trois,sinon,rien
Vos Poèmes Poèmes Poètes Concours
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Trois sinon rien.

Impression :

(Détail)
J’allais le congédier
Juste après ce dîner
Mais j’hésitais encore
J’étais trop omnivore

L’heure n’était plus à voir
Mais à prendre ou donner
Et à cette heure du soir
Tous trois voulions baiser

Bien sûr j’aurais pu dire
Avec juste un sourire

Pardonnez moi jeune homme
Il s’agit d’un huis clos
Et pour croquer la pomme
Je penche pour Lesbos.

Gardez donc mes photos
Pour décongestionner
Par quelques vibratos
Cette bosse exagérée

Mon con disait pas non
Devant cet étalon

Un choix trop cornélien
Il m’inondait les reins
Faisait saillir mes seins
Je voulais tout ou rien.

Qu’allais-je décider
Une femme dans mon lit
Ou un homme et son vit
Trois est un nombre entier.

Alors j’ai murmuré
Dans un spasme étouffé

Je vous sens ombrageux
Venez entre nous deux
Laquelle d’entre nous
Monsieur baiserez vous

Laissez moi lutiner
Ma tendre dulcinée
Quand à vous soyez fou
Mon sexe n’attend que vous.

Dois-je me taire ou conter
Cette folle chevauchée.

Ce fut une tornade
Chevauchée fantastique
Aucune débandade
Solide était la trique

Nous fûmes mille fois comblées
Honorées culbutées
Il su bien pour nous deux
Gardez raide l’épieu.


Enregistré le 18 Septembre 2006 à 21:17
par Ultimate One - 1131184 lui écrire blog
(tous ses textes)

Oeuvre Originale


Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact


 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
5 connectés au chat
28 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Trois sinon rien.conseiller cette page à un ami

Créé et hebergé par Capit


J’allais le congédier Juste après ce dîner Mais j’hésitais encore J’étais trop omnivore L’heure n’était plus à voir Mais à prendre ou donner Et à cette heure du soir Tous trois voulions baiser
trois,sinon,rien