation à devenir des "Français à part entière". A terme les deux départements sahariens devaient suivre. Ça aurait fait une France s'étendant de Dunkerque à Tamanrasset, avec un peu de Méditerranée au milieu.

En 2012 cela aurait donné un pays de 102 millions d'habitants, dont 37 millions dans les 17 départements du sud. Sans doute davantage puisque les juifs seraient restés pour la plupart, ils n'auraient eu aucune raison d'émigrer pour la France ou pour Israël en 1962.

Comme pour des raisons historiques les 65 millions du nord sont en majorité catholiques, et les 37 millions du sud musulmans sunnites, je vous laisse imaginer où nous en serions... Une France peuplée de 33% de musulmans !

VIVE LE FLN ! Grâce à leur révolte, on l'a échappé belle...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:54 supprimer cette contribution
[quote]Pire que le conflit israélo-arabe, la guerre de 1400 ans entre chiites et sunnites?

Les Français et les Anglais ne s'aiment pas beaucoup, c'est sûr, mais enfin on ne se fait plus la guerre depuis 1815. Oui, bon d'accord, ya eu Fachoda... Ya eu Mers el-Kébir aussi, les Anglais n'ont pas pu résister à l'envie de bombarder la flotte française qui ne se méfiait pas, les croyant des amis. Les Français se sont offert une basse vengeance pendant la guerre des Malouines, en fournissant quelques exocet aux Argentins... Bon mais dans l'ensemble on a fait la paix.

Avec les Allemands c'est pareil. 3 guerres en 75 ans (une seule vie d'homme !) dont deux mondiales, mais c'est oublié, c'est nos meilleurs potes!

Mais les musulmans sunnites contre les musulmans chiites, pardon ! Ça c'est de la haine inexpiable ! Ça dure depuis la bataille de Kerbala en 680. On pourrait penser que c'est des vieilles histoires mais non : il ne se passe pas de jours sans qu'on apprenne qu'un groupe salafiste a envoyé un gogol se faire exploser au milieu d'un marché chiite en Irak, ou au milieu d'une mosquée chiite au Pakistan, de préférence à l'heure de ce qui leur tient lieu de messe pour que ça fasse un maximum de viande hachée hallal.

Et maintenant ils font ça chez nous ! En Belgique le mec qui a fichu le feu à une mosquée et tué l'imam, c'était un salafiste, et il l'a fait parce que c'était une mosquée chiite ! Tout ça soi-disant pour venger les morts de la guerre civile en Syrie... Non mais franchement c'est pas du raisonnement de salafiste, ça?

De toutes les religions inventées depuis les australopithèques, quelle est celle qui rend le plus con, à votre avis?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:54 supprimer cette contribution
Citation:
Quand des tribus contestaient son régime, Mahomet réagissait-il comme Bachar el Assad ou comme Ben Ali?

Selon les traditions musulmanes sur la vie et les actes du Prophète, comment réagissait-il quand des opposants osaient contester son régime et sa personne, ou quand des tribus jusque-là soumises décidaient de se rebeller?

Faisait-il comme Ben Ali et partait-il chercher l'asile politique à Byzance, ou faisait-il comme Assad (père ou fils) et utilisait-il la manière forte pour rétablir son autorité et faire taire les voix dissidentes?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 18/03/2012 à 23:58 supprimer cette contribution
Citation:
Opposer le "monothéisme" au "polythéisme" est-il pertinent ou ne vient-il que d'un malentendu?

Les "païens" d'autrefois sont censés avoir été "polythéistes", c'est à dire croire en plusieurs dieux. Mais si on regarde de près leurs croyances on se rend compte que ces divers "dieux" ne représentent que des formes de divinité inférieures, qui ont certes autorité sur les hommes mais qui ne sont pas toutes-puissantes, car soumises elles-mêmes à un chef des dieux, Zeus, lui-même soumis à une forme supérieure de divinité, impensable, inreprésentable, qu'on appelait faute de mieux le "destin".

Dans l'Iliade d'Homère, lors du duel au sommet Achille - Hector, les dieux prennent parti. Certains sont pour l'Achéen Achille, d'autres pour le Troyen Hector. Tous se tournent vers leur chef, Zeus, qui leur explique un peu gêné qu'il aimerait bien faire gagner Hector mais qu'il n'y peut rien, car son "destin", plus fort que la volonté de Zeus, est d'être tué dans ce combat.

d'autres penseurs païens l'ont dit plus clairement encore. Apulée de Madaure (Mdaourouch) a écrit des vers sur Isis, dans lesquels la déesse explique qu'elle est la déesse secourable, pleine d'amour pour les hommes, et que c'est elle qu'on adore dans le monde entier sous une infinité de noms différents et d'images différentes. Certains autres refusaient de parler de tel ou telle dieu ou déesse, mais disaient simplement "la Divinité" sans la nommer.

Et les monothéistes? Avec leur dieu unique ils n'arrivent pas à s'en sortir, à le penser. Alors tout en persistant à proclamer son unicité pour qu'on les prenne pas pour des païens polythéistes ils en font un dieu trinitaire, lui ajoutent une sainte Vierge, des anges, des diables, des saints ou des prophètes, Satan, Iblis, etc : tout un tas d'êtres qui vivent éternellement dans le monde divin ou dont la parole est censée avoir autorité divine, qui ont pouvoir sur les humains, qu'on peut parfois prier, vénérer, invoquer, mais qui, comme les dieux de l'Olympe, ne sont que des formes inférieures de divinité soumises à plus grand qu'eux, la "Divinité" impensable...

