Le site de la rencontre amoureuse sérieuse.
N°Annonce

Mot de passe

Garder en mémoire




Tu glisses ton genou entre mes jambes pales. Je résiste… un moment, et le jeu se poursuit.
Tu plaque mes épaules, me domine et me tiens, tes mains glissent sur moi, mes épaules, mes seins et ta barbe naissante griffe ma peau satin. Je frémis.
Tes doigts doux me séparent et tu fouilles savant, comme on découvre un nid, cherchant les œufs Tes doigts se font légers et d’à-coups insistants. Je découvre mes formes aux allures du toucher.
Je bats de mon désir et ruisselle à tes doigts.
Ta bouche avide et légère s'abreuve de mes émois, je caresse ta crinière, y enfonce mes doigts et tu sens à ta tête ce que mon ventre dit bas.
Je ne peux plus attendre ! Et plus je me débats, et mieux tu me tiens à plat de tes deux mains puissantes.
Viens, je te dis, viens… et je suis suppliante.
Viens. Je n'en puis plus, mon amour devient haine à l'attente !
Je t'accueille, souveraine et tout mon corps vibre de ce joyeux festin. Mon désir avait faim.
Tu taraudes mon ventre en de doux mouvements.
Mes cuisses enserrent ton torse et ton poids me dévore.
Me voilà empaler comme un papillon mort, mais qui vivrait quand même, pour mieux mourir encore…
Nous allons à ce rythme un bon moment quand même, nous arrêtant souvent pour murmurer " je t'aime ".
Je m'allège parfois te mettant sur le dos.
Tes doigts à mes cuisses s'enfoncent, je sais que tu es prêt, cette fois je renonce.
Je vrille sur ton vît, et ton sexe durci m'arrache des clameurs quand nous jouissons en chœur.

Exhibitionniste.

A ceux qui me connaissent,
A ceux qui m’aiment bien
J’avoue je le confesse
Je ne cache plus rien

Si j’offre à leurs regards
Le galbe de mes seins
Ce n’est pas par hasard
Mais ça n’engage à rien

Je vais même plus loin
Beaucoup en sont témoins
Lorsque j’ouvre les cuisses
Que je montre l’esquisse

De ce qui fait parler
Mais aussi saliver
Ceux qui sont amateurs
De l’antre du bonheur.

N’ayez pas honte d’avoir
Cette raideur soudaine
Je n’en ferais pas d’histoire
Je ne suis pas puritaine.

Je m’offre en numérique
Non ce n’est pas tragique
Mais je jouis de savoir
Que vous aimez me voir.
Page 1 | Suivant >