Le site de la rencontre amoureuse sérieuse.
N°Annonce

Mot de passe

Garder en mémoire

<< Précédent | les "bassines" qui sont de vrais lacs....| Suivant >>
31/10/2022
combien d'agriculteurs vont suivre la combine de vider les nappes phréatiques de tous pendant l'hiver sans savoir si ces réserves phréatiques seront renouvelées par dame nature ?
je passe sur l'évaporation, le choix du maïs en particulier, et sur le début des travaux avant l'autorisation finale...c'est la France .
01/11/2022
Citation:
LE BOHÉMIEN.

Quand sur mon chariot pour la première fois
En courant l'univers j'arrivai dans ces lieux,
Une ville y grouillait, avec ses vieilles lois,
Ses murs, ses ateliers, ses palais et ses dieux.
Et quand je demandai, voyageur curieux,
Depuis quand florissait la superbe cité,
Un homme répondit, grave et l'orgueil aux yeux
— C'est ma patrie. Elle a de tout temps existé.

Cinq mille ans il s'écoula.
Je suis repassé par là.

Murs, palais, temples, Dieux, tout avait disparu.
Rien ! plus rien ! Le soleil allumait ses rubis
Aux javelots mouillés et verts - un gazon dru ;
Et seul un vieux berger dans ses grossiers habits
Se dressait sur la plaine en mangeant son pain bis.
Or je voulus savoir depuis quels temps très courts
Dans ce pré tout nouveau l'on paissait des brebis.
Le berger dit d'un air moqueur ; — Depuis toujours.

Cinq mille ans il s'écoula.
Je suis repassé par là.

La plaine était changée en un bois ténébreux.
Les lianes pendaient sous des porches béants
Comme un tas de serpents tordus noués entre eux :
Et, tels que de grands mâts, sur ces noirs océans
De feuilles, s'élançaient des troncs d'arbres géants.
Et je dis au chasseur perdu dans ces flots verts :

— Depuis quand donc voit-on une forêt céans ?
— Ces chênes sont plus vieux, fit-il, que l'univers.

Cinq mille ans il s'écoula.
Je suis repassé par là.

La mer, la vaste mer, sous son glauque linceul
Avait enseveli lianes et forêts.
Un bateau de pêcheur, tout petit et tout seul,
A la brise du soir balançait ses agrès.
Et je dis au pêcheur : — Est-ce que tu saurais
Depuis quand la marée a pris la terre ainsi ? —
— Tu plaisantes, dit-il... Puis il reprit après :
— Car depuis que la mer est mer, elle est ici.

Cinq mille ans il s'écoula.
Je suis repassé par là.

A îa place des flots au panache d'argent
Se déroulaient sans fin des flots à crête d'or.
L,e désert ! Aucun arbre au lointain n'émergeant.
Du sable là, du sable ici, du sable encor.
Et quand j'interrogeai sur ce nouveau décor
Le marchand qui chargeait ses chameaux à genoux

— Depuis le jour, dit-il, où l'être a pris l'essor,
On connaît ce désert, éternel comme nous.

Cinq mille ans il s'écoula.
Je suis repassé par là.

Et voici derechef une cité debout,
Avec ses lois, ses murs, ses palais et ses dieux,
Et son peuple grouillant ainsi qu'une eau qui bout.
Alors j'ai dit très haut à ce tas d'orgueilleux :
— Où sont donc les flots verts, les flots d'or, les flots bleus
Et la cité du temps jadis ? — Et l'un cria :
— Notre ville est, sera, fut toujours dans ces lieux. —
Et j'éclatai de rire au nez de l'Arya.

Coulera ce qui coula ! . . .
Je repasserai par là.

01/11/2022
bon je vous invite a consulter le rapport du BRGM sur l'impact des retenue d'eau sur la ressource.. a l'origine de la decision d'opérer ces retenue d'eau

infoterre.brgm.fr/rapports/RR-40620-FR

"Cette étude est réalisée par le Service Régional Poitou-Charentes du BRGM, à la demande du
Conseil Général de la Charente.
Elle a pour objectif de faire le point sur les connaissances actuelles pour vérifier si une modélisation hydrodynamique des eaux souterraines est possible sur le bassin versant de I'AumeCouture.
Le but de cette modélisation serait d'évaluer l'impact éventuel de l'implantation de retenues de
substitution, sur ce bassin versant.
En effet, des problèmes d'eau se font ressentir chaque été sur plusieurs bassins versants de la
Charente dont celui de I'Aume-Couture. Une solution envisagée est la mise en place de retenues de substitution qui seraient remplies, en période hivernale, et permettraient de palier au manque
d'eau en période d'étiage.
La modélisation devra permettre d'évaluer la quantité d'eau maximale à stocker en hiver sans
déséquilibrer le processus de réalimentation de la nappe et des cours d'eau.
Les données indispensables à une telle modélisation ont été recherchées. Une synthèse des
connaissances sur les différents aquifères du bassin versant a été réalisée.
Finalement, il s'avère que la modélisation hydrodynamique du comportement des eaux
souterraines sera possible seulement sur I'aquifère du Jurassique supérieur.
L'existence, depuis 1997, de compteurs volumétriques sur l'ensemble des points de prélèvements
agricoles, est un plus incontestable par rapport aux modélisations précédentes. La dificulté sera
de récupérer ces données sur les &ois départements.
Malgré les problèmes liés :
. A l'hétérogénéité de l'aquifere,
. aux incertitudes sur les paramètres hydrodynamiques,
aux données peu sûres sur les prélèvements passés,
la réalisation d'un modèle d'impact est une action qui doit être envisagée pour répondre à la question posée."


