Le site de la rencontre amoureuse sérieuse.
N°Annonce

Mot de passe

Garder en mémoire




Tu glisses ton genou entre mes jambes pales. Je résiste… un moment, et le jeu se poursuit.
Tu plaque mes épaules, me domine et me tiens, tes mains glissent sur moi, mes épaules, mes seins et ta barbe naissante griffe ma peau satin. Je frémis.
Tes doigts doux me séparent et tu fouilles savant, comme on découvre un nid, cherchant les œufs Tes doigts se font légers et d’à-coups insistants. Je découvre mes formes aux allures du toucher.
Je bats de mon désir et ruisselle à tes doigts.
Ta bouche avide et légère s'abreuve de mes émois, je caresse ta crinière, y enfonce mes doigts et tu sens à ta tête ce que mon ventre dit bas.
Je ne peux plus attendre ! Et plus je me débats, et mieux tu me tiens à plat de tes deux mains puissantes.
Viens, je te dis, viens… et je suis suppliante.
Viens. Je n'en puis plus, mon amour devient haine à l'attente !
Je t'accueille, souveraine et tout mon corps vibre de ce joyeux festin. Mon désir avait faim.
Tu taraudes mon ventre en de doux mouvements.
Mes cuisses enserrent ton torse et ton poids me dévore.
Me voilà empaler comme un papillon mort, mais qui vivrait quand même, pour mieux mourir encore…
Nous allons à ce rythme un bon moment quand même, nous arrêtant souvent pour murmurer " je t'aime ".
Je m'allège parfois te mettant sur le dos.
Tes doigts à mes cuisses s'enfoncent, je sais que tu es prêt, cette fois je renonce.
Je vrille sur ton vît, et ton sexe durci m'arrache des clameurs quand nous jouissons en chœur.

Exhibitionniste.

A ceux qui me connaissent,
A ceux qui m’aiment bien
J’avoue je le confesse
Je ne cache plus rien

Si j’offre à leurs regards
Le galbe de mes seins
Ce n’est pas par hasard
Mais ça n’engage à rien

Je vais même plus loin
Beaucoup en sont témoins
Lorsque j’ouvre les cuisses
Que je montre l’esquisse

De ce qui fait parler
Mais aussi saliver
Ceux qui sont amateurs
De l’antre du bonheur.

N’ayez pas honte d’avoir
Cette raideur soudaine
Je n’en ferais pas d’histoire
Je ne suis pas puritaine.

Je m’offre en numérique
Non ce n’est pas tragique
Mais je jouis de savoir
Que vous aimez me voir.

Il est des rêves si doux et si pur que l'on prierait tous les dieux pour qu'ils deviennent réalité.
Il est des rêves si puissants qu'il est douloureux se lever et d'affronter le jour.
Tu as été ces rêves pendant de longues années où je n'avais pas encore peur de rêver!
Aujourd'hui j'ai grandi, je mûri loin de toi mais je le fais pour toi.
Ma réalité ressemble étrangement a mes rêves tu te rapproche de moi, tu me regardes avec tout cet amour qui grandit en toi.
Tu ne vois que moi, tu pleures pour moi, tu pleures sur nous!
Moi je suis là, je m'approche un peu et rêve encore et encore a celle que j'ai tant aimée il y a quelques années.
Maintenant mon rêve est devenu réalité, celle qui a fais couler de mes veines l'essence même de l'amour est devant moi a présent et me demande de l'aimer simplement;de l'aimer avec un coeur d'enfant!
Tu sais il y a longtemps que je t'aime avec se coeur que tu aimes tant!
Je ne suis plus un enfant mais je t'aime sincèrement, pas comme les grands qui se blessent et se pardonnes sans cesse.
Je t'aime simplement, sans peine, ni douleur, sans remords, ni regrets.
Je t'aime sans passé sans présent mais je sais que le futur sera notre temps!


Cette fois-ci, c’est décidé.
Je veux me marier avec toi.
Avoir des enfants avec toi.
Habiter avec toi.
Manger avec toi.
Sortir avec toi.
Rire avec toi.
Pleurer avec toi.
Faire l’amour avec toi.
Aller travailler avec toi.
Jardiner ou bricoler avec toi.
Bouquiner ou écrire avec toi.
Faire les magasins avec toi.
Voyager avec toi.
M’ennuyer avec toi.
M’amuser avec toi.
Me prendre la tête avec toi.
Me disputer avec toi.
Me réconcilier avec toi.
Vieillir avec toi.
Mourir avec toi.

Ta future épouse







Un nouvel amour
Et se laisser aller
S’abandonner
Sur les vagues invisibles d’un rêve
Sentir...

Aller
Avec la pensée
Et embrasser avec le regard l’horizon
Jusqu’au point où il se courbe doucement

Rêver...
Un nouvel amour à découvrir
Au fond de chaque solitude
Pour qu’il devienne, sans jamais mourir
Une habitude infatigable...