"Polythéistes" et "monothéistes" sont-ils au fond si différents?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:00 supprimer cette contribution
Citation:
Les religions ont échoué. Le foot est-il la dernière solution pour faire régner la paix sur la Terre?

On aurait pu penser que les religions à prétention universelle allaient enfin faire prendre conscience aux humains qu'ils sont tous frères. Fatale erreur : telles des pompiers pyromanes, ces religions ont suscité à leur tour des guerres et des massacres auxquels on n'aurait jamais pensé avant.

Rien à faire, la testostérone étant ce qu'elle est, il est dans la nature de l'être humain, qui n'est jamais qu'un grand primate, de bomber le torse, de tambouriner sur sa poitrine, et de se péter la gueule avec le mâle concurrent. Le seul progrès par rapport au gorille c'est que l'homme est capable de transférer son orgueil de mâle au niveau du groupe, et d'inventer le communautarisme pour faire cause commune avec ses potes et casser la gueule au groupe rival.

Alors si un dieu unique est impuissant à nous empêcher de nous entretuer, qui y réussira? Le foot. Les Gaulois se faisaient tout le temps la guerre entre tribus rivales, Ambiens contre Atrébates, Redones contre Rèmes par exemple. Aujourd'hui ça donne des matches de championnat Amiens - Arras, ou Rennes - Reims. Plus tard on a transféré son identité au niveau des grands états féodaux, et on se massacrait entre Français et Bourguignons. Aujourd'hui ce n'est plus qu'un inoffensif PSG - Auxerre. Et puis on est passé à l'échelon supérieur, et ça a été d'innombrables guerres entre la France et l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie, etc. Aujourd'hui on a fini par faire la paix, et pour nous défouler (parce que quand même les Schpounz et les Rosbifs méritent toujours une leçon n'est-ce pas?) il nous reste les matches amicaux ou la coupe d'Europe. 2-1 qu'on leur a mis, aux schleuhs, avant-hier! c'est pas la Marne ni Verdun, mais c'est plus civilisé.

Alors qu'est-ce qu'on attend pour s'expliquer entre juifs, hindous, catholiques, protestants, chiites et sunnites sur un stade de foot? On a déjà les hooligans, là ya pas de problème, il reste plus qu'à trouver des entraîneurs et former des équipes. Toutes les religions sont déjà d'accord sur les règles ! Même les partisans de la charia admettent qu'un but marqué en position de hors-jeu ne compte pas, que s'il y a main il y a penalty, et que Monsieur l'Arbitre a le dernier mot. Et là on pourra se défouler. Le foot c'est quand même plus civilisé que la guerre sainte, non?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:02 supprimer cette contribution
Citation:
La pédophilie, c'est juste une question de pouvoir?

On parle beaucoup des curés pédophiles, mais ça incite à oublier que les prêtres n'ont pas le monopole de la pédophilie. C'est une dérive criminelle qui concerne tous les adultes ayant autorité sur des enfants.

Depuis l'antiquité, parler des tendances pédophiles des maîtres d'école est un lieu commun. au point que les Grecs et les romains envoyaient leur gosse à l'école avec un garde du corps, un esclave appelé "pédagogue". Ce n'était pas un enseignant mais un simple répétiteur à l'occasion, il était surtout là pour accompagner le gamin dans la rue, et restait à garder un œil sur lui pendant les leçons, desfois que le prof...

Plus tard ce sont les curés qui ont fait la classe. C'est là que ça a commencé. Voir la réputation des Jésuites... L'école laïque n'est pas en reste : Jules Ferry a tenu à ce que les instituteurs soient mariés à des institutrices et fonctionnent en couple, Madame faisant la classe aux filles et Monsieur aux garçons dans la même école, et Madame gardant ainsi un œil sur son mec... Voilà qui garantissait aux yeux de l'opinion la moralité des hussards noirs de la République.

Fini le temps où on pouvait s'acheter de jeunes esclaves au marché, dont on pouvait faire ce qu'on voulait. Avouez que c'était le bon temps. Imaginez que vous ayez le droit de vous offrir au marché une petite lolita à ramener chez vous pour faire le ménage, et qu'elle vous soit soumise corps et âme, avec la bénédiction de la société, de la religion... Ça fait rêver, non?

Aujourd'hui plus d'esclaves, mais il y a toujours des rapports d'autorité. Autant de tentations. Pour ceux qui ont la chance d'être des patrons, il y a les petites jeunes qui viennent d'entrer dans la boîte et qui sont prêtes à tout pour une promotion, fût-elle canapé. Idem pour ceux qui ont la chance d'être profs de fac. Et il y a les profs de lycée, de collège, les instits, les pions... En Afrique c'est très courant dans l'enseignement secondaire, les filles appellent ça une MST ou "Moyenne Sexuellement Transmissible". J'adore l'esprit africain.

Alors les curés sont des adultes ayant autorité comme les autres... On leur confie un peu légèrement pour une retraite, un camp scout, ou même pour l'enseignement en internat, les enfants en croyant que, parce qu'ils sont curés (ou rabbins, ou imams) ils sont au-dessus de tout péché. Perdu... Les enfants sont beaux, innocents, naïfs, inoffensifs, soumis... C'est trop tentant.

Ce n'est ni la religion ni le célibat qui sont en cause, c'est juste l'autorité et le pouvoir qui sont de puissants aphrodisiaques, capables de rendre leur vigueur à des messieurs plus de la toute première fraîcheur. Enfin c'est ce qui me semble...