La conclusion est claire AUCUN IMPACT SUR LES NAPPES PHREATIQUES ..
on pompe l'eau dans la nappe quand elle est pleine l'hiver puis on restitue l'eau sur les terres l'été..(quand la nappe est pleine le surplus va a la mer)


(je vous laisse lire le rapport il est très bien réalisé le BRGM ce ne sont pas des charlots (pour des ingénieurs des mines)

ensuite Paganelli (virtuose du violon)nous éclairera sur le nom des glaciers a l'origine de la Loire de la Saône , du cher de la Meuse , de la seine , du Loing etc..


ce n'est pans le niveau d'eau qui baisse , c'est le niveau de la connerie qui monte

01/11/2022
Citation:
le nom des glaciers a l'origine de la Loire
Etrange, ce n'est pas le premier fleuve dont le nom me viendrait à l'esprit comme exemple de régularité.
Surtout en ce moment.

Le niveau de la connerie se mesure sans doute à la confusion chronique entre identité de résultats et identité de causes. Ce qui peut amener à la répétition de prévisions chroniquement erronées elles aussi


01/11/2022
va lire le rapport du BRGM ,d'abord puis viens me dire que ces mecs sont des cons parce qu'ils disent la meme chose que moi

histoire de comparer avec tes élucubrations glaciaires

puis fais un refresh de ta géographie , çà te permettra de faire la difference entre le val de Loire et la mer d'Aral (ta photo)que les russes ont asséchée pour cultiver du coton histoire de faire un lien avec les causes

01/11/2022
Citation:
va lire le rapport du BRGM ,d'abord puis viens me dire que ces mecs sont des cons parce qu'ils disent la meme chose que moi
Que tu dises la même chose qu'eux, c'est fort ^possible. Que cela ait un rapport avec mon propos est beaucoup moins sûr (à moins que tu ne te sois mis à confondre subitement les nappes phréatiques avec les glaciers; ce qui serait inquiétant.
Citation:
la mer d'Aral (ta photo)que les russes ont asséchée pour cultiver du coton
Ils ne l'ont pas asséchée pour cultiver du coton. Ils ont détourne de l'eau qui l'alimentait pour cultiver du coton, ce qui a eu pour conséquence de l'assécher.

Il y a eu des assèchements antérieurs, comme celui du Sahara à une époque où personne ne cultivait le coton. Il y en aura a priori d'autres dans le futur, la planète n'ayant pas de raison particulière de changer ses habitudes de changement au prétexte au prétexte que nous lui avons fait la faveur de naître. Le BRGM n'y est pour rien.

02/11/2022
L'eau employée ne revient pas forcément à la nappe phréatique d'où elle est issue...l'eau évaporée peut très bien se précipiter très loin...
De plus avec les traitements chimiques des plantations on va polluer directement cette nappe..
le brgm ne peut rien garantir et surtout pas la quantité d'eau de pluie de la saison suivante...et des suivantes.
j'ai personnellement assisté à des assèchements de puits...taper individuellement dans une réserve qui est commune à tous pose question, surtout si ces ambitions font des petits, beaucoup de petits.
Ok on veut vivre des subventions en cultivant des plantes gourmandes en eau, mais je pense qu'on prend le problème par le mauvais bout.
si on va jusqu'au bout du raisonnement pourquoi ne pas pomper l'eau de mer en charente ?
C'est un problème global: il faut limiter les pins dans les forêts de plaine, remettre des talus boisés, et faire évoluer les choix vers des plantes nourricières moins gourmandes en eau.
02/11/2022
Citation:
e brgm ne peut rien garantir et surtout pas la quantité d'eau de pluie de la saison suivante...et des suivantes.


et que fait on des surplus qui retournent a la mer via les crues des cours d'eau a la saison des pluies?