Imaginer un nouvel amour
Qui naît avec les mains libres
Pour lui apprendre à marcher et puis
Pour lui donner un pré pour courir
Pour lui donner toujours plus
Un peu plus
Et encore plus
Le laisser aller
Jusqu’à ce qu’il apprenne à voler...

Rêver
Et à l’improviste
Se retrouver avec mes mains dans les tiennes
Et savoir que tu avais déjà décidé
Nous deux...

Un nouvel amour à découvrir
Au fond de cette solitude
Avec les paroles que tu sais dire
A l’âge de l’inquiétude...

Imaginer un nouvel amour
Qui a les yeux de la fantaisie
Pour lui donner toute sa valeur
Dans mes moments de mélancolie
Pour lui donner toujours plus
Un peu plus
Et encore plus, le laisser aller
Jusqu’à ce qu’il apprenne à voler...

Rêver

Il est trop tard pour te pleurer,
Mais il est bien trop tôt pour ne plus t'aimer.
Tu ne sauras jamais combien j'ai pus souffrir
Le jour où mon amour n'a plus sus te retenir.
J'avais tant encore à partager en plus de ma tendresse,
Mais toi tu restais indifférente à mes mots à mes gestes.
On me dit d'essayer de t'oublier, de tout recommencer
Mais comment le pourrais-je avec sur mes lèvres le goût de tes baisers?
Je suis dans l'obscurité sans la lumière de tes yeux
Et dans cette obscurité mon coeur s'étiole peu à peu.
Je sais bien qu'il est trop tard pour te pleurer
Mais il est il est aussi bien trop tôt pour ne plus t'aimer



Ton pas dans mon pas
Mon chant dans ta voix
Tes doigts dans mes doigts

Est-ce possible ou pas?

Ton désir dans mes yeux
Mon rire sur tes lèvres
Et nos nuits trop brèves

Est-ce possible ou pas?

Mon âme dans ton âme
Ton coeur dans mon coeur
Et ma vie pour toi

Est-ce possible ou pas?

Non, surtout ne dis rien

Nous le saurons demain
1
2


Je me dévoile tout doucement ce soir
Je laisse tomber devant toi ce voile noir
Qui couvrait mes épaules, ma poitrine
Tu me regardes tu me trouves sublime

Ton regard me dévore ne me quitte pas
J’avance vers toi timide, et à petit pas
Te regardant bien au fond dans les yeux
Et puis tendrement je me prends au jeu

Je laisse soudain tout tomber à tes pieds
Même si je me sentais par toi épiée
Mais ravie et fière de cette mise à nue
De ne plus être ce soir une détenue

De mes angoisses d’antan de mes peurs
Puis dans tes bras je me blottit, je pleure
Soulagée de t’avoir montré mon cœur
Désormais plus rien ne me fera peur

Ce soir, c’est le réveillon
2000 et des poussières
Dans toutes les maisons
Scintillent les lumières
Les nœuds papillons
Sortis de leurs repères
Flirtent avec des millions
De paillettes en rivières

On a emballé nos cœurs
De soie et de satin
Pour faire appel au bonheur
C’est plus joli, c’est certain
Mais ce goût de déjà vu
Et ces fichues traditions
Que chaque année on nous ressert
Parce qu’il n’y a pas de raisons

On a préparé d’avance
Cette nuit pleine d’étoiles
Le hasard n’a pas de chance
Il n’est invité nulle part
Les petits plats dans les grands
Les meilleurs millésimes
Cette nuit pas question
De parler de régime

Sur le coup de minuit
L’œil rivé sur nos montres
Pour ne pas faire de crédit
Aux anciennes secondes
On se fera des souhaits
Pour une année douce et ronde
On échangera nos présents
On s’embrassera sous le gui
Rien ne change vraiment
C’est juste comme ça la vie

Aurons nous des regrets
Quand il sera trop tard?
Quand nous serons les derniers
Assis tous seuls dans le noir?
Serons nous nostalgiques
De ces soirs de réveillons
Où l’on allait parfois avec des pieds de plomb?
Est-ce que l’on n’aura pas envie
Pour un soir ou pour une heure
De refaire simplement
Le chemin à l’envers?

Myriam, Claudia, Aurélie, Danièllé & Sophie

Quand elle est dans mes bras,
Personne n'est plus heureuse que moi
Quand elle est au boulot,
Je suis au bout du rouleau.

Quand je la vois de si loin,
Mes pas commencent à se presser,
Pour la saisir dans un coin,
La coller au mur et l'embrasser.

Que dira-t-elle de moi?
Une folle ou une perverse?
Je subis vraiment sa loi
Et je cherche à lui plaire.

Je l'approche et je l'embrasse,
Elle hurle et me dit: passe!
J'aimerais trouver les mots,
Qui soulageraient mon fardeau.

La fille mystérieuse peuple mes insomnies
Elle me sourit puis se sauve,
Elle a les pas rapides tel un fauve,
Courir pour elle est une manie.




Page 1 | Suivant >