Et le pire, là où ça devient sordide, c'est pour ceux qui ne sont ni patrons, ni profs, ni prêtres... Sur qui ont-ils autorité? Sur leurs propres gosses...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:04 supprimer cette contribution
Citation:
Devant la déchristiano/judaï/sislamisati… est-ce au prof athée de faire l'éducation religieuse des enfants?

En France la laïcité est tellement entrée dans les esprits qu'elle permet à la société de rester unie malgré la présence en France de la plus grosse communauté juive et de la plus grosse communauté arabe d'Europe (sans compter les Turcs et les Africains). L'identité religieuse ne concerne qu'une infime minorité de personnes (certes volontiers braillardes à l'occasion, pour faire oublier leur petit nombre). La religion y est absente du débat politique, sauf à la marge chez quelques extrémistes.

Mais ça a un effet pervers : la perte de la culture religieuse. Prenons un collège (public, laïc) d'une petite ville au centre de notre "doulce France" (le terme est pas de moi, il est de Turold dans "la Chanson de Roland" v.1052). Le prof explique un passage d'un texte où il est fait allusion à Abraham. L'auteur du texte, au XIXe s., se contentait d'une simple allusion, tenant pour évident que tous ses lecteurs sans exception voient immédiatement de qui il s'agit et à quoi on fait allusion. Mais au XXIe s it is another pair of sleeves...

Le prof demande à ses collégiens de rappeler l'histoire d'Abraham. Silence global. Regards d'incompréhension. Il y en a un qui propose timidement "un président américain". Perdu, c'est Abraham tout court, pas Lincoln. Un petit Mohamed, au fond de la classe, suggère prudemment "un prophète". Ah, on s'en approche! Notez que c'est pas le seul Mohamed de la classe, et que les autres le regardent bizarrement parce que, à eux non plus, ça dit rien.

Le prof, un libre-penseur qui trempe tous les matins un curé dans son café au petit dèj', profite de la situation pour interroger Mohamed, c'est pas si souvent qu'il a l'occasion de participer. Mais il est vite déçu : en dehors du fait que c'était "un prophète qui avait sacrifié son fils", Mohamed n'en savait pas beaucoup plus long. Et les autres, les Latifa, Cédric, Brandon ou Emilie, zéro. Tous connaissent ce nom, l'ont déjà entendu, mais personne ne peut dire de qui il s'agit.

Mais qu'est-ce que c'est que ce pays où les enfants ne savent plus qui était Abraham ?!!

Alors notre prof athée se met à faire le boulot qui aurait du être celui des curés, des dames catéchistes, des rabbins, des imams. Il leur explique l'histoire d'Abraham dans la bible et aussi dans le coran qui l'appelle Ibrahim. Il voit même au regard d'une petite beurette (elle pas au fond, au 1er rang) qu'elle semble découvrir qu'Ibrahim = Abraham.

Si finalement Dieu existe et que c'est bien le dieu de la bible (et pas l'éléphant rose à 4 bras), vous croyez qu'il accordera à ce prof athée les circonstances atténuantes pour avoir au moins coopéré?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:05 supprimer cette contribution
Citation:
Une religion doit-elle évoluer avec l'histoire, ou rester figée au risque de se fossiliser?

Dans le monde tout change. Les régimes politiques, déjà. On aurait l'air de quoi si on avait toujours des seigneurs féodaux, ou un monarque absolu, ou un empereur? Les sciences, aussi, les arts, la littérature, l'alimentation, la façon de s'habiller, de travailler, de vivre tout court. La justice, les lois, tout évolue avec le temps. En général on trouve que globalement, dans bien des domaines, cette évolution est bénéfique.

Ce n'est pas une raison pour mépriser le passé. Homère et Platon sont toujours géniaux, même s'il serait absurde pour un écrivain moderne d'écrire une épopée de 24 chants en hexamètres dactyliques. La cathédrale de Chartres, la Sainte Chapelle, la Tour Eiffel, le Chrysler Building sont toujours des chefs d’œuvre, même s'il n'est pas question de refaire aujourd'hui des cathédrales en pierre de taille avec des voûtes gothiques. Henri IV reste un grand roi dont la mémoire est aimée des Français, mais si on voulait rétablir son régime de monarchie absolue héréditaire, le peuple descendrait dans la rue.

Mais les religions dans tout ça? On a l'impression qu'elles refusent absolument d'évoluer. Les monastères sont souvent des îlots hors du temps où on porte les mêmes habits qu'au Moyen-Age et où on vit selon un règlement écrit au Xe siècle. Il y en a même qui veulent dire la messe en latin comme au temps de Constantin et de Théodose. Les juifs ultra-orthodoxes s'habillent comme des Polonais du XVIe siècle, les Amish comme des Hollandais du XVIIe siècle, les salafistes comme des arabes du VIIe siècle, les Sadhus comme des australopithèques.

Cela vous paraît-il évident? Pourtant, quand les religions actuelles ont été fondées, elles étaient de leur temps. Jésus et Saint Paul n'ont jamais demandé aux gens de s'habiller et de vivre autrement que la mode de leur époque, Mahomet et ses successeurs tout pareil. Au contraire, leur idée, c'était de faire évoluer les choses, de rompre avec la pesanteur des traditions...

Pourquoi les religions, qui ont toutes été fondées pour moderniser la spiritualité, ont-elles engendré un tel immobilisme?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:08 supprimer cette contribution
Citation:
Au fond, est-ce que c'est vraiment gênant pour l'islam que le Mahomet historique ait été chrétien?

