Acne, adolescence

Physiologie sexuelle et sexualité





Anatomie des organes sexuels féminins

Les organes externes, visibles sont les deux grandes lèvres, les deux petites lèvres, le clitoris et l’entrée du vagin. Avec l’orifice urinaire, ces organes forment la vulve.

Le vagin est l’organe génital interne dans lequel pénètre le pénis de l’homme lors d’un rapport sexuel. C’est un conduit souple, élastique, qui mesure entre sept et dix centimètres de long. Chez les femmes vierges, l’hymen qui est une fine membrane, ferme partiellement l’entrée du vagin. Au cours d’un rapport sexuel, par un phénomène réflexe, involontaire, consécutif au désir, le vagin produit des sécrétions qui le lubrifie et facilite le rapport. Au fond du vagin se trouve le col de l’utérus. Ce col se présente comme une petite boule ronde et saillante au centre de laquelle se trouve un fin orifice, l’orifice du col, qui s’ouvre sur l’utérus.

L’utérus est un muscle creux qui au cours d’une grossesse contiendra le fœtus. C’est là que le bébé se développe. Les deux trompes utérines ou trompes de Fallope se trouvent chacune de chaque coté de l’utérus. Elles relient les ovaires à l’utérus. C’est à travers elles que l’ovule émis par l’ovaire se déplace vers l’utérus. C’est dans ces trompes que se fait la fécondation, qui correspond à la pénétration du spermatozoïde dans l’ovule.

Les deux ovaires sont de petites glandes arrondies qui tous les mois produisent un ovule et qui sécrètent les hormones sexuelles : œstrogènes et progestérone.




Anatomie des organes sexuels masculins

Les organes sexuels masculins se composent de la verge, des testicules, des canaux déférents et de la prostate.

La verge ou pénis est l’organe érectile de l’homme. Son extrémité est appelée le gland. Ce dernier est recouvert dune peau mobile appelée prépuce. Au cours d’une circoncision, c’est cette peau qui est toute ou en partie enlevée. La taille du pénis est très variable.

Les testicules sont au nombre de deux. Ils ont un aspect ovoïde et sont contenus dans les bourses (appelées aussi scrotum). Les testicules produisent les spermatozoïdes et les hormones mâles.

Les canaux déférents assurent le transport du sperme des testicules à la prostate.

La prostate est une glande située en dessous de la vessie où est formée la majeure partie du liquide spermatique.

Le sperme est formé de spermatozoïdes et de liquide spermatique appelé aussi liquide séminal. Il est évacué par un canal, l’urètre, situé à l’intérieur du pénis




Physiologie de l’homme

De la puberté à sa mort, les testicules de l’homme produisent des spermatozoïdes qui baignent dans le liquide séminal. Les spermatozoïdes sont mobiles.

Quand l’homme ressent un désir sexuel, il a une érection, c’est-à-dire dire qu’il y a un afflux de sang dans les tissus de la verge, qui alors se gonfle, devient rigide, s’allonge et se redresse. Il peut arriver que malgré le désir sexuel, l’érection ne se produise pas. Ce n’est pas grave, cela peut arriver à tous les hommes : une érection n’est pas un acte volontaire et réfléchi mais est induite ou bloquée par de nombreux facteurs dont le stress.

L’éjaculation marque le paroxysme de la jouissance masculine (orgasme). Elle consiste en l’émission par jaillissements saccadés de sperme.

Au moment de l’éjaculation, seul le sperme est émis. Aucune urine ne sort en même temps.




Physiologie de la femme

Le cycle menstruel d’une femme est le temps écoulé entre deux épisodes de règles. Il est généralement de 28 jours, à partir du premier jour des règles, mais sa durée peut varier d’une femme à l’autre et d’un mois à l’autre chez la même femme. Au début du cycle dans les ovaires un certain nombre d’ovules se développent. Seul un en général arrivera à maturité. A la moitié du cycle, c’est à dire le quatorzième jour, l’ovule est mûr et il y a ovulation c’est-à dire que l’ovule est expulsé de l’ovaire dans la trompe de Fallope. Là, soit un spermatozoïde vient le féconder, soit il meurt. Attention, l’ovulation peut se produire à un autre moment. Aussi compter les jours n’est pas un mode de contraception fiable.

S’il y a fécondation, l’œuf fécondé va cheminer dans la trompe de Fallope jusqu’à l’utérus qui est prêt à le recevoir. Il s’implante et la grossesse évolue jusqu’à la naissance du bébé.

S’il n’y a pas fécondation, l’ovule meurt et est détruit. Dans l’utérus les tissus qui s’étaient formés pour accueillir l’œuf fécondé dégénèrent eux aussi, se décollent : ce sont les règles.

Les règles sont donc un phénomène normal au cours duquel la femme peut mener une vie normale : se baigner, faire du sport, avoir des rapports sexuels… Dès ses premières règles, une femme peut utiliser des tampons périodiques. La virginité n’est pas une entrave à l’emploi de tampons. Cependant son application peut être rendue délicate. Parlez-en avec votre médecin.

Ces cycles vont se succéder chez la femme de la puberté à la ménopause. A la ménopause, vers cinquante ans, l’activité des ovaires s’arrête, il n’y a plus d’ovulation, plus de règles, la femme devient inféconde, elle ne peut plus avoir d’enfant. Cependant, elle peut continuer à avoir une vie sexuelle normale.




La puberté

La puberté intervient entre 10 et 18 ans selon les individus. Elle débute plus tôt chez les filles que chez les garçons. C’est au cours de cette période que le corps se modifie, se transforme sous l’action de différentes hormones qui sont alors produites.

Chez les garçons les poils apparaissent, la voie change (mue), les testicules et la verge prennent peu à peu leur taille adulte, les premières éjaculations apparaissent.

