Le site de la rencontre amoureuse sérieuse.
N°Annonce

Mot de passe

Garder en mémoire


Malgré tout ce temps écoulé
Je continue de survivre
Oui, je continue d'avancer
Vers ce qui est vie, mon livre

C'est toi qui me l'a programmé
Avant que je sois, tu étais
Tu me voulais, tu me cherchais
Je suis bien présente, incrustée

Je suis présente maintenant
Maintenant que tu es loin
Dorénavant sur le chemin
J'ai un Dieu qui me soutient

Me fait vivre dans son amour
Ce grand désir, sans retour
Le 3 avril je pense à toi
Maman tu es trop loin de moi

Je n'ai plus rien à te prouver
Je continue d'évoluer
Je te dis comme chaque année
Oh Maman, toutes mes pensées.


une journée de brume s'est invitée alors que les premiers brouillards
habituels de début novembre ont été inexistants.
Pas un rayon de lumière, pas une trouée de bleu, pas un souffle de vent.
A décourager les éoliennes invisibles qui inlassablement clignotent pour indiquer
leur emplacement.
il me faut coucher les poules...je glisse mes pieds dans les sabots plastiques glacés
mais très pratiques pour marcher dans une semi obscurité sur un pré .
Le dit pré est parsemé ça et là de déjections de volatiles et de crottes de mes deux moutons.
Les jolis escarpins ne sont pas conseillés, d'autant que d'authentiques nids de poules
viennent compliquer le parcours.
A l'ouverture de la barrière, les deux "Ouessant" pointe leur nez sombre dans ma direction.
le silence au sein de cette brume qui noie complètement le vallon est étonnant.
Un jour de neige n'aurait pas fait mieux.
Ces demoiselles emplumées ne sont pas encore rentrées. Elles sont tout autant silencieuses
dans le décor assombri . la plus câline fait l'effort de venir dans ma direction...
je balance quelques poignées de blé dans leur enclos. ça s'ébroue à peine, picorant comme
des précieuses.
C'est la blanche qui décide la première de grimper vers leur abri perché: hop une poussée
des pattes, un battement d'aile; la voilà rentrée...
La dominante suit en émettant un genre de grognement de commandement
qu'elle est la seule à connaitre.
La dernière, la plus jeunette, remplaçante d'une soeur emportée par un renard, mégote.
j'ai ramassé son premier oeuf aujourd'hui....alors elle fait la fière.
je l'incite à voix basse "allez ma belle grimpe !" Comme son vol est plus aérien que ses frangines,
elle part direct du sol pour atteindre la petite plate forme de réception....
je referme la petite barrière qui les protège des moutons fantasques....ces deux femelles jouent parfois
aux grands cerfs. Quand elles entrechoquent leurs têtes à grand bruit, les poules se sauvent en battant des ailes.
Je fais demi tour lentement...un froissement léger m'immobilise: un jeune chevreuil fuit discrètement, sa course
assourdie par l'herbage et la mollesse de la terre...
Il était à quelques mètres de moi, tapi dans la haie brise vent....sans son cul blanc je ne l'aurais même pas aperçu.
Il se fond dans le nuage laiteux ....
Je laisse courir mon regard dans cette petite combe où le vert a disparu.... tout est blanc, frais, un puissant sentiment
d'intimité solitaire me traverse. Je ne vois personne et personne ne me voit... protégé par un cocon qui s'assombrit
tout autour ....je souffle lentement une buée qui se fond dans ce tout autour...
Allez, il me faut rentrer.....

On a parfois l’impression que le monde est fait de choses qu’on subit, les tremblements de terre, les inondations, les guerres, la télé réalité, et plus récemment le Corona virus, mais il est important de se souvenir qu’il y à des choses qu’on maitrise, comme le pardon, une deuxième chance, un nouveau départ, parce que la seule chose qui transforme le désert de solitude qu’est le monde en un endroit merveilleux, c’est l’Amour, l’Amour sous toutes ses formes, l’Amour nous donne l’espoir de sortir de cette crise, de sortir grandi, gardez l’espoir

Tu glisses ton genou entre mes jambes pales. Je résiste… un moment, et le jeu se poursuit.
Tu plaque mes épaules, me domine et me tiens, tes mains glissent sur moi, mes épaules, mes seins et ta barbe naissante griffe ma peau satin. Je frémis.
Tes doigts doux me séparent et tu fouilles savant, comme on découvre un nid, cherchant les œufs Tes doigts se font légers et d’à-coups insistants. Je découvre mes formes aux allures du toucher.
Je bats de mon désir et ruisselle à tes doigts.
Ta bouche avide et légère s'abreuve de mes émois, je caresse ta crinière, y enfonce mes doigts et tu sens à ta tête ce que mon ventre dit bas.
Je ne peux plus attendre ! Et plus je me débats, et mieux tu me tiens à plat de tes deux mains puissantes.
Viens, je te dis, viens… et je suis suppliante.
Viens. Je n'en puis plus, mon amour devient haine à l'attente !
Je t'accueille, souveraine et tout mon corps vibre de ce joyeux festin. Mon désir avait faim.
Tu taraudes mon ventre en de doux mouvements.
Mes cuisses enserrent ton torse et ton poids me dévore.
Me voilà empaler comme un papillon mort, mais qui vivrait quand même, pour mieux mourir encore…
Nous allons à ce rythme un bon moment quand même, nous arrêtant souvent pour murmurer " je t'aime ".
Je m'allège parfois te mettant sur le dos.
Tes doigts à mes cuisses s'enfoncent, je sais que tu es prêt, cette fois je renonce.
Je vrille sur ton vît, et ton sexe durci m'arrache des clameurs quand nous jouissons en chœur.

Johann si loin de moi


Au nom de l'amour
Mon coeur est fermée et tu en as pris la clé
Dans l'attente du jour
Où tu prendra ma main
Dans l'attente du jour
Où tu dirais aime-moi

Si loin de moi

Je cherchais quelque chose de nouveau
J'errais privé de toi
Mais en ces jours il me semble que mes yeux
T'ont aperçu te tenant à proximité
Je veux être avec toi
Nuit et jour

Si loin de moi

Bien que séparé
Nous pouvons être un
Tu traverseras la terre
Rien que pour être avec moi
Crois seulement en moi
Tu es le seul que je veux toucher
Je vois ton visage dans chacun de mes rêves
J’ai dans le coeur un sourire de toi


Si loin de moi

Tu es tout ce que je veux, tu es mon fantasme
Tout ce que j'ai de toi est une photographie
Mais ça ne me suffit pas
Je serais ton amante s i tu étais là
Tu as une sorte de pouvoir sur moi
Tu es tout entouré de mystère
Si sauvage,

Si loin de moi

Jusqu’à maintenant nous n’avions toujours pas trouvé ce que nous cherchions
Mais bientôt nous serons enfin réunis


Loin des yeux loin du coeur ça n'existe pas
loin des yeux loin du coeur moi je pense à toi
et chaque jour qui passe me rapproche de toi
au rendez-vous de ton amour je serais toujours la
3
3
Page 1 | Suivant >