Mahomet est pour les historiens un peu comme Jésus : il ne nous est connu que par des textes tardifs, bien postérieurs à sa mort, et écrits par ses adorateurs dans un but d'édification. Soyons sérieux : les histoires de "coran incréé", "préservé", "descendu" et tout ça, c'est de la simple croyance superstitieuse, de la mythologie, comme le coup de la lune fendue ou du cheval volant à tête de femme. Admettre ça n'empêche nullement de croire en Dieu et de lire le coran pour en recevoir l'esprit au-delà de la lettre. Les chrétiens le font bien avec leur bible : pourquoi pas les musulmans avec leur coran?

Le coran a une histoire, il n'a pas toujours été tel que nous le voyons aujourd'hui, et dans son état actuel il remonte au VIIIe-IXe siècle. D'ailleurs plein de traditions musulmanes (comme celle de l'édition d'Othman) ou de sources non-musulmanes (comme le livre "sur les hérésies" de saint Jean de Damas) attestent l'existence au VIIe et VIIIe siècle de corans différents de l'actuel.

Que les sourates du coran remontent à des poèmes composés par Mahomet, c'est aussi une évidence, même si leur mise en forme littéraire actuelle n'est sans doute pas à 100% du Mahomet, puisqu'il a été à l'origine transmis oralement, et qu'on sait bien que la mémorisation et la tradition orale ne valent pas la tradition écrite. Et que dire des hadiths, qui ne remontent pas au-delà du IXe siècle? C'est comme ça pour beaucoup d'auteurs anciens, c'est comme ça pour Jésus dont les évangiles rapportent les paroles avec des variantes substantielles d'un évangile à l'autre.

Mais quand on lit le coran, on voit bien en quoi croyait Mahomet. Il croyait en la bible, mais comme il ne pouvait pas la lire dans le texte il ne la connaissait qu'indirectement, par des anecdotes racontées, des morceaux choisis, ou des paraphrases qui viennent peut-être de lectionnaires chrétiens en syriaque (c'est la thèse de Luxenberg, jugée parfaitement sérieuse par les historiens et les islamologues).

Il croyait aussi en Jésus, même si pour les mêmes raisons il n'avait de lui qu'une connaissance indirecte, par des prêches de moines, des lectionnaires, peut-être aussi des icônes. Après tout le miracle de "la table servie", tel que le coran le raconte, ne correspond à rien qui se trouve dans les évangiles, même apocryphes, mais semble bien élaboré d'après les icônes représentant la Cène...

Bref un type du VIIe siècle, dans une société globalement païenne, qui affirme croire en la bible et en Jésus, qui reprend la doctrine de la nouvelle alliance selon laquelle les Juifs ne sont plus le peuple élu, qui reprend les dogmes du paradis et de l'enfer, qui reprend les règles monastiques des 5 prières par jour, vous l'appelleriez comment? C'était un chrétien, ya pas à pinailler. Il n'était pas d'accord avec le dogme melkite (l'orthodoxie), mais il n'était pas le seul : de son temps les ariens, les monophysites, les nestoriens étaient eux aussi en désaccord, et on les appelle bien des chrétiens quand même.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 19/03/2012 à 00:14 supprimer cette contribution
Citation:
Pensez-vous qu'un jour on fera (en Iran par exemple) un vrai bon film sur Mahomet?

Je sais bien que les wahhabites saoudiens (et ceux à qui ils ont fait croire que c'est eux les seuls musulmans) hurlent à la mort si on représente leur prophète chéri. Alors pas question de le dessiner, de le peindre, de faire des films sur lui, ou alors toujours filmé de dos pour qu'on voie jamais son visage. Une fois on a tenté de faire un film sur Mahomet selon les critères saoudiens, ça a donné "le message", un péplum raté, fade, ennuyeux à mourir.

Pourtant Mahomet c'est un sacré sujet. Y a des personnages hauts en couleur (Khadija la cougar, Omar le gros bon vivant, Bilal le black avec sa belle voix de gospel, Aïcha la petite lolita, etc.). Et puis Mahomet lui-même, c'est pas rien : le jeune gigolo ambitieux qui devient gourou, puis roi conquérant. Il y a de l'émotion, de l'éloquence, de la poésie quand il déclame ses sourates, de l'action avec toutes ses batailles, du sexe avec toutes ses épouses et autres captives. Et puis inutile d'en rajouter en inventant : il y a assez de hadiths pour fournir des épisodes authentiques à tout le scénario.

Rien que la scène où Aïcha fait une fugue, le laisse dans l'angoisse, puis finit par revenir ramenée par un jeune homme... Et lui qui sait pas ce qu'il doit faire, ses compagnons commencent à le charrier, et finalement il les fait tous taire d'une sourate définitive, et ne dit rien à Aïcha... Elle est revenue, ya que ça qui compte. C'est beau comme du Pagnol, c'est "la femme du boulanger".

Bref ya un vrai sujet, là. Jamais Hollywood ni même un pays européen n'aura les c*** de réaliser un tel film, de peur que tous les terroristes ne se déchaînent, mollement désavoués par les "musulmans modérés" de service ou les faux-culs à la Ramadan. Mais les Iraniens pourraient le réaliser.

En Iran ils ont un vrai cinéma, des réalisateurs top niveau. C'est quand même un film iranien qui a eu cette année le César du meilleur film étranger et l'Oscar dans la foulée. Et en Iran il n'y a aucun problème pour représenter Mahomet ! Et les wahhabites, les salafistes, ils savent les dresser, eux.

Vous pensez que le cinéma iranien va finir par produire un bon film sur Mahomet? Avec un casting international ?