Citation:
taper individuellement dans une réserve qui est commune à tous pose question,


on ne pate pas dans une réserve ON STOCKE LES SURPLUS et effectivement çà pose une question ,la meme que le nucléaire que les mêmes allumés
voulaient voir disparaitre

le niveau baisse et pas que celui de l'eau
02/11/2022
la saison des pluies peine lentement, de plus en plus mais peine tout de même à reconstituer la ressource. La sécheresse globale qui montre le bout de son nez ne va pas nous offrir de beaux étés secs et d'abondantes pluies automnales garanties.
le problème est évolutif. Par exemple le marais poitevin du fait de la montée du niveau de la mer a perdu une surface importante de marais d'eau douce. L'eau saumâtre étant impropre à la culture, c'est déjà un problème.
Dans d'autres régions pour l'instant grâce à des barrages on empêche l'eau salée de remonter jusqu'aux marais qui sont de grosses éponges.
D'autre part vider régulièrement une nappe phréatique exerce une aspiration et en l'absence d'arrivée régulière d'eau de pluie, cette aspiration peut faire migrer de l'eau saumâtre. Vu la cote des deux sèvres où vont être implantés ces lacs artificiels...méfiance à long terme.
Tu as raison sur un point: c'est une fois les nappes phréatiques pleines qu'on devrait récupérer les eaux de ruissellement.
Et encore pour l'écologie et la bio diversité en aval des problèmes se poseront en cas de récups massives.
.
02/11/2022
Citation:
c'est une fois les nappes phréatiques pleines qu'on devrait récupérer les eaux de ruissellement.

c'est exactement ce qui est prévu

des retenues d'eau immenses en amont de la seine protège paris des inondations, il faut donc les détruire?
RDV aux prochaines inondations
02/11/2022
ce qui est prévu c'est de pomper dans la nappe pour remplir la "bassine"...charge à la nature généreuse de renflouer la nappe phréatique.
03/11/2022
ce qui est prévu c'est de pomper dans la nappe phréatique QUAND ELLE DEBORDE , c'est a dire pendant les crues de printemps
03/11/2022
j'ai moyennement confiance sur la notion de débordement, mais ok admettons: et si le "débordement" se révèle minime vu l'évolution climatique ? sont-ils sûrs de ne pas vider la nappe, comme d'autres pays l'ont fait ?
si le projet est accepté ce sera un "débordement" de demandes avec la règle du "pourquoi eux, pourquoi pas nous ?"
Moins de maïs pour cause de sécheresse à répétition ?
1/on limite la production aux régions plus humides. les régions "asséchées" reviendront à des végétaux moins gourmands en flotte.
On sera largement gagnants en terme de dédommagements pour canicule..
2/ on limite les animaux de boucherie gavés de ce maïs. On doit pouvoir gagner sa vie dans l'élevage payé à sa juste valeur.
3/ on limite l'évaporation solaire et éolienne en replantant les talus boisés d'autrefois....on peut aimer la beauté des immenses plaines céréalières balayées par le vent et cuites par l'été, mais visiblement elles n'attirent ni les touristes ni même les accédants à la propriété principale ou secondaire.
D'autant que l'utilisation de l'eau domestique a crû dans les métropoles assoiffées l'été (en moyenne 3 douches par jour contre une douche en rural)
En péri urbain, on arrose les pelouses joyeusement tant que ce n'est pas interdit, pareil pour les bagnoles : "faut que ça brille!"
Je n'ai jamais arrosé mon herbe à vache qui a fait ses preuves et qui s'adapte aux variations saisonnières.
04/11/2022


Si on devait tout payer à se juste valeur, on ne pourrait même pas se payer du riz quand tu vois les conditions de travail de ceux qui le cultivent et le récoltent...

04/11/2022
nous sommes tous des profiteurs, des prédateurs, mais ce n'est pas une raison pour consommer du riz tous les jours, et de la viande 2 fois par jour.
passons sur les fruits exotiques qui traversent les océans et tout le toutim, ce monde est hideux mais on n'en a pas d'autre.
Mais on peut, on doit aller vers l'amélioration de vie des moins nantis chez eux, au prix d'un peu moins de superflu.
hum je vais avoir du mal à convaincre je le sens....
04/11/2022
tiens les pompeurs de l'eau commune évoluent. Ils s'engagent à ne pomper que 70 % dans la nappe...pour quel contrôle, quelle confiance, et quels nouveaux candidats ?
04/11/2022
Citation:
1/on limite la production aux régions plus humides.

*oui çà bombe sous le sens

Citation:
2/ on limite les animaux de boucherie gavés de ce maïs.

ben voyons

omais que va t il se passer?


ok , a ce compte là on importera du maïs
on importera de la viande polonaise ou argentine
on baissera l’exportation de charolais vers l’allemagne
on achètera du blé venu d’ailleurs..

Les memes qui voulaient tuer la filière nucléaire au nom de la protection de la planète, veulent tuer l’agriculture qui reste le seul pole d’exportation qui nous reste..

suivez mon regard





04/11/2022
ok , a ce compte là on importera du maïs
on importera de la viande polonaise ou argentine
on baissera l’exportation de charolais vers l’allemagne
on achètera du blé venu d’ailleurs..

Les mêmes qui voulaient tuer la filière nucléaire au nom de la protection de la planète, veulent tuer l’agriculture qui reste le seul pole d’exportation qui nous reste..

suivez mon regard
04/11/2022
mres posts disparaissent
04/11/2022
04/11/2022
"on limite les animaux de boucherie gavés de ce maïs"
Et alors on ne peut plus les nourrir autrement qu'avec du maïs ?
Répondre

1 | Page 2

<< Précédent | les "bassines" qui sont de vrais lacs....| Suivant >>