Chez les filles les seins gonflent, les poils apparaissent sur le pubis et sous les bras, l’utérus, le vagin et la vulve prennent peu à peu leur taille adulte. Les premières règles apparaissent, souvent au début irrégulières et de durée variable. La fille est alors fertile, elle peut avoir un enfant.




La relation sexuelle

La relation sexuelle, qu’elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle, est la découverte intime de l’autre. Il convient afin de ne pas être déçu d’être à l’écoute de l’autre et de soi, d’en parler.

Il n’existe pas une position plus agréable que d’autre, ni d’attitude bonne ou mauvaise. Tout est fonction de soi et de son partenaire, du désir, des stimulations et des caresses. C’est une découverte à deux de sensations agréables.

Sous l’effet du désir la verge de l’homme se met en érection, le clitoris de la femme devient sensible et le vagin s’humidifie.

Une femme peut éprouver du plaisir lors d’une pénétration ou par excitation du clitoris.

En cas de relation hétérosexuelle (homme/femme) l’homme introduit sa verge en érection dans le vagin de la femme puis par les frottements du pénis dans le vagin les sensations s’intensifient jusqu’à atteindre l’orgasme. Ce dernier se manifeste pour l’homme par l’éjaculation, pour la femme par un intense plaisir. Le même processus peut se produire lors d’une pénétration anale ou buccale au cours d’une relation homosexuelle ou hétérosexuelle.

En cas de difficultés sexuelles, n’hésitez pas à en parler à un médecin.




Les pratiques sexuelles

Il n’y a pas d’âge pour débuter sa propre activité sexuelle. La première fois doit être décidée par soi-même, parce qu’on en a envie, dans une relation de confiance. Imiter les copines ou les copains n’a pas de sens. Il faut se sentir prêt.

Au cours de son premier rapport sexuel la jeune fille va perdre sa virginité si son partenaire la pénètre. En effet l’hymen qui clôt partiellement son vagin est rompu lors de la première pénétration. Le plus souvent cette rupture s’accompagne d’une légère douleur et d’un saignement qui s’arrête au bout de quelques minutes.

Pour une fille ou pour un garçon, cette première fois peut être importante sur le plan psychique. Parler avec son partenaire est important, la mise en confiance, la douceur et la patience seront sources de découverte et de plaisir.

La masturbation consiste à provoquer soi-même un plaisir sexuel par l’excitation des parties génitales (caresses par exemple). C’est un acte banal que tout être humain peut réaliser. Il n’est ni honteux, ni répréhensible.

Les rapports sexuels résultent d’un désir. Celui-ci s’exprime généralement envers une personne du sexe opposé. On parle dans ce cas d’hétérosexualité. Ce désir peut s’exprimer aussi envers une personne du même sexe on parle alors d’homosexualité. Enfin si ce désir s’exprime pour les deux sexes, on parle de bisexualité.

Au cours d’une relation sexuelle aucune caresse, aucun geste ne sont interdits si le partenaire est d’accord. C’est une relation où le plaisir de l’un et de l’autre est recherché. Cependant, il peut y avoir des pannes d’érection pour un homme, de plaisir pour une femme. Pas de panique, cela arrive à tout le monde et est le plus souvent passager.

Si ces troubles dures (absence de plaisir ou frigidité pour la femme, absence d’érection ou impuissance pour l’homme), parlez-en à votre médecin.

Un hétérosexuel, un homosexuel, un bisexuel sont des gens normaux dont les goûts et les attirances diffèrent.

Un transsexuel est une personne qui a le sentiment d’appartenir au sexe opposé et qui souhaite profondément changer de sexe.

Un travesti est un homme ou une femme qui se comporte et notamment s’habille comme une personne du sexe opposé : comme une femme pour un homme, comme un homme pour une femme.

La prostitution consiste à avoir un rapport sexuel contre de l’argent.

Un pédophile est un homme ou une femme (adulte) qui manifeste une attirance sexuelle pour les enfants. Le passage à l’acte, la pratique des actes sexuels ou érotiques avec de très jeunes enfants sont des agressions, très sévèrement punies par la loi.

Un pédéraste est un homme ou une femme (adulte) qui pratique des actes sexuels ou érotiques avec des adolescents ou adolescentes mineurs. Ces pratiques sont interdites par la loi.

L’inceste, relation sexuelle entre membres d’une même famille (père-enfant, mère-enfant, frère-sœur), est interdit par la loi. Les violences : un jeune, un enfant peut être agressé sexuellement ou non par un adulte ou un autre jeune. C’est une agression.

Si vous avez été victime d’un viol, d’un inceste, de violence ou de tout autre acte délictueux, parlez-en dans la mesure du possible à votre médecin. Pour en pourvoir parler, être orienté et soutenu, vous pouvez aussi appeler anonymement les numéros d’associations et d’assistance téléphonique.




L’hygiène

Les organes sexuels externes de la femme et de l’homme nécessitent une toilette quotidienne en plus de celle qui suit un rapport sexuel. L’eau et le savon au cours d’une douche ou d’un bain ou d’une toilette partielle permettent d’éviter la formation de sécrétions blanchâtres qui se logent dans les replis des organes et peuvent dégager une odeur désagréable.

Une toilette consistant à injecter quelque produit que ce soit à l’intérieur du vagin est déconseillée. Lors des règles, il est possible de prendre douches et bains. Changer régulièrement de tampons ou de serviettes périodiques.





Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact




Voyance
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
 Forum
 Santé
 Sexualité
 Le cunnilingus
 La fellation
 La sodomie
 Les caresses
 Le baiser
 Le clitoris
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
10 connectés au chat
52 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Physiologie sexuelle et sexualitéconseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


Venir à bout de l'acné
Acne, adolescence