Détails supplémentaires

Simkill
Pourquoi cette question ? Parce que j'aime le cinéma et que les biopics sont à la mode en ce moment : Howard Hugues "Aviator", Serge Gainsbourg, Margaret Thatcher, Claude François, Nicolas sarkozy (avec "la conquête"), Edith Piaf "la Môme", Jeanne d'Arc, Jésus bien sûr, etc... Alors pourquoi pas Mahomet? Il y en a bien eu un dans les années 70, "le message" de Mustafa Akkad, mais c'était une bouse, à oublier. Mahomet mérite un vrai film.

Fichtre
Mais je l'ai vu, ton "message". Et c'est mauvais. Les décors et les costumes sont sans imagination, les batailles c'est n'importe quoi (pas une goutte de sang, pas de duels haletants, aucune émotion). Le personnage de Mahomet est filmé de dos, et les gens ont l'air de réagir comme si c'était une apparition divine. Pourtant c'était un homme, il paraît, pas Dieu. Psychologie zéro, le Momo il a l'air de traverser le film comme si le monde ne le concernait pas. Pas crédible une seconde. Et pour les femmes, pareil... Pourtant, la nuit de noces entre un mari de 50 ans et une gamine de 9 ans, ça aurait de la gueule... Bien sûr en restant parfaitement décent, suffit de suggérer. Non, vraiment, malgré le fric investi, Maurice Jarre et Anthony Quinn, "le message" n'était qu'un pitoyable navet insipide pour public bas de gamme. Je veux un vrai film.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 20/03/2012 à 21:59 supprimer cette contribution
Citation:
Si en France les christianistes gagnaient les élections?

Si les chrétiens pensaient comme les musulmans et considéraient l’Évangile comme ordre divin à appliquer littéralement, ça serait pas triste.

La dernière fois que les christianistes ont constitué la majorité au parlement, ça a donné la loi Peyronnet de 1825 sur le sacrilège : le sacrilège public était puni de la peine de mort, après amende honorable. Les débats à la chambre furent vifs : le projet initial prévoyant de faire une distinction entre le vol d'un ciboire vide et le vol d'un ciboire contenant des hosties consacrées : dans ce cas on coupait la main au voleur avant la décapitation. Inacceptable pour la minorité protestante, qui ne croit pas à la transsubstantiation. L'amendement huguenot fut voté : ce fut peine de mort simple dans tous les cas.

Allez, on imagine que les Français fassent comme les Arabes : manifestations monstres au nom du Christ et de Notre-Dame patronne de la France, chute de la Gueuse laïque et obligatoire, raz-de-marée christianiste aux élections. Mais ça ne se limitera pas à coller des crucifix partout à la place du buste de Marianne. Non : la Bible est notre constitution, l’Évangile notre Code Civil !

Plus question de mater les filles dans la rue quand le printemps fait raccourcir les jupes : "Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère. 28 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son coeur. 29 Si ton oeil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi." (Matthieu 5.27-29). On éborgnera les mateurs.

Plus question de faire des trucs pô propes dans les toilettes des collèges : "Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi." (Matthieu 5.30).

Les lois évangéliques s'appliqueront à tous, bien sûr, pas seulement aux chrétiens. Pas question pour les musulmans de prier dans la rue et quoi encore : "Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. 6 Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret."(Matthieu 6.5-6). Cultes non-chrétiens uniquement tolérés dans les domiciles privés, comme en Arabie !

Idem pour le Ramadan : les musulmans devront être discrets : "Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. 17 Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; 18 ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret."(id. 16-17)

Les revendications salariales, sociales, seront interdites, en vertu des versets "Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?" (id. 25) et "ne dites pas : 'Qu'allons-nous manger ?' ou bien : 'Qu'allons-nous boire ?' ou encore : 'Avec quoi nous habiller ?' 32 Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin." (id. 31-32).

Et plus besoin de police ! "si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. 40 Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau." (id. 5.39-40)
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 24/03/2012 à 03:05 supprimer cette contribution
Citation:
Votre religion encourage-t-elle l'apocatastase?

Voilà. J'avais posé une question, un peu provoc' mais bon je suis pas le seul, hein? Et parmi les réponses, voilà l'ami Pharisien Libéré. Et dans sa réponse, cette phrase :

"D'autres religions que le judaïsme encouragent l'apocatastase."

Alors on va faire un test. Mais faut pas tricher, hein? Sans regarder sur Google, sans regarder sur Wikipedia, comme ça, de tête, vous me dites ce que cela vous inspire. Quelle est la position de votre religion vis-à-vis de l'apocatastase? L'encourage-t-elle? La condamne-t-elle? Quand au jour de votre mort vous paraîtrez devant le Juge Terrible et qu'il vous demandera : "Qu'as-tu fait de l'apocastastase ?" que lui répondrez-vous?


Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 25/03/2012 à 14:15 supprimer cette contribution
Citation:
Vous trouvez ça crédible, vous, que la religion cautionne, voire recommande, la violence?

La violence, c'est l'exact contraire de la justice, du droit. On ne recourt à la violence que quand on n'a pas le droit pour soi, quand on n'a pas réussi à s'entendre avec autrui, quand on n'a pas réussi à convaincre. Louis XIV faisait, je crois, écrire sur ses canons la devise "Ultima Ratio Regum" : "Dernier Argument des Rois".

C'est une devise d'une grande sagesse. Le canon, c'est un "dernier argument", ce qui suppose qu'avant d'en faire usage on a tout essayé par la discussion, la diplomatie, l'appel à la raison, la flatterie, la corruption s'il le faut, la dissuasion... La force ne doit être employée qu'en dernier lieu.

Et puis il y a ce "Regum" : "des rois". Seuls les rois ont le droit de décider de faire usage de la force : ni les nobles (les duels sont interdits), ni les simples sujets... ni Dieu ! C'est une évidence : quand on fait la guerre on n'est jamais sûr de gagner, et qui est vainqueur aujourd'hui demain sera vaincu. C'est la règle, toutes les armées la connaissent et l'assument. Mais qui peut honnêtement croire que Dieu puisse être vaincu? Il est donc évident que jamais Dieu n'a décidé la guerre, jamais Dieu n'a ordonné la guerre, et que ceux qui prétendent que si, qu'il y a des "guerres saintes" voulues par Dieu sont au mieux des idiots qui croient des absurdités, au pire des menteurs qui cherchent à tromper les naïfs pour gagner du pouvoir.

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut jamais se battre. Il y a de justes causes, mais elles sont purement terrestres, humaines, et n'ont jamais rien à voir avec Dieu. Quand nos intérêts vitaux sont mis en cause, et que toute tentative de les sauvegarder par la négociation a échoué, il est normal d'employer la force. Mais il y a quelque chose de blasphématoire à attribuer à Dieu nos passions humaines, à crier "Dieu le veut !" en transperçant un païen de son épée, ou "Allah akbar !" en tirant une roquette.

Mais alors, quand c'est la guerre, où est Dieu? Là, c'est plus sur les canons qu'il faut chercher, c'est sur les ceinturons de l'ancienne armée allemande. Quand le pauvre Fritz se recroquevillait au fond de sa tranchée, chiant de trouille dans son froc, alors que tombaient sur son régiment des dizaines d'obus de 120, que les hurlements de ses potes qui crèvent commencent à le rendre fou, sachant que s'il est encore vivant dans 10 minutes il va devoir sortir de sa tranchée au coup de sifflet pour charger en terrain découvert face aux mitrailleuses, comment ne pas sombrer dans le désespoir? Il pouvait regarder la boucle de son ceinturon, avec ce rappel : "Gott mit uns" : "Dieu est avec nous".

Pas "Deutschland", il est pas con, Fritz, il se doute bien que Dieu n'a aucune raison d'être pour les Allemands et contre les Français, mais "uns": nous tous, les pauvres humains que notre bêtise a plongés dans cet enfer...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 26/03/2012 à 02:16 supprimer cette contribution
Citation:
Le grec est-il la langue de Dieu?

Ce qu'il y a de merveilleux avec la langue grecque, c'est qu'elle permet de formuler déjà des concepts que l'on ignore encore, et que l'on peut découvrir après. Tu peux prononcer et/ou écrire un mot que tu n'as jamais lu ni entendu, tu ne sais pas, bien sûr, ce qu'il signifie mais tu sais qu'il signifie quelque chose qui n'est pas arbitraire, qui ne dépend pas de ta volonté ni de ton imagination. Ce mot existe, et il existait depuis toujours, en-dehors de toi. A toi de réfléchir, ou de regarder dans un dictionnaire, pour en découvrir le sens.

En grec il y a des noms communs, des substantifs, qui ont un sens. Stase (ou stasis en v.o.), c'est l'état. On peut aussi prendre bole, digme, logue, plasme, trope, etc... Ces substantifs, avec leurs sens, fournissent des racines. Ensuite il y a des préfixes : cata, para, dia, exo, endo, hyper, hypo, etc... qui ont tous leurs sens. Il y a aussi les suffixes : isme, iste, ique,

Ces racines, préfixes, suffixes, sont comme des briques de Lego : il suffit de les assembler pour créer des concepts. On peut mettre plusieurs préfixes attachés les uns aux autres, voire plusieurs racines. Et ça donne des mots qui ont un sens. Parfois ce sont dfes mots courants que nous connaissons bien, parfois des mots savants connus de quelques spécialistes, mais quand le mot n'existe pas, pas encore... il a un sens quand même, et tu peux l'employer !

dia + bole + ique = diabolique. Si je remplace dia par para, j'obtiens parabolique, qui a un sens tout différent. Mais si j'emploie cata, ou méta, qu'est-ce qu'une catabole, une métabole? Une métabole ça existe forcément, puisqu'avec le suffixe isme ça donne métabolisme, mot que j'ai souvent entendu.
Alors on peut rigoler, comme Hergé qui usait de mots construits avec la langue grecque pour fournir en injures le capitaine Haddock : "Espèce de catachrèse ! Anacoluthe !" etc.

On pourrait faire un tableau pour combiner tous les préfixes avec toutes les racines : on sait ce qu'est une extaste (ek-stase), une métastase, une hypostase. Mais quid (ça c'est du latin, désolé) d'une catastase, d'une hyperstase, d'une diastase, d'une parastase? d'autant que je peux associer deux préfixes : une cataparastase, une diamétastase, etc...

Bon, une diastase, renseignement pris, c'est l'ancien nom qu'on utilisait pour "une enzyme". Dès qu'il y a de l'y et du z dans un sujet de recherche, ça fait plus sérieux et on trouve plus facilement des crédits. Je vais me prendre un petit zythum, je n'ai justement plus d'hydromel.

On a là un langage qui dépasse l'entendement humain, un lexique qui existe déjà de manière virtuelle, des mots qui sont déjà là, avec leur sens, avant même qu'un être humain ait eu l'idée de les formuler pour la première fois. Serait-ce la langue de Dieu?

Détails supplémentaires

Spontex Avery
Exact, les langues germaniques aussi. C'est sans doute pour ça que les plus grands philosophes, les découvreurs de l'impensable, les théologiens fouteurs de souk, ça a toujours été des Grecs... et des Allemands ! Démocrite, Eratosthène, Pythagore, mais aussi Einstein et Planck.

Embrillant
Lyse c'est bien du grec et ça signifie "désassemblage". D'où analyse (ana : en remontant) qui est le désassemblage d'un ensemble pour remonter à ses éléments constitutifs. Il y a aussi la catalyse (cata : vers le bas), la dialyse (dia : en sens oblique), l'autolyse (auto : soi-même ; l'autolyse c'est le fait de désassembler soi-même son âme de son corps, c'est à dire le suicide). On ne dit pas "paralyse" mais "paralysie", para c'est : à côté. Je ne vois pas clairement comment on parvient à ce sens, sans doute parce que la paralysie c'est le désassemblage des membres, qui sont les éléments "à côté" du corps, d'avec le corps. Mais on peut assembler les racines et les préfixes pour obtenir la métalyse, l'amphilyse, la prolyse, la métamphilyse ou la procatalyse, etc... : à nous d'en découvrir le sens.

Avec le grec on s'aperçoit que, bien que ce soit une langue de l'antiquité, elle désignait déjà des choses qui n'existaient pas en Grèce et à l'époque. Un tyrosémiophile par exemple. C'est un collectionneur d'étiquettes de boîtes de fromage.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 31/03/2012 à 10:26 supprimer cette contribution
Citation:
Y a-t-il des gens qui vont prier avant d'aller voter, pour que Dieu les inspire?

On a facilement tendance à faire la fine bouche au moment des élections, à évacuer la question d'un "tous pourris, tous les mêmes, sauf ma mère". A trouver qu'aucun parti, aucun candidat, ne correspond à 100% à ce que nous voudrions.

Pourtant, il faut bien qu'il y ait un pilote dans l'avion, un gouvernement pour préparer des lois, un parlement pour les voter. Et il y en aura. Si on ne vote pas, ou si on se contente de voter blanc ou nul, que dira-t-on ensuite à ceux qui auront à souffrir des initiatives du nouveau pouvoir?

C'est sûr qu'on ne peut pas être à 100% d'accord avec les partis, les candidats. Des citoyens qui sont à 100% d'accord avec leurs dirigeants, ça n'existait qu'en URSS sous Staline, dans l'Allemagne nazie ou en Corée du nord. Nous, on est en démocratie, ça veut dire qu'il faut faire des compromis avec nos concitoyens, pour au moins se mettre d'accord sur l'essentiel. Si en France un grand parti comme le Front National n'a aucun député, aucun sénateur, c'est bien parce qu'il n'a réussi à se mettre d'accord avec aucun autre parti pour former une alliance.

Alors il y a sûrement des croyants qui hésitent à choisir tel ou tel bulletin, mais tiennent à ne pas déserter quand on leur demande de faire vivre la démocratie. Ne dit-on pas "Vox populi, vox Dei" : "la voix du peuple est la voix de Dieu"? Mais pour qui voter?

Irez-vous prier, dans vos églises, vos mosquées, vos temples, vos synagogues, pour demander à Dieu de vous inspirer, de vous révéler quel bulletin choisir?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 03/04/2012 à 12:14 supprimer cette contribution
Citation:
Quel est le véritable islam ?

Est-ce celui d'Erdogan, du Hezbollah ou de Tarik Ramadan qui rêvent d'un islam semblable au christianisme américain, une religion qui structurerait la société tout en tolérant les minorités, et qui fournirait une base religieuse à l'idéologie capitaliste libérale?

Est-ce celui des salafistes à barbe hirsute qui s'exhibent en tongues et chemise de nuit, s'entretiennent avec un marteau une grosse bosse sur le front, et qui rêvent d'une société où tout le monde serait en uniforme, les hommes déguisés en caricature de Mahomet, les femmes intégralement bâchées, où toute forme de culture (arts, littérature, sciences, distractions) serait interdite, où toute pratique visible des autres religions que l'islam serait réprimée?

Est-ce celui des jihadistes qui appellent les musulmans à prendre les armes pour faire la guerre sainte dans le sentier d'Allah, pour tuer ou soumettre tous ceux qui ne sont pas d'accord avec eux (juifs, occidentaux, sunnites pas assez barbus ou pas assez voilées, hérétiques chiites, etc.)?

Est-ce celui des soufis mondains de la bourgeoisie marocaine ou turque occidentalisée, qui ne voilent pas les femmes et citent Rumi ou Saint François d'Assise plus souvent que le coran?

Est-ce celui d'Atatürk ou de Bourguiba, qui considéraient que la société doit être laïque et que la religion est une affaire de conscience personnelle mais n'a pas à se transformer en idéologie d'oppression?

Tous ces islams-là prétendent s'appuyer sur le coran, et vous citent les versets incontestables qui incitent à la liberté de pensée et à la laïcité ("pas de contrainte en religion") aussi bien qu'au massacre et au terrorisme ("Tuez-les partout où vous les trouverez !"). Alors, lesquels sont les vrais musulmans qui font la vraie volonté d'Allah? Parce qu'on s'y perd un peu...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 03/04/2012 à 12:16 supprimer cette contribution
Citation:
S'il a échappé à la justice des hommes, Mohamed Merah échappera-t-il à la justice de Dieu?

DIEU – Affaire suivante !
GABRIEL – Merah Mohamed, 23 ans, cambriolages, vol de scooter, 7 assassinats à caractère raciste dont 3 d’enfants de moins de 12 ans.
DIEU – Ah, un client sérieux ! (à MM) Qu’as-tu à dire pour ta défense ?
MERAH – Mais euuuh… Ma défense ? Mais que me reprochez-vous, Seigneur ?
DIEU – Sept assassinats, tout de même, excuse du peu ! Ignorais-tu que J’ai interdit d’assassiner les gens ?
MERAH – Mais, Seigneur, c’était des mécréants qui faisaient la guerre aux musulmans !
DIEU – Même les enfants ?
MERAH – Eux, c’était des juifs !
DIEU – Hein ? Et alors… ?
MERAH – Ma religion est l’islam, Mohammed (paix et bénédiction sur lui) est mon prophète ! Je n’ai fait que vous obéir, Seigneur ! C’est vous qui nous avez ordonné, dans le saint Coran, de combattre ceux qui nous combattent, tuer les mécréants partout où nous les trouverions jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de mécréance, c’est votre Envoyé (pbsl) qui a dit que, quand nous combattons les juifs, nous ne devons pas même épargner les enfants !
DIEU – Alors ça, tu es gonflé ! J’ai dit ça, Moi ?
MERAH – Absolument, Seigneur. Je ne suis que votre esclave soumis, je n’ai fait que combattre dans votre sentier, je n’ai fait qu’obéir à vos ordres clairs.
DIEU (à Gabriel) – Qu’on m’amène un coran ! Il y a un coran, ici ? Ah, oui. Voyons vouère… Quelle sourate, tu dis ? Ahhh oui… effectivement… Mais il y a le contexte ! Qu’est-ce que tu fais du contexte ?
MERAH – Quel contexte, Seigneur ?
DIEU – Si tu prétends avoir étudié le coran, n’as-tu pas appris que ces versets ont été révélés à une époque où les musulmans étaient en guerre contre les mécréants et contre les juifs ?
MERAH – Bien sûr que oui, je le sais bien ! Et alors ? Ce n’est plus le cas ?
DIEU – Heuuu…
JESUS – Allez, Papa, pardonne-lui ! Tu vois bien qu’il est con, il ne sait pas ce qu’il fait !
DIEU – (à Jésus) Toi, si je t’écoutais, je pardonnerais à tout le monde !
JESUS – Faut dire aussi que c’est un peu de ta faute, tu aurais pu les écrire autrement, tes sourates ! Tu écris comme ça te vient, sans réfléchir, et qui c’est qui est obligé de repasser derrière pour mettre les choses au point et essayer de rattraper tes gaffes ? Mais là c’est fini, j’y retourne plus, j’en ai marre de me retrouver en slip cloué à deux planches !
DIEU – Quoi ? Tu veux m’apprendre mon métier, peut-être !?
MERAH – Euh… si je vous dérange, je peux m’en aller ?
DIEU – Bon, heu, on va pas y passer la nuit, j’ai une mosquée chiite irakienne et une église nigériane qui attendent dans le couloir… (Jésus ricane discrètement, Dieu lui jette un regard courroucé puis se retourne vers l’accusé) J’admets qu’il y avait ambiguïté. Mais les enfants, tout de même… Bon, allez, Paradis au bénéfice du doute, et qu’il dégage !
MERAH – Merci, Seigneur, pour votre clémence et votre miséricorde ! Euh… si ce n’est abuser….
DIEU – Quoi encore !!??
MERAH – … je suis tombé en martyr, les armes à la main…
DIEU – …
MERAH – … et je n’ai jamais connu l’amour…
DIEU – Ca, on l’avait remarqué, merci ! Tu veux tes 72 vierges c’est ça ?
MERAH (le front dans la poussière) – Si ce n’est pas abuser, bien sûr !...
DIEU (aux 72 vierges) – Vous en voulez, les filles ?
LES 72 VIERGES (pouffant et rougissant) – Hi hi hi !...
SATAN (grommelant dans son coin) – Ya pas d’justice !
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 05/04/2012 à 19:19 supprimer cette contribution
Citation:
Les musulmans seraient-ils chiches de faire dater la Sainte Barbe au carbone 14?

A Istanbul (Turquie), dans le palais de Topkapi, il y a un pavillon des saintes reliques. On peut y voir dans des vitrines blindées des verrous ou des gouttières en or de la Kaaba, l'écuelle d'Abraham, le bâton de Moïse, le Saint Sabre (pas Dhulfiqar, un autre, il paraît que le Prophète en avait une tripotée), la Sainte Qamis dans un reliquaire en or, et des étuis d'or et de cristal de roche contenant des poils de la Sainte Barbe.

Dans tout le pavillon retentit en permanence une lecture du coran récité d'une voix d'outre-tombe par un imam installé dans la dernière salle devant un micro, qui lit et lit toute la journée et qui se relaye avec d'autres imams quand il en peut plus. Tout cela est très impressionnant.

Moi, je me suis dit bêtement qu'ils pourraient faire avec la Sainte Barbe comme pour le Saint Suaire, en donner un ch'ti bout à plusieurs laboratoires pour faire des analyses carbone 14 et savoir de quand ça date vraiment. Pour le Saint Suaire la réponse est tombée : Moyen-Age. Le Vatican a pas moufté, et même avoué qu'à vrai dire on s'en doutait un peu...

Alors la Sainte Barbe : VIIe siècle? IXe siècle? XIIe siècle? XVIe siècle? Chiches de la faire dater? Et puis c'est vraiment de la barbe ou c'est épilé ailleurs?
<<Première | <Précédente | 8 | 9 | 10 | Page 11 | 12 | 13

Forums > Philosophie Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | La minute nécessaire de monsieur Ha Ca| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
1 connectés au chat
31 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris La minute nécessaire de monsieur Ha Ca